Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Violents affrontements au camp d’El Ayoun




Le camp d’El Ayoun a été le théâtre d’affrontements entre miliciens du Polisario et les populations.
Mardi 9 juin courant, Houcine Brika ,qui revenait de la frontière algérienne, a été agressé par des éléments de la pseudo-gendarmerie du Polisario.
Selon les informations en provenance des camps, ilétait en compagnie de plusieurs autres Sahraouis quand il fut pris à partie, après une course-poursuite avec les éléments de la milice séparatiste avec lesquels il a eu une altercation verbale. Ceux-ci,vexés, le battirent avant de le transporter au centre de soin le plus proche qui refusa de le recevoir étant donné son état critique. Il a été doncadmis au prétendu hôpital national où son état ne cesse de se dégrader. Les miliciens qui étaient au nombre de sept, tous de très jeunes recrues sans expérience, dirigés par un ex-détenu algérien, originaire de Tindouf, n’ont pas dû attendre longtemps la réaction des populations qui s’attroupèrent devant le poste qu’ils gardaient. Effrayés par l’ampleur de l’attroupement, les jeunes recrues, sur instruction de leur chef, le dénommé Baikouk, s’enfuirent en abandonnant leurs armes et matériel.
Le père de la victime a estimé que l’agression contre son fils était un acte de représailles contre l’ensemble des tribus Tekna vu que Baikouk est algérien d’origine R’Guibi et qu’il n’a pu agir sans ordre de ses supérieurs.

A.E.K
Lundi 15 Juin 2020

Lu 57 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >