Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkrim Benatiq : La nouvelle politique d'immigration et d'asile, un projet sociétal moderniste


Tenue à Tétouan d’un forum national sur «La stratégie du Maroc en matière de lutte contre l'immigration clandestine transcontinentale»



La nouvelle politique nationale d'immigration et d'asile est le couronnement des engagements internationaux du Maroc relatifs en particulier aux droits de l'Homme, a affirmé, vendredi à Tétouan, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq.
Dans une allocution lue en son nom par Mohamed El Mekouti, de la direction de l'immigration du ministère, lors du forum national sur «La stratégie du Maroc en matière de lutte contre l'immigration clandestine transcontinentale», le ministre a précisé que la nouvelle politique nationale d'immigration et d'asile constitue un projet sociétal moderne qui vient capitaliser sur les réformes politiques profondes engagées et renforcer le processus démocratique basé sur les valeurs universelles des droits de l'Homme.
Cette nouvelle politique a également permis de renforcer le rayonnement et la crédibilité du Maroc dans tous les forums régionaux et internationaux, ainsi qu'auprès de nombreux pays amis, a souligné Abdelkrim Benatiq, notant que plusieurs mesures administratives liées à la régularisation de la situation juridique des migrants et des réfugiés ont été prises, afin de renforcer leur accessibilité aux droits fondamentaux, notamment la santé, l'enseignement, le logement, l'emploi, l'accompagnement social et juridique, et les prestations sportives et d'animation.
Il a été procédé également à l'élaboration de la stratégie nationale de l'immigration et de l'asile, adoptée en décembre 2014, qui constitue un jalon essentiel pour le développement des connaissances sur les questions liées aux droits et libertés des migrants et réfugiés, conformément aux Hautes instructions de S.M le Roi Mohammed VI pour l'élaboration d'une stratégie nationale dans ce domaine, a dit le ministre.
Abdelkrim Benatiq a ainsi tenu à mettre en avant l'importance de cette rencontre scientifique qui, selon lui, dénote de la volonté de tous les acteurs de contribuer à la réussite de cette politique migratoire, en particulier dans un contexte mondialisé où le Maroc est appelé à faire face à de nouveaux défis, liés notamment à la défense et la protection des droits de l'Homme en général, et à la garantie de l'accès des migrants et des réfugiés aux droits fondamentaux en particulier.
Dans ce cadre, il a souligné la nécessité de fédérer les efforts des différents intervenants pour contribuer efficacement à la mise en œuvre de la politique migratoire marocaine et à la consécration de sa dimension humaine et solidaire, en vue d'affirmer l'engagement du Maroc à respecter les principes des conventions internationales relatives aux droits de l'Homme, dont le contenu s'inscrit en droite ligne avec la politique nationale d'immigration et d'asile.
Pour sa part, le président de la Fondation méditerranéenne pour la coopération et le développement (FOMCD), initiatrice de l'événement, Mohamed Sefiani, a abordé les causes de l'immigration clandestine, notant que malgré que le Maroc, en tant que porte d'entrée de l'Afrique vers l'Europe et l'un des pays de transit, souffre du phénomène de l'immigration, mais il le considère aussi une source de richesse et de diversité culturelles et civilisationnelles.
Le Maroc, convaincu du droit de l'Homme à la mobilité, la communication et à une vie digne, a adopté des politiques renouvelées et des approches participatives intégrées pour une gestion optimale de la question d'immigration et de développement, qui exhortent les pays d'accueil, dans le cadre d'une politique de coopération, de dialogue et de concertation, à respecter les particularités des migrants, à faciliter leur insertion dans les sociétés et à lutter contre l'exclusion, la discrimination et la haine, a-t-il-souligné.
De son côté, le coordinateur de la Fondation allemande Konrad Adenauer au Maroc, co-organisateur de ce forum, Mehdi Rais, a souligné que cette rencontre vise à célébrer la politique migratoire marocaine, initiée par SM le Roi Mohammed VI, et à débattre des réalisations de cette nouvelle politique et des défis à relever par le Royaume, en relation notamment avec l'intégration des migrants et la gestion de l'immigration irrégulière.
«Le Maroc est un acteur essentiel en matière migratoire et peut ainsi s'ériger en modèle d'ouverture, de tolérance et de gestion concertée des flux migratoires dans la région, puisque la politique migratoire nationale est basée sur des piliers solides, liés notamment aux volets humain, juridique et sécuritaire», a-t-il fait savoir.
Quant au coordinateur général de la FOMCD, Abdesselam Damoun, il a souligné que cette rencontre est une occasion de jeter la lumière sur la stratégie du Maroc en matière de lutte contre le phénomène de l'immigration clandestine transcontinentale, en exhortant les pays d'accueil à adopter soit une approche proactive ou une approche nationale intégrée, à même de venir à bout de ce fléau.
Ce forum de deux jours, a-t-il ajouté, constitue aussi une occasion pour mettre en avant les réalisations du Maroc en matière de gestion de la migration depuis l'adoption en 2003 de la loi relative à l'immigration et à la criminalisation de la traite des personnes, ainsi que l'approche nationale intégrée liée à la régularisation des migrants en situation irrégulière.
Il s'agit également d'examiner les causes de l'immigration clandestine et sa place dans les politiques étrangères européennes.
Au programme de cette conférence, organisée en partenariat avec le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, et le Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, figuraient des débats sur «La stratégie nationale en matière de lutte contre l'immigration clandestine transcontinentale», «Le règlement juridique de l'immigration clandestine», et «La contribution du Maroc à l'élaboration du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». 
Les participants ont également eu à débattre des causes sociales de l'immigration et leurs effets sur les pays d'origine et d'accueil, des approches des droits de l'Homme et celles médiatiques et sécuritaires à adopter pour régler cette question, ainsi que du rôle des collectivités territoriales et des instances élues dans la réduction de l'immigration.

Libé
Lundi 20 Novembre 2017

Lu 1372 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés