Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkbir Tabih, tête de liste de l’USFP à Ain Sebaa-Hay Mohammadi : “Mes relations avec les habitants ne se sont pas distendues”




Libé : Dans quelles conditions se déroule la campagne électorale?

Abdelkbir Tabih : Globalement, la campagne dans la circonscription d’Ain Sebaa-Hay Mohammadi se déroule dans de bonnes conditions.  
Il est important de souligner que les campagnes électorales d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes que celles des années précédentes. Fini donc le temps de distribution des tracts des candidats, la campagne mise surtout sur des réunions  d’écoute et de débat avec les citoyens dans leurs domiciles.
Conscients de l’enjeu de ces échéances, les premières à se tenir après l’adoption de la nouvelle Constitution, les citoyens n’accordent plus d’intérêt au programme qui leur est soumis par les candidats, mais leur  demandent et avec insistance le bilan de leurs réalisations au moment où ils siégeaient au Parlement.  
Par rapport aux échéances précédentes, je peux confirmer qu’il y a de plus en plus de citoyens avertis et qu’il est difficile aujourd’hui de les induire en erreur. Ils sont en mesure de  juger les candidats de manière objective à partir de leurs projets concrétisés et visibles pour les habitants de la circonscription. Dans ce cadre, j’ai fait faire un dépliant des réalisations  auxquelles j’ai contribué à l’époque où j’étais député de la circonscription d’Ain Sebaa-Hay Mohammadi.

Qu’en est-il de la réaction des habitants de la circonscription ?

La politique de proximité pour laquelle j’ai opté a été très fructueuse et je n’ai ressenti  à aucun moment, avant et pendant cette campagne, que je suis étranger à ma circonscription.  Même si je n’ai pas pu remporter de siège au titre du mandat 2007-2012, mes relations avec les habitants de Hay Mohammadi ne se sont pas distendues et n’ont nullement  été interrompues. A souligner  aussi que j’ai toujours gardé ouvert un bureau dans la circonscription et que toutes les quinzaines, je reçois des citoyens pour régler  leurs problèmes et m’enquérir de la situation.

Quels sont les défis à relever ?

Cette campagne n’est en fait qu’une occasion pour renouveler le pacte avec les citoyens. Mais deux défis majeurs sont à relever, par  tous les candidats des partis démocratiques : d’une part,  le risque d’une abstention massive  et d’autre part, l’utilisation de l’argent sale. L’expérience  nous a montré que ce dernier  était à l’origine de l’arrivée d’une catégorie de députés qui avait  porté grandement  atteinte à l’image de l’action politique et de la démocratie en général. Mais notre tâche actuelle, quoique difficile, est de lutter contre ces phénomènes anachroniques en vue de rendre à l’action politique et électorale ses lettres de noblesse.

Avez-vous constaté des irrégularités ?

Il y en a sûrement. Mais les Marocains sont appelés à assumer leur responsabilité  en allant voter massivement le jour du scrutin et donner leurs voix aux candidats les plus intègres et les plus compétents, car il y va de l’avenir de notre pays et de ses institutions.  

Propos recueillis par LARBI BOUHAMIDA
Jeudi 24 Novembre 2011

Lu 654 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés