Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Eau et électricité : La grogne contre Benkirane s’amplifie




​Eau et électricité : La grogne contre Benkirane s’amplifie
Les protestations contre les factures «gonflées» de l’eau et de l’électricité prennent de plus en plus d’ampleur. Dans plusieurs régions, les citoyens crient leur colère contre ce qu’ils qualifient d’«injustice». Jusqu’ici, ils refusent de payer les factures, et réclament une révision de leurs montants jugés «exorbitants». Le chef du gouvernement avait exprimé, lors d'une réunion au Parlement avec les élus de son parti, sa disposition à aller à la rencontre des protestataires, mais jusqu’à présent, les manifestations se poursuivent sans qu’une visite de sa part ne soit encore effectuée ! «Une autre promesse non tenue, on a pris l’habitude maintenant de ce genre de déclarations démagogiques et populistes. Ce que nous voulons ce n’est pas une rencontre, c’est une décision pour réviser ces tarifs. Ce sont les bourses des gens modestes qui en souffrent pas la sienne », exprime un membre de l’AMDH à Errachidia, 
Habitués à une tarification plutôt normale, les habitants d’Errachidia, Sefrou, Tounfit, Tahla, Bhalil, Fès, Tétouan Outat El Haj, Chefchaouen… battent le pavé depuis déjà plus d’une semaine. «L’on dirait que l’on avait bien sélectionné les zones devant subir ces hausses», fait remarquer Mohamed Boulghazi, membre d’une commission créée en l’occasion pour représenter les populations à Tahla. Mais, il n’y a aucune réponse des autorités et services compétents, sinon, des intimidations, voire des interventions musclées pour disperser les manifestants, comme cela fut le cas à Errachidia et à Tahla. 
A 70 ans, Ahmed, un ancien militaire, ne rate pas l’occasion d’exprimer en pleine rue à Tahla toute sa colère contre cette hausse injustifiée. L’ancien soldat qui perçoit une pension de 1300 DH se voit obligé de verser plus de 1400 DH aux services concernés. «D’habitude, je ne paye que 200 DH, pour l’eau et l’électricité. Aujourd’hui, je suis contraint de verser toute ma pension et m’endetter pour s’acquitter des redevances…», regrette-t-il. Et d’ajouter : « Aujourd’hui, le gouvernement ne remplit plus sa mission, puisqu’il ne fait que nous matraquer de hausses successives».   
Au lieu de résoudre le problème, les autorités recourent, selon un communiqué de l’AMDH à Tahla, à l’intimidation et aux menaces des victimes de ces hausses.  
Benkirane qui avait, quant à lui, osé déclarer qu'aucune hausse des prix de l'eau et de l'électricité n'aura lieu en dehors de la tarification fixée auparavant, ne bouge pas le petit doigt. Les gens veulent bien voir se concrétiser sa déclaration relative aux «instructions données pour que les factures dans les zones qui ont connu des protestations soient révisées… «Sommes-nous obligés de le suivre dans ses promesses, déclarations et hallucinations ?», s’interroge une victime des dernières hausses.    

Mustapha Elouizi
Jeudi 6 Novembre 2014

Lu 595 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés