Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le président tunisien en visite aux Etats-Unis

La menace jihadiste aux frontières algériennes et le chaos de la Libye au cœur des discussions entre Béji Caïd Essebsi et Barack Obama




​Le président tunisien en visite aux Etats-Unis
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi entame aujourd’hui une visite officielle de deux jours aux Etats-Unis pour obtenir davantage d'assistance militaire face à la menace jihadiste et au chaos dans la Libye voisine.
Caïd Essebsi, devenu à 88 ans le premier chef d'Etat élu démocratiquement au suffrage universel en Tunisie, s'entretiendra jeudi avec son homologue américain Barack Obama, après une rencontre avec le secrétaire d'Etat John Kerry. En invitant le président tunisien, les Etats-Unis entendent afficher leur soutien à ce pays considéré comme le seul rescapé des révoltes arabes, "après les élections démocratiques historiques" de la fin 2014 selon la Maison Blanche.
Caïd Essebsi doit également rencontrer au cours de sa visite le vice-président Joe Biden et les secrétaires d'Etat américains à la Défense et au Commerce, d'après le porte-parole de la présidence tunisienne, Moez Sinaoui. "Ce que nous attendons de cette visite, c'est le renforcement des capacités militaires et sécuritaires tunisiennes par des équipements et aussi des formations", a déclaré lundi à la presse Sinaoui.
Le secrétaire d'Etat adjoint Antony Blinken avait indiqué le mois dernier à Tunis que son pays entendait doubler son assistance à l'armée et aux forces de sécurité tunisiennes en 2016, en les aidant notamment à "gérer les frontières". La semaine dernière, les Etats-Unis ont annoncé la livraison de 52 véhicules militaires de type Humvee et d'un navire de patrouille à l'armée tunisienne. La Tunisie doit encore recevoir en 2016 quatre autres navires américains.
Des groupes armés sont retranchés depuis 2012 à la frontière tuniso-algérienne, tandis que le chaos en Libye a favorisé les trafics en tous genres avec la Tunisie, notamment d'armes à destination de jihadistes, selon les autorités. 
En outre, la diplomatie tunisienne tentait toujours de négocier la libération de 172 de ses ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices, notamment islamistes, Fajr Libya, en représailles à l'arrestation à Tunis de l'un de ses chefs.
La Tunisie est confrontée depuis la révolution de 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste armée responsable de la mort de plusieurs dizaines de policiers et de militaires ainsi que de l'attentat, revendiqué par l'organisation Etat islamique, contre le musée du Bardo en mars (22 morts dont 21 touristes étrangers).
La coopération économique sera aussi abordée par le président tunisien, qui emmène avec lui le ministre des Finances Slim Chaker.
En mars, Obama avait encouragé la Tunisie à mener des réformes pour relancer son économie et pérenniser les progrès démocratiques, enregistrés depuis la révolution de 2011.

Mercredi 20 Mai 2015

Lu 42 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés