Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une courbe épidémique qui donne du tournis

On a du mal à situer la portée des cas confirmés au Maroc




Une courbe épidémique qui donne du tournis
La courbe épidémique au Maroc est pour le moins illisible pour ne pas dire angoissante. En partant du principe que le déconfinement est intiment lié à une inversion de la courbe épidémique et donc à une diminution drastique du nombre de contaminations quotidiennes, voilà que le ministère de la Santé nous annonce 218 nouveaux cas entre dimanche et lundi alors que lors du point de presse précédent, il était question de 153 nouveaux cas dans la soirée de samedi à dimanche. Mardi en milieu de matinée, le ministère de tutelle signalait seulement 99 nouveaux cas, portant ainsi le bilan des contaminations au Covid-19 à 6.380. 
En dents de scie, la courbe épidémique du Royaume n’a pas fini de nous surprendre. A commencer par le secrétaire général du Centre hospitalo-universitaire Ibn Sina, Abdelhamid Ouaqouaq. Il semblait si sûr de lui en affirmant à la MAP que « la courbe s’aplatit ». Moins de 24 heures plus tard, le nombre de nouvelles contaminations est remonté en flèche. En ces temps de Covid-19, il n’est jamais bon de trop s’avancer. La vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain.
En tout cas, la récente hausse du nombre des personnes porteuses du coronavirus rend de plus en plus illusoire un déconfinement total ce 20 mai. Surtout que cette hausse n’est pas le fruit du hasard. Elle est la conséquence de comportements inconscients des citoyens. Certains ont clairement pris à la légère les gestes barrières et autres mesures préventives. Sans parler d’un confinement en dilettante. Pour beaucoup de spécialistes dont Driss Elhabchi, responsable du service de chimie et toxicologie à l'Institut Pasteur de Casablanca, la situation épidémique au Maroc est inquiétante. Ce dernier a exprimé ses craintes quant à cette « étrange propagation du virus ». Toujours d’après Driss Elhabchi, si le Maroc a réussi tant bien que mal à « contrôler la propagation du virus, toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour déconfiner ».
Bref, les mauvaises nouvelles sont à la mode ces derniers jours. Mais les bonnes également. Fort heureusement, le personnel hospitalier réalise un travail remarquable aux quatre coins du Royaume. Le nombre de guérisons en est le parfait exemple. Mardi à 10h, le ministère de la Santé a fait état de cent dix-neuf (119) nouvelles guérisons pour un total de 2.930rémissions. Autre bonne nouvelle, le nombre de décès stagne à 188. Pourvu que ça dure. 

C.C
Mercredi 13 Mai 2020

Lu 945 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif