Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une plateforme d’ orientation vers le 8ème Congrès national des femmes ittihadies


Rachid Meftah
Mercredi 22 Juin 2022

Commission politique du conseil national de l’OSFI

Une plateforme d’ orientation vers le 8ème Congrès national des femmes ittihadies
La commission politique issue du Conseil national de l’Organisation socialiste des femmes ittihadies a tenu dimanche 19 juin une réunion –en présentiel et en distanciel- dédiée à la préparation du document politique qui constituera une plateforme culturelle à même d’orienter les Ittihadies vers les assises du 8ème Congrès de l’OSFI. A cette occasion, la présidente de cette commission, Saâdia Bensehli, accompagnée des membres du secrétariat de ladite instance, a présenté une carte fondatrice faisant office du projet d’un ensemble de propositions ayant trait aux axes principaux du document politique tels que les droits acquis entre le texte constitutionnel et la réalité mais aussi la situation des femmes entre la législation nationale et les engagements internationaux d’une part et les processus d’activation, de révisions et de réformes d’une autre de même que le statut de la famille qui nécessite une révision globale pouvant répondre aux aspirations des femmes marocaines. Par ailleurs, le débat s’est articulé autour de la problématique de la participation politique des femmes et leur positionnement en matière de prises de décisions, à travers une lecture de l’expérience vécue et de son bilan à la lumière des nouvelles lois électorales en sus des politiques publiques quant au niveau de gouvernance atteint se rapportant à l’intégration de l’approche genre visant la réalisation de l’équité et de l’égalité des chances de même que l’habilitation économique des femmes en tant que droit et mécanisme d’intégration effective des femmes dans le processus du développement sociétal. Là-dessus, les discussions n’ont pas manqué d’évoquer la question des femmes et de la migration, outre les volets de l’environnement et des changements climatiques. Ainsi, la carte fondatrice a inclus plusieurs orientations théoriques considérées comme une faille de route, un programme d’action et des interrogations d’actualité cherchant à définir les axes du 8ème Congrès national, telles que, à titre d’exemples : - Jusqu’à quel niveau, le mouvement féminin national, dont le mouvement féminin ittihadi, a-til contribué à remporter des droits permettant la concrétisation de l’équité et l’égalité sociales en faveur des femmes ? - Le texte constitutionnel est-il parvenu à disposer des garanties législatives avancées dans ce sens et à quel niveau se situe l’activation démocratique de la Constitution ? - Le législateur marocain, a-t-il été capable de se conformer aux engagements internationaux concernant les droits des femmes ? - Quel bilan de la contribution militante des femmes ittihadies dans la lutte pour les droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux ? Et le militantisme féminin sur tous les fronts, a-t-il conféré aux revendications féminines leur caractère sociétal ? -Peut-on considérer l’accessibilité économique des femmes comme un intrant essentiel de la libération et une garantie pour l’ensemble des droits ? Mais aussi quels sont les enjeux et les perspectives du développement du militantisme féminin ittihadi et quels mécanismes pour favoriser l’élévation de l’Organisation ? D’autre part, la réunion a été marquée par l’exposé d’encadrement, donné par Amina Ouchelh sous forme d’une rétrospective historique mettent en avant le processus d’acheminement de l’Organisation féminine ittihadie depuis ses premiers fondements, soulignant, à ce propos, que l’on ne peut se prétendre d’une organisation féminine ittihadie qu’à partir du 4ème Congrès national du parti, lors duquel il fut présenté un document révélant une grande influence du secteur féminin dénotant de la conviction profonde de l’ensemble des Ittihadies et Ittihadis quant aux droits des femmes dans leur globalité … A ce sujet, la doyenne Amina Ouchelh a mis en avant la coordination aussi bien au niveau national que celui local et a souligné que toute activité féminine est nécessairement une activité partisane qui requiert l’adhésion de tout le monde, hommes et femmes, une activité avancée ayant distingué l’Union socialiste des forces populaires à travers l’histoire … Ouchelh a rappelé, à cet effet, la trajectoire de nombre de personnalités ittihadies féminines influentes ayant été à l’avant-garde de la lutte féminine, indiquant que le Congrès extraordinaire a été le premier Congrès qui avait inclus parmi ses commissions, celle de la question des femmes, composée par ailleurs de femmes et d’hommes en parfaite adéquation. Parmi, ces personnalités féminines qui ont marqué l’histoire et la trajectoire du militantisme féminin ittihadi, a-t-elle indiqué, figurent des doyennes à l’instar de Touria Seqat, Badiâa Sakalli, Aïcha Belarbi, Fatima Belamine, Rahma Bouaânane, Aïcha Chemri, qui s’étaient déployées au sein de la commission des affaires des femmes lors du Congrès extraordinaire, travaux qui avaient été sanctionnés par la publication d’un livret intitulé « le rapport annuel » développant, un ensemble de revendications féminines à différents niveaux. Le mouvement féminin marocain, a-t-elle poursuivi, a largement tiré profit de ce rapport en l’adoptant comme référentiel de l’an 1977, en précisant qu’en dépit des années de plomb qui n’étaient point favorables, l’organisation féminine s’était révélée forte de par la détermination de militantes ayant suivi de près le processus du développement du mouvement féminin à travers le monde, notamment l’Union mondiale des femmes et l’Union des femmes arabes, le secteur féminin ittihadi ayant été l’unique membre marocain de ces organisations internationales et arabes. Amina Ouchelh a ajouté que la station du Congrès de 1984 a été déterminante et qu’elle (Ouchelh) y avait assuré la mission de rapporteur de la commission des femmes et que seules sept femmes étaient membres de la commission centrale s’acharnant à qualifier l’organisation féminine de structure semi-populaire sans pour autant se défaire de son attachement au parti, par ailleurs favorisant à ses militantes un prolongement et une crédibilité authentiques. Et de conclure, en rendant hommage à l’esprit participatif ayant caractérisé l’action des Ittihadies qui ont toujours manifesté leur attachement à l’aspect conjoint de l’action dans le but de consolider l’identité du parti, de même qu’elle n’a pas manqué de louer les rapports de l’organisation des femmes ittihadies avec d’autres organisations affiliées à d’autres partis tels que l’OADP, le PI et le PPS.


Lu 1019 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile







L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          





Flux RSS
p