Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelaziz Bougja : Le Maroc s'est taillé une position très enviable entre l'Europe et l’Afrique dans le secteur des voyages d’ affaires


Libé
Dimanche 20 Mars 2022

Abdelaziz Bougja : Le Maroc s'est taillé une position très enviable entre l'Europe et l’Afrique dans le secteur des voyages d’ affaires
Le Maroc s'est taillé une position "très enviable" entre l'Europe et le continent africain, en particulier l'Ouest africain, dans le secteur des voyages d’affaires, affirme Abdelaziz Bougja, président co-fondateur de "Marco-Polo" Déplacements professionnels, Think Tank français avec des représentations à l’international.


Cela est dû essentiellement aux accords d'"Open Sky" signés avec l'Union européenne, estime M. Bougja, dans un entretien à la MAP, dans le sillage de la reprise du secteur touristique après la levée par la plupart des pays des restrictions de déplacement dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.


Au yeux du président de ce Think Tank, dont les membres portent la réflexion au cœur des entreprises et apportent des solutions en vue de garantir un développement vertueux du secteur, “les nouveaux développements vers le Golfe et Israël vont sans doute s'avérer très bénéfiques” pour le secteur des voyages d’affaires marocain.


Le Maroc dispose “d’atouts indéniables” pour se positionner en tant que plaque tournante dans ce domaine à la faveur notamment de sa géographie, de son histoire, de son dynamisme et d’une population jeune, estime M. Bougja.


Le profond ancrage du Royaume tant en Afrique, que sur le continent européen, son économie très diversifiée et enfin un développement infrastructurel hors normes (routes, ports, aéroports …) qui facilitent les liaisons, favorisent le Maroc en ce sens, souligne-t-il.
Par ailleurs, l’expert souligne la nécessité pour le Royaume de faciliter davantage l'entrée et la sortie des frontières pour attirer plus de clients. Il préconise également d’”arrêter de vendre à des tarifs trop bas” et “de passer du nombre à la qualité”. 

“Certes cela attire des passagers, mais cela contribue aux difficultés financières des transporteurs”, relève le président de ce Think Tank, qui a vu le jour fin 2008, dans le but de remédier à l’absence de représentativité des grandes entreprises dans le domaine des déplacements professionnels, avec un domaine qui représente jusqu’à 60% de la recette des prestataires et une domination d’outre-Atlantique sur le choix et les décisions à travers des associations qui définissent le produit. 


Revenant sur les défis auxquels le secteur est confronté actuellement, M. Bougja évoque en premier lieu celui de retrouver le niveau de consommation du voyage aérien dont les compagnies aériennes dépendent beaucoup. “Le "bashing" de l'avion est sans doute le plus gros défi à relever.

Il passera par un lobbying intelligent pour montrer l'implication du transport aérien dans la diminution des émissions de CO²”, explique-t-il.
Le président co-fondateur de "MARCO POLO" Déplacements professionnels revient aussi sur l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur qui a “terriblement souffert” essentiellement pour les vols internationaux qui représentent 50% du volume et 70% du chiffre d'affaires.

“Le trafic international a chuté de 90% en 15 jours, entre le 01 et le 15 mars 2020. Il se remet lentement. On est maintenant autour de 60% du trafic de 2019, en montée lente vers les niveaux de 2019 qui devraient être atteints l'année prochaine”, précise-t-il, soulignant que les pertes financières sont abyssales autour de 300 à 400 milliards de dollars.

Et d’ajouter qu’en plus, il faut remettre la machine en route et en particulier requalifier les équipages qui n'ont pas ou très peu volé pendant 2 ans.
Pour ce qui est des perspectives du secteur en période post-Covid, M. Bougja fait état d’un besoin de voyager qui “reste très fort”, faisant observer que le niveau de 2019 devrait être atteint en 2023.  “A partir de là, les experts prédisent une croissance de l'ordre de 2% à 3%”, anticipe-t-il, faisant observer que les commandes d'appareils nouveaux sont restées très élevées et la modernisation des flottes est un facteur essentiel à la décarbonisation.
“Marco Polo“ Déplacements professionnels a été fondé en 2008 sur la notion d’Intuitu personae.

Ses membres sont cooptés, tous représentatifs des professionnels du voyage d’affaires. Ils sont grands clients (Entreprises du CAC40), donneurs d’ordre, acteurs majeurs issus d’entreprises, d’agences de voyages, compagnies aériennes, chaînes d'hôtels, loueurs de voiture.



Lu 750 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p