Trouver de la croissance dans un monde fracturé


Libé
Lundi 24 Juillet 2023

Trouver de la croissance dans un monde fracturé
Les difficultés actuelles de l'économie chinoise illustrent les défis de croissance auxquels sont confrontés de nombreux autres pays dans le monde. En réorganisant des modèles de croissance inefficaces et en améliorant la gestion économique nationale, les pays développés et en développement peuvent éviter de tomber dans le piège de la croissance dans lequel se trouve actuellement la Chine. 

Pendant des décennies, la Chine a donné un brillant exemple de la manière de capitaliser sur la mondialisation pour accélérer la croissance et le développement économiques nationaux. Ces jours-ci, cependant, le pays risque de devenir un récit édifiant sur la mauvaise gestion du passage de la mondialisation d'un vent arrière bénéfique à un vent contraire perturbateur.

Bien que les difficultés récentes de l'économie chinoise aient des caractéristiques uniques, elles illustrent les défis de croissance auxquels sont confrontés de nombreux pays développés et en développement. Elles montrent également que même si la croissance économique n'est pas tout, vous ne pouvez pas résoudre grand-chose sans elle.

Cette année était censée marquer une reprise économique robuste pour la Chine. Au lieu de cela, de nombreux analystes ont été contraints ces derniers jours de revoir à la baisse leurs projections de croissance chinoise, et d'autres sont susceptibles de suivre leur exemple. Cette perspective de plus en plus pessimiste peut être attribuée à trois facteurs principaux.
Premièrement, comme le montrent les données commerciales les plus récentes, l'économie mondiale ne soutient plus la dynamique de croissance intérieure de la Chine. En juin, les exportations chinoises ont chuté de 12,4% (en dollars) et les importations de 6,8%, bien pire que les prévisions consensuelles d'une baisse de 10% des exportations et de 4,1% des importations. Ces chiffres décevants sont le résultat d'une faible croissance de la demande en Europe et ailleurs, et du renforcement des restrictions à l'encontre de la Chine, en particulier celles imposées par les Etats-Unis, qui ont créé un cycle auto-entretenu qui a encore assombri les perspectives de croissance du pays.

Deuxièmement, les autorités chinoises semblent partagées entre deux approches distinctes pour stimuler l'économie, ce qui se traduit par une réponse politique plutôt indécise. Alors que le gouvernement semble enclin à revenir aux mesures de relance descendantes qu'il utilisait dans le passé, la mise en œuvre effective a été limitée, en raison des craintes d'exacerber les inefficacités et d'empêcher la déflation continue et généralement ordonnée des bulles de la dette dans certains secteurs. A l'inverse, l'alternative indispensable consistant à libérer un dynamisme économique ascendant est limitée par des considérations politiques intérieures, laissant la Chine coincée dans un milieu confus. Pendant ce temps, les défis de politique intérieure sont aggravés par des facteurs structurels, notamment le vieillissement de la population, le chômage élevé des jeunes et les poches restantes d'endettement excessif.

Troisièmement, la suppression des restrictions de longue date sur le zéro Covid n'a pas entraîné une forte augmentation uniforme de la demande des ménages, des entreprises et des propriétés. Au lieu de cela, le processus a été inégal et plus faible que les prévisions consensuelles. Alors que le PIB a rebondi de 6,3% au deuxième trimestre, la croissance n'a pas atteint le rythme de 7,1% attendu par les analystes.

Etant donné que la croissance en Europe et aux Etats-Unis devrait rester modérée dans un avenir prévisible, et que l'économie mondiale est encore sous le choc de la vague de hausses de taux d'intérêt la plus agressive des banques centrales des économies avancées depuis plusieurs décennies, la Chine ne peut pas compter sur la mondialisation pour sauver son modèle de croissance défaillant. Alors que les entreprises cherchent à diversifier leurs chaînes d'approvisionnement en dehors de la Chine, les entrées d'investissements directs étrangers ont également été limitées. De plus, les restrictions géopolitiques au commerce et à l'investissement sont plus susceptibles d'augmenter en réponse aux préoccupations de sécurité nationale des Etats-Unis.

Plutôt que de chercher le salut de la demande extérieure, la Chine doit se concentrer davantage sur les sources intérieures d'une croissance économique robuste et durable. Ici, la mise en œuvre des politiques a pris du retard, ne correspondant pas à la rhétorique des dirigeants politiques. De même, le cadre de politique industrielle du pays doit encore trouver le juste équilibre entre les directives au niveau macro et l'octroi d'une autonomie opérationnelle suffisante au niveau micro.

Pour éviter le piège du revenu intermédiaire qui a à plusieurs reprises pris au piège les économies émergentes, la Chine doit éviter les incohérences politiques. Cela dit, et à quelques exceptions près, il est difficile de désigner une économie de taille qui a réussi à échapper à ce piège au cours des dernières décennies.

Alors que la Chine représente un exemple particulier de stratégies de croissance « intermédiaires confuses », ce n'est pas le seul pays qui risque de tomber dans un piège de croissance. Les pays développés comme les pays en développement sont confrontés au même risque de stagnation économique ou, pire, de régression.

A l'exception des Etats-Unis, peu d'économies d'importance systémique ont reconnu l'importance d'une revitalisation globale de leurs stratégies de croissance. Et même aux Etats-Unis, où les actions récentes du gouvernement se sont concentrées sur la génération d'une croissance plus élevée et plus durable, le processus est toujours susceptible d'être perturbé par une autre erreur de politique de la Réserve fédérale.

Au cours des deux dernières années, Gordon Brown, Michael Spence , Reid Lidow et moi-même avons discuté de stratégies qui permettraient aux gouvernements de fournir la croissance inclusive, durable et nécessaire pour répondre aux besoins et aux aspirations de leurs citoyens. Les résultats de ces délibérations sont présentés dans notre livre à paraître Permacrisis: A Plan to Fix a Fractured World , qui sera publié en septembre.

Notre vision est simple. En adoptant une approche de « forme réduite », nous avons identifié un ensemble gérable d'actions axées sur trois domaines clés : la refonte des modèles de croissance stagnants et de plus en plus inefficaces, l'amélioration de la gestion de l'économie nationale et le renforcement de la coordination et des réponses politiques mondiales. Nous croyons fermement qu'un ensemble détaillé de mesures réalistes et réalisables pourrait inverser des développements séculaires inquiétants, notamment une croissance et une productivité en baisse, des inégalités croissantes et une fragilité financière accrue.

Nos conclusions pourraient s'appliquer non seulement à la Chine et à d'autres pays en développement, mais également aux principaux pays développés du monde, dont le malaise intérieur et le faible engagement mondial compromettent leur bien-être économique et social et la stabilité du système international. Malgré les erreurs politiques qui ont mis notre monde sur son cours actuel, nous avons maintenant l'occasion de tenir compte des leçons du passé et du présent et de tracer une voie plus prometteuse pour les générations futures.

Par Mohamed A. El-Erian
Président du Queens' College de l'Université de Cambridge et professeur à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie.


Lu 1703 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Mai 2024 - 17:05 Droit des générations futures

Mardi 7 Mai 2024 - 15:30 La dérive des incontinents !

Lundi 6 Mai 2024 - 20:00 Faire de l’art une science de la vie






services