Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un milliard de chérubins sous menace de par le monde

L’impact du réchauffement climatique de plus en plus insoutenable


61ème sur un total de 163 nations, le Maroc présente un indice des risques climatiques pour les enfants modéré selon l’Unicef

“Un milliard d’enfants sont très fortement exposés aux impacts de la crise climatique”. Ce constat est issu d’un récent rapport de l'Unicef qui classe le Royaume à la 61ème place sur un total de 163 nations. Une position loin d'être idéale, mais pas au point d'être dramatique non plus. Car si les enfants du monde entier seront, quoi qu’il en soit, exposés aux impacts du réchauffement climatique, cet impact sera moindre au Maroc, comparé à des pays comme la République centrafricaine, le Tchad et le Nigeria. Confirmant ainsi que les endroits à plus haut risque sur la planète sont ceux qui contribuent le moins aux changements climatiques. En effet, les 33 pays à très haut risque génèrent moins de 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En revanche, les dix pays à plus haut risque produisent seulement 0,5% des émissions mondiales. Pollution atmosphérique (1 milliard d’enfants), pénuries d'eau (920 millions), vagues de chaleur (820 millions), inondations (570 millions), ou encore cyclones (400 millions), sont autant d’évènements, amplifiés par la crise climatique, qui menacent tous les enfants sur la planète, estime le rapport de l'Unicef, publié à l'occasion du troisième anniversaire de la grève scolaire pour le climat initiée par la militante Greta Thunberg en 2018 et suivie par des jeunes aux quatre coins de la planète. Le rapport intitulé “La crise climatique est une crise des droits de l’enfant : Présentation de l’Indice des risques climatiques pour les enfants” a été décrit par l’Unicef comme la première analyse détaillée de ces risques à travers le prisme de la jeunesse. Les pays y sont classés selon le degré d’exposition des enfants aux chocs climatiques et environnementaux (cyclones, canicules...) et leur degré de vulnérabilité à ces chocs, mesuré en fonction de leur niveau d’accès à des services essentiels tels que les services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, de santé et d’éducation. «Les changements climatiques sont profondément inéquitables. Les enfants ne sont pas à l'origine de la hausse globale des températures. Pourtant, ce sont eux qui paieront le plus lourd tribut, en particulier dans les pays les moins responsables», déplore Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef. Concrètement, les facteurs liés aux changements climatiques les plus susceptibles d'affecter les enfants sont la pollution atmosphérique (1 milliard d'enfants fortement exposés), les pénuries d'eau (920 millions) et les canicules (820 millions). Au Maroc, bien que les facteurs climatiques et environnementaux soient élevés (7), la vulnérabilité des enfants l’est beaucoup moins (3,3). Par conséquent, l’indice des risques climatiques pour les enfants du pays est préoccupant sans pour autant être alarmant (5,4). Non loin des Etats-Unis (80ème, IRCE : 5), de la République de Corée (72ème, IRCE : 5,2), ou du Brésil (70ème, IRCE : 5,3). Mais les risques encourus ne sont pas une fatalité. Pour l’Unicef, “il est encore temps d’agir”. Puis de préciser :“Améliorer l’accès des enfants aux services essentiels, notamment à l’approvisionnement en eau et l’assainissement, à la santé et à l’éducation, peut considérablement renforcer leur capacité à survivre à ces aléas”. Réalisée en collaboration avec le mouvement international Fridays for Future, en utilisant des données géographiques à haute résolution, l'étude propose également aux gouvernements et aux entreprises de donner la parole aux enfants. Mais pas seulement. Il faudrait aussi les écouter afin de minimiser les effets d’une inéluctable destinée. Comment ? Via la mise en place d’actions prioritaires pour protéger les enfants tout en redoublant d’efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces demandes et recommandations, l’Unicef les adressent directement aux gouvernements du monde entier en espérant une réaction qui tarde. «Nous devons regarder la situation en face, reconnaître, gérer les changements climatiques comme une véritable crise, et prendre de toute urgence les mesures qui s'imposent afin de léguer une planète habitable aux jeunes générations», renchérissent Greta Thunberg et plusieurs porte-parole de Fridays For Future, invités à s'exprimer en amont de la publication du rapport. En attendant que cet appel de détresse soit entendu, la planète poursuivra sa descente aux enfers et les enfants continueront d’être les plus durement touchés par la crise climatique. Car encore fautil le rappeler, comparé à un adulte, un enfant a besoin de plus d’eau et de nourriture par unité de masse corporelle. De plus, il résiste moins bien aux phénomènes météorologiques extrêmes et présente une plus grande sensibilité aux produits chimiques toxiques, aux variations de température et aux maladies. Qui plus depuis le début de la pandémie de la Covid-19. Mais si “la pandémie a ajouté une nouvelle dimension à ce défi, le processus de relèvement offre aussi l’occasion de mener les changements nécessaires”, conclut l’Unicef. 

Chady Chaabi

Mercredi 25 Août 2021

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS