Une autre récession mondiale ?


Libé
Jeudi 19 Mai 2022

Une autre récession mondiale ?
En début d'année, j'ai exprimé des inquiétudes quant aux perspectives des marchés financiers, en raison de toutes les incertitudes considérables que j'ai pu identifier, et des nombreux autres risques potentiels qui n'étaient pas encore clairs.

C'était après que la Russie a commencé à masser des troupes à la frontière ukrainienne, mais avant qu'elle ne l'envahisse. Maintenant que la Russie a lancé sa guerre d'agression, elle a été presque totalement retirée de l'économie et des marchés internationaux, et les prix de l'énergie et des denrées alimentaires ont grimpé en flèche.

Dans le même temps, les banques centrales occidentales ont entrepris un changement majeur dans leurs orientations politiques, ayant finalement abandonné l'idée que l'inflation actuelle n'est qu'un phénomène temporaire qui s'atténuerait de lui-même. Ils resserrent désormais délibérément les conditions financières mondiales (à la fois en assouplissant leurs bilans et en augmentant les taux d'intérêt), ce qui ajoute aux pressions cycliques sur les revenus des ménages, et donc sur l'ensemble de l'économie.

Comme si cela ne suffisait pas, l'économie chinoise – la deuxième plus grande au monde et dix fois plus grande que celle de la Russie – a été délibérément freinée par la stratégie «zéro-Covid» du gouvernement. Et cela s'ajoute aux efforts existants pour atténuer les prix excessifs de l'immobilier , réduire la croissance du crédit et freiner les secteurs d'activité (à commencer par les grands conglomérats technologiques) qui sont considérés comme interférant avec le nouvel objectif de «croissance plus juste» du gouvernement.

Compte tenu de ces développements, il semble qu'une récession mondiale pourrait peser sur nous. Si tel est le cas, ce sera remarquablement soudain, survenant si peu de temps après les mini-récessions induites par le confinement de 2020 et 2021. Quelle sera la gravité de ce ralentissement et existe-t-il des politiques qui pourraient l'éviter, ou du moins minimiser son ampleur et sa gravité?

En Chine, les décideurs politiques craignent qu'une position plus souple sur le Covid-19 ne fasse augmenter les infections et submerge les hôpitaux urbains du pays. Puisqu'on a déjà vu la même séquence se dérouler ailleurs - notamment au Royaume-Uni, qui a été contraint d'imposer des confinements soudains et sévères en 2020-21 - on peut difficilement reprocher à la Chine d'être généralement prudente. Mais les preuves suggèrent qu'Omicron (la variante mondiale dominante) est si transmissible que même les blocages ne l'arrêteront probablement pas complètement. De plus, il semble être moins virulent que les variantes précédentes, ce qui rend une réponse draconienne plus difficile à justifier.

La stratégie brutale du zéro Covid de la Chine s'ajoute à une économie déjà faible, elle a donc ajouté aux faiblesses cycliques sous-jacentes. Les données commerciales les plus récentes (pour avril) montrent que les importations chinoises restent exceptionnellement faibles, ce qui n'est qu'un des nombreux signaux indiquant qu’une économie est faible.

Les problèmes auxquels la Chine est confrontée ont des implications qui vont au-delà de l'économie et des marchés. La direction du parti unique chinois a longtemps légitimé son pouvoir en offrant un niveau de vie toujours plus élevé aux 1,4 milliard d'habitants du pays. Mais ce pacte implicite ne peut être facilement maintenu dans des conditions de faiblesse économique persistante.

Ayant observé la Chine pendant plus de 30 ans, je dirais que l'une des plus grandes forces de son gouvernement a été sa gestion des risques exceptionnellement bonne. Dans le passé, il a traité des problèmes potentiels majeurs de manière décisive et en temps opportun. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. S'il ne change pas de cap bientôt, son économie et le reste du monde subiront bien plus de souffrances. D'un autre côté, si le gouvernement peut abandonner le "zéro-Covid" et certaines de ses autres mesures de répression économique plus draconiennes, la croissance pourrait bien rebondir rapidement.
 
Quant au reste du monde, deux facteurs majeurs au-delà de la Chine détermineront comment les choses se dérouleront : les grandes politiques des banques centrales et Vladimir Poutine. Les intentions du président russe restent aussi difficiles à prévoir aujourd'hui qu'elles l'étaient il y a trois mois lorsqu'il a lancé son invasion. Le soutien soudain de la Finlande et de la Suède à l'adhésion à l'OTAN montre que Poutine a commis une erreur de calcul abyssale. Bien qu'il ne mette peut-être pas fin à la guerre, sa stupidité pourrait bien entraîner son éviction du pouvoir (bien que de nombreux kremlinologues considèrent cela comme peu probable).

Quoi qu'il en soit, le coup porté aux revenus réels – et donc aux dépenses de consommation – par la hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires a été si important que les banques centrales devraient réfléchir à deux fois à leur nouveau bellicisme. Après tout, si le moyen de maîtriser l'inflation est d'affaiblir l'économie, la flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, conjuguée au resserrement des conditions financières, aurait peut-être déjà fait le travail des banques centrales à leur place.

Certes, si les anticipations d'inflation à plus long terme augmentent et ne sont plus ancrées, cela modifierait considérablement le calcul. Aux Etats-Unis, où les changements de politique de la Réserve fédérale ont des effets mondiaux de grande portée, le dernier indice des prix à la consommation montre une inflation sous-jacente toujours supérieure à 6% , avec une accélération de l'inflation des prix dans le secteur des services. En tant que telle, la Fed pourrait voir peu de raisons d'abandonner la trajectoire de resserrement qu'elle a si bruyamment évoquée.

Mais la Fed ferait bien de considérer la réduction des revenus disponibles réels (corrigés de l'inflation) aux Etats-Unis. Bien que la baisse n'ait pas été aussi sévère qu'en Europe , elle a été significative, et le fort resserrement des conditions financières a peut-être déjà semé les germes d'un ralentissement économique prochainement.

Alors, allons-nous vers une récession mondiale ? Beaucoup dépendra de la Fed, des dirigeants chinois et du chiffrement erratique et isolé du Kremlin.

Par Jim O'Neill
Ancien président de Goldman Sachs Asset Managemen,  ancien ministre du Trésor britannique et membre de la Commission paneuropéenne de la santé et du développement durable


Lu 1168 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Juillet 2022 - 19:00 N’annulez pas la culture russe

Jeudi 30 Juin 2022 - 19:00 Mauvais sur le dollar pour l'instant