Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le pharaon Toutankhamon ne serait pas mort comme on le pensait




​Le pharaon Toutankhamon ne serait pas mort comme on le pensait
Etre un dieu-vivant ne protège pas des dures lois de la génétique et Toutankhamon en a fait les frais. Des études sur la momie du jeune roi d'Egypte ont confirmé ce que les spécialistes pensaient : ses parents étaient bien frère et soeur. Et à cause de cela, il souffrait de nombreuses infirmités. Des éléments qui remettent en question les causes supposées de sa mort.
Ces travaux sont revenus sur le devant de la scène grâce à un documentaire de la BBC intitulé Tutankhamun: the Truth Uncovered qui revient sur un mystère qui intrigue depuis presque 100 ans les chercheurs. En effet, la tombe et la momie de Toutankhamon ont été mises au jour le 22 novembre 1922 et restent parmi les découvertes les plus emblématiques et plus extraordinaires de l'histoire de l'archéologie.
Inhumé dans la vallée des Rois, ce pharaon membre de la 18e dynastie avait accédé au trône en 1332 avant Jésus-Christ, à seulement neuf ans, et a perdu la vie dix ans plus tard. Il a d'abord été estimé qu'il était mort d'un accident lors d'une course de char, mais les dernières analyses mettent cette hypothèse à mal.
Plus de 2.000 scans réalisés sur la momie ont permis d'obtenir une image fidèle du corps du défunt par tomographie. A partir de là, une véritable autopsie virtuelle a eu lieu et elle a révélé de nombreuses infirmités. Selon les résultats obtenus, Toutankhamon avait un pied-bot, une mâchoire inférieure trop reculée ainsi que de larges hanches féminines.
Pire, il était également atteint de la maladie de Köhler, qui s’attaque aux os du pied et cause de grandes douleurs, affirment les scientifiques. Un diagnostic qui constituerait une preuve que le pharaon n'a pas terminé ses jours comme on le pensait. "Il était important de s’intéresser à sa capacité à conduire un chariot et nous avons conclu que c’était impossible pour lui", explique à the Independent Albert Zink de l’institut des momies d’Italie. "Il était incapable de se tenir debout sans aide, d’autant moins quand on prend en compte son pied-bot", poursuit-il. Outre le précieux sarcophage et son immense trésor, la tombe de Toutankhamon comprenait également environ 130 cannes. Cela étaye la thèse d’un pharaon incapable de se déplacer seul. 
Affaibli par les tares génétiques, Toutankhamon aurait en plus souffert de la malaria et d’une mauvaise fracture de la jambe peu avant son décès. Aussi, les spécialistes n'ont pas encore de réponse définitive quant à la cause exacte de sa mort. Outre les problèmes génétiques, "il souffrait de la malaria donc il est difficile de dire si cela a été un facteur important dans la cause de sa mort", indique le professeur Zink. 
Une autre hypothèse évoque également le rôle de l'épilepsie dans la mort du roi. "Nous avons besoin de davantage d'analyses génétiques parce que cela nous donnera un meilleur aperçu sur ses problèmes", conclut-il. L’inceste était parfois pratiqué dans les dynasties égyptiennes afin de garder la lignée la plus pure possible, mais cela a au final affaibli leur descendance, en faisant naître des individus atteints de défauts ou maladies génétiques.  Plus proche de nous, la toute puissante dynastie des Habsbourg a aussi connu son lot de souverains gravement handicapés par la consanguinité. Cela a même provoqué l’extinction pure et simple de sa branche espagnole. 

Maxisciences
Jeudi 30 Octobre 2014

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico