Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Une ONG amazighe saisit l’UE sur l’usage des armes chimiques au Rif

De nombreux historiens affirment la responsabilité de l’Espagne et de la France dans l’utilisation d’armes chimiques




​Une ONG amazighe saisit l’UE sur l’usage des armes chimiques au Rif
C’est à travers une lettre destinée aux eurodéputés que l’Assemblée mondiale amazighe a appelé l’UE à voter une résolution obligeant les Etats espagnol et français à «reconnaître officiellement leurs responsabilités dans les actions militaires à l’encontre de la population civile du grand Rif durant les années 1921-1927». En guise de condamnation de l’utilisation par les deux Etats européens d’armes chimiques de destruction massive contre le Rif, la lettre a également invité l’UE « à réparer les préjudices subis et célébrer des actes de réconciliation et de solidarité avec les victimes, leurs descendants et la société rifaine ». 
Le contexte de cette missive est d’actualité : «Vous venez de voter une résolution le mercredi 15 avril dernier demandant à l’Etat turc de reconnaître le «génocide arménien» et dont le centenaire de ce crime contre l’humanité a été célébré le 24 avril … Nous voudrions attirer votre attention sur un autre crime contre l’humanité, provoqué par deux Etats, à savoir l’Espagne et la France,  et qui a eu lieu aux portes de l’Europe, au Nord du Maroc, dans le Grand Rif».
Selon la même source, « de nombreux historiens affirment, sans ambages, la responsabilité de l’Espagne et de la France dans l’utilisation d’armes chimiques de destruction massive, au demeurant prohibées par le droit international, notamment et en particulier contre des populations civiles rifaines, entre 1921 et 1927». 
Signée par Rachid Raha, président de l’AMA, cette lettre souligne que « la guerre chimique est non seulement une violation des règles les plus élémentaires du droit de la guerre, mais de surcroît et encore plus grave les héritiers des victimes d’hier continuent de souffrir aujourd’hui encore ».
De nombreuses études génétiques d’experts confirmés démontrent et témoignent des effets mutagènes et cancérigènes des armes utilisées : l’ypérite ou gaz moutarde, le phosgène, le disphosgène et la chloropicrine.  

Mustapha Elouizi
Mercredi 6 Mai 2015

Lu 611 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés