Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trump propose un compromis sur l'immigration

1,8 million de naturalisations contre un mur avec le Mexique




Donald Trump est prêt à naturaliser 1,8 million de jeunes immigrés clandestins en échange du financement pour 25 milliards de dollars d'un mur frontalier avec le Mexique et de mesures de restriction de l'immigration légale aux Etats-Unis.
Ce compromis, présenté jeudi par des responsables de la Maison blanche, ferait plus que doubler le nombre de "Dreamers" (jeunes gens entrés illégalement sur le sol américain avec leurs parents) protégés de toute expulsion.
La présidence américaine estime qu'il s'agit d'une concession majeure de sa part afin d'obtenir suffisamment de voix démocrates au Congrès pour conclure un accord sur l'immigration.
Mais la proposition prévoit également de quoi satisfaire les républicains, avec une réduction drastique des conditions attachées au regroupement familial, le renforcement des mesures de sécurité aux frontières et la mise en place d'un fonds de 25 milliards de dollars pour construire un mur à la frontière avec le Mexique.
Les groupes de défense des migrants ont dénoncé immédiatement un mauvais compromis tandis que certains mouvements conservateurs ont fustigé une expansion de l'"amnistie" pour les immigrants clandestins.
Les premières réactions ont été en revanche plutôt positives du côté des sénateurs républicains. Tom Cotton, l'un d'eux, a qualifié le projet de "généreux, humain tout en étant responsable". Les républicains disposent d'une étroite majorité de 51 sièges contre 49 à la Chambre haute du Congrès.
Près de 700.000 "Dreamers" sont aujourd'hui protégés de toute expulsion et autorisés à travailler aux Etats-Unis en vertu du programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals), instauré en 2012 sous la présidence de Barack Obama.
Mais ces protections seront supprimées en mars prochain, selon une décision annoncée par Donald Trump en septembre dernier, et les négociations pour leur octroyer un nouveau statut font l'objet d'un bras de fer entre républicains et démocrates qui a entraîné la récente paralysie pendant trois jours, jusqu'à lundi, de l'administration fédérale ("shutdown").
Les deux partis ont finalement prolongé le financement du gouvernement jusqu'au 8 février, se donnant deux semaines pour parvenir à un accord sur l'immigration.
Dans un communiqué, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a jugé que le projet de la Maison blanche servirait de fil conducteur aux négociations qui s'annoncent difficiles.
Le sénateur démocrate Dick Durbin, en première ligne dans la défense des "Dreamers", a déclaré que le compromis présenté jeudi soir "faisait reposer sur le dos de ces jeunes gens l'ensemble du programme anti-immigration de Trump, y compris des réductions massives de l'immigration légale".
Selon la Maison blanche, 1,8 million de personnes pourraient demander la nationalité américaine dans un délai de dix à douze ans à condition de travailler et d'avoir un casier judiciaire vierge.
En contrepartie, le Congrès mettrait en place une "fondation" (trust fund) de 25 milliards de dollars pour construire un mur frontalier avec le Mexique et renforcer les mesures de sécurité à la frontière canadienne.
Les élus du Capitole seraient également amenés à débloquer des fonds supplémentaires pour le financement des gardes frontières et des juges chargés des questions d'immigration. Donald Trump a évoqué à ce sujet le chiffre de 5 milliards de dollars mais les responsables de la Maison blanche déclarent que la somme prête encore à discussion.
La Maison blanche veut également que le Congrès modifie la législation pour accélérer l'expulsion des immigrés illégaux en provenance de pays autres que le Mexique et le Canada qui arrivent aux frontières états-uniennes.
Elle réclame en outre, pour certains pays, la fin du système de loterie pour l'attribution de la carte verte (carte de résident) et la limitation du regroupement familial aux épouses et enfants mineurs, excluant les parents, les enfants majeurs les frères et sœurs.

Samedi 27 Janvier 2018

Lu 709 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés