Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

WAC-Derraji, divorce à l’amiable : Tout comme Al Korbi, le séjour de l’ex-international tunisien dans la métropole n’aura duré que quelques semaines




Comme prévu, le séjour d’Oussama Derraji à Casablanca a tourné court. L’ex-international tunisien a résilié son contrat avec les Rouges, préférant regagner le bercail à l’instar de son compatriote Faouzi Benzarti qui avait décidé d’abandonner les commandes techniques du WAC pour redevenir sélectionneur de l’équipe de Tunisie.
Depuis quelque temps, une rumeur insistante faisait part du départ d’Oussama Derraji du Wydad, d’autant plus qu’il n’a pas été retenu dans la liste africaine disputant la 22ème édition de la Ligue des champions.
Arrivé au début de l’ouverture du marché estival des transferts, Oussama Derraji n’a disputé aucun match avec les Rouge et Blanc et son passage dans la demeure wydadie rappelle celui d’un autre international tunisien, Khalid El Korbi en l’occurrence en 2015. Une résiliation qui devrait soulager la trésorerie du Wydad d’un peu moins de 100.000 dollars suite à une sanction prononcée par la Chambre de résolution des litiges de la FIFA.
Heureusement pour le Wydad que la séparation serait à l’amiable, ce qui devrait arranger les deux parties. Oussama Derraji est pressenti au Club Africain tandis que le WAC est appelé à tourner au plus vite cette page et à se projeter sur ses prochaines échéances que sont le championnat national, la Coupe du Trône, la Ligue des champions et la Coupe arabe des clubs champions.
Dans une déclaration au site «Hespress», Oussama Derraji a affirmé que la résiliation de son contrat avec le Wydad est due aux dispositions de la loi relative au recrutement des joueurs étrangers, ces derniers devant compter au moins dix matches internationaux lors des trois dernières saisons de leur exercice. Ce qui n’est pas le cas de l’ancien joueur des Aigles de Carthage qui s’est dit surpris d’avoir été recruté par le WAC dont les responsables devraient bien être au fait de cette loi fédérale.   
Il y a lieu de rappeler que le WAC, coaché par Abdelhadi Sektioui qui assure l’inérim, a renforcé ses rangs par le recrutement d’éléments aguerris de la trempe du revenant William Jebbour, du Nigérian Papa Tunde ou encore de l’ex-sociétaire du Hassania d’Agadir, Badii Aouk. Néanmoins, le WAC risque de perdre les services de certains de ses cadres, à savoir Mohamed Nahiri et Ismaïl El Haddad dans le viseur de clubs de Chine et de Turquie.  

Mohamed Bouarab
Mardi 7 Août 2018

Lu 667 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls