Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un baril pour des prunes : Le “wait and see” du Maroc

Le coronavirus place la crise dans le camp des producteurs de pétrole




Un baril pour des prunes :  Le “wait and see” du Maroc
«Wait and see », semble être la position du gouvernement marocain face à la chute, lundi dernier, du cours du baril de pétrole américain sous la barre de zéro dollar pour plonger à -38 dollars. Une source du ministère de l’Energie et des Mines a révélé au site hespress que cette crise se déroule au niveau du marché des produits bruts du pétrole et que le Maroc n’en est pas concerné directement puisqu’il n’achète pas ces produits. Il s’intéresse plutôt, et de près, aux prix du baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne cotée à Londres, qui a été beaucoup moins affecté puisqu'il n'a cédé que 9%, pour terminer à 25,57 dollars. A ce propos, ladite source indique que notre pays préfère attendre que les choses deviennent plus claires. En effet, le cours du baril de Brent a chuté de plus de 60 % depuis le début de l’année. Mais il est loin de subir la descente aux enfers du WTI (West Texas Intermediate) puisque le contrat de référence concerne la livraison de juin, donc à une échéance plus lointaine.
En attendant que l'horizon s'éclaircisse, que s’est-il passé aux Etats-Unis ? « Ce sont les traders qui se débarassent de leur pétrole en papier, ces fameux contrats de livraison pour mai car ils ne veulent pas stocker du « vrai » pétrole puisque cela coûte cher. Ils veulent vendre mais personne ne veut leur acheter. L’argument avancé par certains que les capacités de stockage sont à leur maximum est inexact puisque si ces capacités diminuent, il en reste», a indiqué Maxime Combes, économiste et auteur du livre : « Sortons de l'âge des fossiles » sur son compte twitter tout en précisant que le - 37 dollars enregistré lundi est le prix du baril américain pour la livraison de mai et que ce même baril pour la livraison de juin est à 22 dollars. Quant au baril de Brent coté à Londres et destiné à être livré en   juin, c’est à 26 euros qu’il s’est écoulé. Et d’ajouter : « La situation américaine est très spécifique puisqu’elle est liée à l’exploitation des hydrocarbures de schistes. Contrairement à l’Arabie Saoudite, il n’y a pas de possibilité de fermer le robinet aisément. Cette production est rigide à court et à moyen termes et les Américains sont réticents à baisser leur production. Bref, on a conjointement un krach sur la cotation du WTI crude oil et un marché physique du pétrole américain structurellement en excédent de production sans débouché aisé ».
Comment peut-on expliquer cette situation ?  Maxime Combes soutient qu’il s’agit d’une financiarisation extrême du marché pétrolier. Selon lui, un baril de pétrole est échangé des milliers de fois sous forme de contrat avant même d’être extrait et livré physiquement. Pour lui, il s’agit bien d’un effondrement historique révélateur d’un déséquilibre majeur sur les marchés physiques de pétrole tout en précisant que tout ne sera effondré sur ces marchés.  
Que faut-il retenir de cette chute du cours du pétrole américain ? « Ce prix négatif ne veut pas dire que le baril physique de pétrole n’a plus de valeur. Aujourd’hui avant d’être physique, le baril de pétrole est un produit financier comme un autre, donc soumis aux spéculations à la baisse. On a un marché boursier du pétrole qui s’emballe à la baisse car il ne sait pas gérer cette situation. Mais laisser les marchés financiers décider des prix des matières premières en situation d’incertitude radicale et de dépression économique est une aberration totale. Il faut sortir notre avenir énergétique des mains de la finance. En effet, si rien ne change, les contrats pour juin ou juillet vont vraisemblablement continuer à dévisser », a-t-il conclu.  

La chute des cours allégera les effets négatifs du Covid-19 sur les recettes marocaines en devises

La chute des prix du pétrole permettrait d’alléger de manière “très significative” les effets négatifs de la crise du coronavirus (Covid-19) sur les recettes en devises du Maroc, notamment celles liées au tourisme, aux transferts des Marocains résidant à l’étranger et aux flux d’investissements directs étrangers, a souligné l’économiste Omar Bakkou.
Ce repli de l’or noir exercera un impact positif extrêmement important sur le volume global des importations du Maroc et ce, en raison de la part capitale que représentent les importations de ce produit et des produits énergétiques d’une manière générale dans les importations totales, soit environ 20% en moyenne selon les années, explique M. Bakkou à la MAP.
Le spécialiste de la politique de change a, dans ce sens, relevé que cette baisse des importations impactera, à son tour, très positivement la balance commerciale, le compte courant et, partant, les avoirs de réserve du Maroc.
Le marché du pétrole s’enfonce depuis plusieurs semaines avec un effondrement inédit du baril de WTI pour livraison en mai qui a carrément basculé en territoire négatif pour s’échanger à près de -40 dollars à la clôture de lundi, sous l’effet de la propagation du Covid-19, de la diminution de la demande et de l’augmentation des stocks.Le contrat suivant, pour livraison en juin, qui devient la référence à partir de ce mercredi et sur lequel les marchés sont déjà focalisés, reculait de 21,24% à 16,07 dollars, peu après avoir touché un plus bas à 11,6 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a, pour sa part, chuté de 18,93% à 20,73 dollars à Londres.    

 

Hassan Bentaleb
Jeudi 23 Avril 2020

Lu 1182 fois


1.Posté par Youssef le 22/04/2020 21:13
Il faut en profiter et remplir toutes les centrales a Mohammedia , Tanger Med ect ,avec un baril de pétrole aussi bas , l'économie marocaine est gagnante avant la remontée de cette dernière

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif