Vernissage à l'IMA d'une exposition de l'artiste plasticienne Sofia El Khyari


Libé
Mercredi 21 Février 2024

Le vernissage de l'exposition "Aux sources de l’imaginaire" de l'artiste plasticienne et réalisatrice marocaine Sofia El Khyari a eu lieu, samedi soir à la Bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris, en présence d'un aréopage d’artistes et d'amateurs d'art contemporain.

Cette exposition captivante, qui se poursuit jusqu'au 31 mars, transporte les visiteurs dans un voyage intime au milieu de l'univers poétique et graphique de la jeune artiste marocaine.

L'exposition, qui réunit dessins, esquisses et autres documents, met en lumière les étapes de fabrication derrière son court-métrage "L’Ombre des papillons", réalisé en 2022, et le reste de sa filmographie.
"L'objectif de cette exposition est de mettre en lumière le côté fait à la main du processus d'animation", a déclaré Sofia El Khyari à la MAP, relevant que chacun de ses films est réalisé selon des "techniques traditionnelles", ce qui génère des milliers de peintures originales ainsi que de nombreux carnets de croquis.

Selon l'artiste, l'idée derrière cette exposition, qui a été également marquée par la projection de ses courts-métrages animés, est de partager cette expérience avec le public et les visiteurs de l'IMA, invitant le public à découvrir ses films, accessibles à l'IMA, dont le dernier "L’Ombre des papillons".

Pour Emilie Kozlof, artiste et scénariste française, la manière dont chaque aspect du processus créatif de l'artiste marocaine est présenté témoigne d'un "réel souci du détail" et d'une "passion palpable pour l'animation".
Cette passion, a-t-elle dit, se traduit dans chaque peinture et dans chaque détail minutieux des films animés présentés, félicitant l'artiste pour sa capacité à transmettre des émotions authentiques à travers ses œuvres.
Née en 1992 à Casablanca, Sofia El Khyari est une artiste plasticienne et réalisatrice multiprimée de films d’animation. Elle étudie la gestion culturelle à Paris où elle apprend également l’animation en autodidacte, avant d'obtenir un Master en animation au Royal College of Art de Londres.

Ses courts-métrages ont été primés et projetés dans plus de 150 festivals internationaux, dont le Festival de Locarno, le Festival de Toronto TIFF, le Festival d’animation d’Annecy, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou ou encore le Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès (FICAM).
Parmi ces films d’animation, "le Grain de ta peau" (2015), "Ayam" (2017) et "Le Corps poreux (2018)". Outre l’Institut du monde arabe de Paris, son travail a été acquis, projeté et exposé par d'autres institutions telles la Cinémathèque française et le musée du Quai-Branly.


Lu 1844 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.







L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


Inscription à la newsletter



services