Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un zonage anti-Covid assez discutable

Qu'est-ce qui a pesé le plus dans la prise de décision ?



Le sanitaire ou le sécuritaire ?

Un zonage anti-Covid assez discutable
Après des semaines de rumeurs et de fuites médiatiques, le Maroc a fini par opter pour le prolongement de l’état d’urgence sanitaire et pour le démarrage du déconfinement progressif. Une carte a été élaborée pour délimiter les différentes provinces et préfectures qui bénéficieront de l’allègement des mesures de confinement et celles quine bénéficieront que de l’allègement de certaines restrictions. Dans la première catégorie, on compte 69 localités, soit 95% du territoire national et 61% de la population. Selon un communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur et de la Santé publié dans la nuit de mardi à mercredi, cette répartition sera hebdomadairement revue.
Pourtant, nombreuses sont les questions que cette carte suscite. D’abord, au niveau des critères de répartition. En effet, le discours du chef du gouvernement n’a pas pipé mot sur ces critères et sur les motivations qui ont sous-tendu tel ou tel choix. Saad Dine El Otmani s'est contenté des généralités en affirmant que les 16 provinces et préfectures de la zone 2 représentent 85% des cas de contamination. Qu’en est-il de l’impact de ce taux sur la circulation active du virus, sur la capacité d’accueil et de réanimation de nos infrastructures hospitalières et sur leur capacité à faire des tests en nombre suffisant ?C’est silence radio. En outre, il a indiqué que le taux de létalité est de 2,5% et que les cas graves et dangereux qui demandent une réanimation ne dépassent pas les 2,5% également. 
Autres questions et non des moindres : que représente le taux de 85% par rapport aux autres indicateurs qui révèlent que le taux d'incidence est de 22,2% pour chaque 100.000 habitants, que le nombre total des exclus est de 267.278, que le taux de mortalité est de 2,6% et que le taux de guérison est de 90,1% ?
Ensuite, pourquoi a-t-on subdiviséle Maroc enprovinces et préfectures et nonen régions ? Cette répartition par provinces et préfectures a-t-elleété uniquement dictée par des raisons sanitaires ou est-ce qu’elle a des motivations sécuritaires vu que le ministère de l’Intérieur a été partie prenante dans l’élaboration de ladite carte ? Comment peut-on mettre surun pied d’égalité la situation épidémiologique degrandes villes comme Casablanca ou Rabat avec celle de localités comme Médiouna ou Témara ?  N’y a-t-il pas des erreurs de comptage dans la remontée des données pour chaque localité ? Et comment peut-on expliquer que toute la zone 2 est unezone côtièrequi concentre les principales agglomérations du pays, les densités démographiques les plus élevées, les réseaux d’infrastructures et de communication les plus denses ainsi que les principales activités économiquesen un temps où l’Exécutif appelle à leur reprise indépendamment de leur secteur et de leur situation géographique ?
Enfin, pourquoi l’Exécutif a-t-il choisi la discrétion dans l’élaboration et la communication concernant cette carte ? Comment peut-on expliquer l’exclusion des collectivités territoriales dans sa conception et son exécution? Et pourquoi le gouvernement a-t-il confié la gestion de ce dossier aux seuls walis et gouverneurs ?  

​Portes closes pour les mosquées

La réouverture se fera en temps opportun, selon le Conseil supérieur des oulémas
 
La réouverture des mosquées se fera en temps opportun, et en coordination étroite avec le ministère de la Santé et les autorités compétentes, tout en tenant compte de la situation épidémiologique dans notre pays, a affirmé, mercredi, le Conseil supérieur des oulémas.
Ci-après la traduction intégrale du communiqué du Conseil: 
Une fatwa du Conseil supérieur des oulémas concernant la fermeture des mosquées avait prévu que la nécessité est levée par la levée de sa justification, ce qui signifie que la fermeture temporaire des mosquées sera levée dès le retour de la situation épidémiologique à la normale dans notre pays.
Dans les circonstances actuelles marquées par la continuité des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie, le Conseil souligne que la réouverture des mosquées se fera en temps opportun, et en coordination étroite avec le ministère de la Santé et les autorités compétentes, tout en tenant compte de la situation épidémiologique dans notre pays et ce, en se basant sur les considérations suivantes :
1. La prière collective dans notre rite malékite est effectuée en dressant une ligne sans éloignement, mais loin de tout rigorisme ou affectation ; 
2. L'une des conditions de la prière étant la quiétude, l'absence de peur qu'un danger survienne en raison du rassemblement ;
3. La prière est basée sur la certitude, et ne peut être accompagnée d'un quelconque doute, suivant le hadith authentique : "Détourne-toi de ce qui t'inspire méfiance pour t'en tenir à ce qui ne te l'inspire pas".
4. L'intervention des autorités dans les lieux publics pour surveiller les mesures de protection contre l'épidémie est inconcevable dans les mosquées, dont le nombre dépasse les 50.000;
5. Il serait gênant pour tous, si les mosquées étaient rouvertes dans le contexte actuel, et que des personnes soient infectées au cours des prochains jours et qu’elles disséminent l'infection parmi les fidèles ;
6. L'accomplissement de la prière dans les maisons par nécessité ne prive pas les fidèles de la récompense d'avoir prié dans une mosquée étant donné que la Terre entière est une mosquée, conformément au hadith du Prophète, Paix et bénédiction sur lui, "Il m'a été donné la terre entière comme lieu de prière".
Que Dieu protège notre Souverain, bénisse son action et le rétribue pour son soutien à la nécessité première qu’est la préservation de la vie des citoyens. Il est Dieu le Tout-Puissant, qui entend et répond à l’appel.

Hassan Bentaleb
Vendredi 12 Juin 2020

Lu 946 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS