Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trop caméléon, le ministre à l’insu de son plein gré


Mohamed Benarbia
Dimanche 28 Novembre 2021

Trop caméléon, le ministre à l’insu de son plein gré
I l s’agite sans cesse, frétille, se trémousse et gigote. Intenable. Invivable. Les signes cliniques d’une névrose inguérissable. La sienne est, en outre, obsessionnelle. Elle a un nom : la GAUCHE. Et son complexe chronique, et désespérément désespérant, c’est l’USFP. Il faut bien le comprendre, le gars. Il doit en vouloir à mort à tous ceux de gauche. Ceux qui l’ont été et qui le sont depuis toujours. Encore et encore. Indéfiniment.

Lui, il a cru qu’il y était, ou, plutôt il a cherché à le faire croire. Sauf que quand on est de gauche, on ne peut s’en soustraire, comme cela, du jour au lendemain. La gauche, ce n’est pas un hobby ou un caprice ni une étiquette que l’on colle ou décolle selon l’humeur du moment. La gauche, ce sont des Valeurs. C’est un noble et inébranlable engagement. Ce n’est donc pas son truc, à lui. D’autant plus que les compétences sont légion. Avec la sincérité et l’honnêteté en prime. Aucune chance de ce fait qu’il se fasse un nom.

Changement de cap donc, ou plutôt énième retournement de veste. Le nom aura commencé à se faire entendre, celui d’un Abdellatif Ouahbi programmé à l’évidence pour danser à tous les airs et manger à tous les râteliers. Sans vergogne. Sans scrupule.

Les faits sont là, immortalisés, qui plus est, par des enregistrements vidéos et autres bandes sonores. Qu’est-ce qu’il n’avait pas sorti, ledit Wahbi, à l’encontre de l’actuel chef du gouvernement celui-là même dont il se trouve aujourd’hui le trop servile obligé et qu’il gratifie des mêmes courbettes qu’il destinait, hier encore, à un certain Benkirane !

PJD ou RNI pour lui, c’est du kif kif. Ce qui intéresse, c’est sa petite personne, c’est un maroquin pour son séant. Quant au Maroc…, quant à l’intérêt national … Et le voilà donc là où il voulait être. Et pourtant pas plus tard que la veille de la formation de l’actuel gouvernement, il criait sur les toits qu’il n’accepterait en aucun cas « par égard pour son parti » (sic) d’être membre d’un gouvernement dirigé par quelqu’un d’autre que sa seigneurie. Le lendemain, on le retrouve ministre sans égard aucun pour ledit parti. Autre déclaration qu’il a osé balancer : « Je ne conviens pas comme ministre » ou mieux, « Je n’ai pas l’étoffe d’un ministre ». Mais, là, pour une fois, il disait vrai. D’ailleurs, au vu de sa hâte effrénée et de sa bêtise notoire, il a soûlé le monde dès les tout premiers jours de sa supposée entrée en fonction, de moult torts et travers. Et pas des moindres.

Sinon que dire de sa trop triste prétention concernant une éventuelle grâce des détenus d’Al Hoceima avant qu’il ne s’affuble d’une trop pitoyable volte-face ? Trop déplorable, pour le moins, qu’un homme de loi (sans aller jusqu’à interpeller l’homme politique qu’il n’est pas ni encore moins l’homme d’Etat qu’il ne sera jamais, au grand jamais) ne sache pas faire la part des choses entre les prérogatives du chef de l’Etat et ses attributions, à lui, comme ministre en principe.

Plus curieux encore, c’est quand dans son piteux rétropédalage, il cherche à se cacher trop maladroitement derrière la commission de grâce, qu’il est censé présider en sa qualité de ministre de la Justice. Mais apparemment, on ne le lui avait pas encore soufflé.

Pas facile de jouer au bon quand on ne l’est pas. Du coup, le « bon Samarithain » s’est avéré être un faux, un tartuffe indigeste.
Et comme le ridicule ne tue point dans l’étrange sphère du bonhomme, prenons le temps d’apprécier ce qu’il vient de commettre, même si l’on ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer.

Concernant le projet de construction d’un tribunal à Taroudant, le ministre s’est trop embarrassé de formules creuses et de salamalecs à l’égard du président de la commune de ladite ville en l’assurant de ses vifs remerciements pour sa précieuse collaboration, de sa gratitude, itou, itou …

C’est comme s’il se regardait dans un miroir pour se jeter des fleurs, sachant qu’il est l’un et l’autre à la fois, émetteur et destinataire dudit courrier …

Libre à lui après tout de s’entourer de ridicule encore et encore, mais qu’il se dise une fois pour toute que le Parti des Forces populaires constitue depuis toujours un socle de la démocratie et de la vie politique de notre pays. Et ce ne sont pas quelques obscurs individus qui réussiront à l‘atteindre. D’autres avant eux et de loin, de très loin, plus costauds s’y sont essayé. En vain bien sûr.


Lu 2284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Décembre 2021 - 18:00 La justice empaquetée dans des chaussettes

Mardi 12 Octobre 2021 - 18:29 Ils ont tombé le masque !

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS