Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les négociations sur le nucléaire iranien reprennent à Vienne

La levée des sanctions économiques de l'Union européenne et des Etats-Unis principal obstacle




​Les négociations sur le nucléaire iranien reprennent à Vienne
L'Iran et les grandes puissances devainet repenche hier à Vienne des négociations délicates en vue d'un accord définitif sur le nucléaire iranien, trois semaines après la conclusion d'un accord-cadre, le 2 avril à Lausanne (Suisse).
Après avoir difficilement tracé les grandes lignes d'un compromis destiné à clore un dossier qui empoisonne les relations internationales depuis douze ans, il reste tout juste 70 jours aux négociateurs pour affiner les détails avant la date butoir du 30 juin.
La réunion de Vienne, premier round de négociations depuis celles de Lausanne, devait se tenir au niveau des directeurs politiques. Elle devrait durer au moins deux jours. La négociatrice de l'Union européenne, Helga Schmid, devait s’entretenir hier avec le ministre adjoint iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi. Ils seront ultérieurement rejoints par les représentants des autres grandes puissances du groupe des 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne).
L'objectif pour les grandes puissances est d'obtenir une réduction draconienne des capacités nucléaires iraniennes en échange d'une levée des sanctions internationales qui brident l'économie du pays.
Mais les questions les plus épineuses, dont le rythme de levée des sanctions et le mécanisme qui permettrait de les remettre en place en cas de non-respect de ses obligations par l'Iran, restent à résoudre.
Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a d'ailleurs prévenu dès le 9 avril que l'accord-cadre "ne garantit ni l'accord en lui-même, ni son contenu, ni même que les négociations iront jusqu'au bout". Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a lui aussi reconnu n'avoir "pas d’illusion sur le fait qu'il reste encore du chemin à parcourir".
Washington a publié des chiffres très précis sur la réduction des capacités nucléaires de Téhéran, soulignant que les stocks d'uranium enrichi de l'Iran seraient réduits de "98%" et que le nombre de ses centrifugeuses, qui permettent d'enrichir l'uranium, fondrait à "6.104", contre 19.000 actuellement. Mais l'Iran a simplement souligné que ses capacités seraient "limitées". Le champ exact des inspections approfondies que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sera amenée à effectuer doit également être précisé.
Mais la principale pierre d'achoppement porte sur le calendrier de la levée des sanctions économiques de l'Union européenne et des Etats-Unis infligées à Téhéran. Le président iranien Hassan Rouhani a insisté sur le fait que celles-ci devraient être levées "au premier jour de l'application de l'accord".

Jeudi 23 Avril 2015

Lu 137 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés