Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trève de gigotements. Le Maroc prend les choses en main à El Guerguarat


Après avoir épuisé toutes les voies diplomatiques, le Maroc est passé à l’offensive pour chasser les séparatistes du Polisario qui bloquent depuis des mois le poste frontalier d'El Guerguarat situé entre le Maroc et la Mauritanie.

Dans un communiqué publié au cours de la matinée du vendredi 13 novembre 2020, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a annoncé que, face aux provocations graves et inacceptables auxquelles se sont adonnées les milices du Polisario dans la zone d'El Guerguarat au Sahara marocain, «le Maroc a décidé d’agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoirs et en parfaite conformité avec la légalité internationale». Après s’être astreint à la plus grande retenue, face aux provocations de ces milices, «le Royaume du Maroc n’a eu d’autre choix que d’assumer ses responsabilités afin de mettre un terme à la situation de blocage générée par ces agissements et restaurer la libre circulation civile et commerciale», a souligné le ministère dans un communiqué relayé par la MAP. Le Polisario et ses milices, qui se sont introduits dans la zone depuis le 21 octobre 2020, y ont mené des actes de banditisme, bloqué la circulation des personnes et des biens sur cet axe routier et harcelé continuellement les observateurs militaires de la MINURSO, a rappelé le ministère, relevant que ces agissements documentés constituent de véritables actes prémédités de déstabilisation qui altèrent le statut de la zone, violent les accords militaires et représentent une menace réelle à la pérennité du cessez-le-feu. Ces actes sapent les chances de toute relance du processus politique souhaitée par la communauté internationale, a ajouté le ministère, notant que depuis 2016, le Polisario a multiplié ses agissements dangereux et intolérables dans cette zone tampon, en violation des accords militaires, au mépris des rappels à l’ordre lancés par le Secrétaire général de l’ONU et en transgression des résolutions du Conseil de sécurité, notamment 2414 et 2440 qui ont enjoint au Polisario de mettre fin à ces actes déstabilisateurs.

Le Royaume avait immédiatement alerté et régulièrement informé de ces développements gravissimes, le Secrétaire général de l’ONU et les hauts responsables onusiens, a poursuivi la même source, soulignant que le Maroc avait également pris à témoin les membres du Conseil de sécurité et la MINURSO, ainsi que plusieurs Etats voisins. Et d’ajouter que le Royaume a accordé tout le temps nécessaire aux bons offices du Secrétaire général des Nations unies et de la MINURSO, afin d’amener le Polisario à mettre fin à ses actions déstabilisatrices et quitter la zone tampon d'El Guerguarat. Cependant, les appels de la MINURSO et du Secrétaire général de l’ONU, ainsi que les interventions de plusieurs membres du Conseil de sécurité sont malheureusement restés vains, a déploré la même source, soulignant que «le Maroc a donc décidé d’agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoirs et en parfaite conformité avec la légalité internationale». Le Polisario en assume, seul, l’entière responsabilité et les pleines conséquences, a conclu le ministère.

Poursa part, l'état-major général des Forces Armées Royales a rendu public vendredi un communiqué dans lequel il a indiqué que les FAR ont procédé, dans la nuit de jeudi à vendredi, à la mise en place d'un cordon de sécurité en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes à traversla zone tampon d'El Guerguarat. «Suite au blocage par une soixantaine de personnes encadrées par des miliciens armés du Polisario, de l’axe routier traversant la zone tampon d'El Guerguaratreliant le Royaume du Maroc et la République Islamique de Mauritanie, et à l’interdiction du droit de passage, les Forces Armées Royales procèdent à la mise en place d’un cordon de sécurité en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes à travers cet axe», a souligné la même source. Et de préciser : «Cette opération non offensive et sans aucune intention belliqueuse se déroule selon des règles d’engagement claires, prescrivant d’éviter tout contact avec des personnes civiles et de ne recourir à l’usage des armes qu’en cas de légitime défense». Dans une déclaration à Libé, Moussaoui Ajlaoui, expert associé à Ames-Center, nous a affirmé à ce propos que cette opération était en fait nécessaire pour mettre un terme aux manœuvres des séparatistes et de leurs commanditaires, à savoirles caciques du régime algérien. «Cette opération vise à rétablir l’ordre dans le passage d'El Guerguarat et à mettre fin aux agissements des séparatistes», a-t-il soutenu, précisant que «le Maroc adopte une stratégie claire à ce propos, à savoir celle annoncée dans le dernier discours de S.M le Roi et qui est basée, en même temps, sur la sagesse et la fermeté». A l’occasion du 45ème anniversaire de la Marche Verte, le Souverain avait, en effet, indiqué que «le Maroc, fidèle à lui-même, ne se départira pas du bon sens et de la sagesse dont il a coutume. En revanche, c’est avec la dernière vigueur et la plus grande fermeté qu’il s’opposera aux abus cherchant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de ses provinces du Sud».

Toujoursselon Moussaoui Ajlaoui, l'opération des FAR est intervenue après les efforts diplomatiques déployés par le Royaume pour pousser les séparatistes à revenir sur leurs manœuvres. Mais face à la surenchère, aux provocations et aux menaces de reprise des armes du Polisario, le Royaume a été contraint d’intervenir pour sécuriser la libre circulation des personnes et des marchandises entre le Maroc et la Mauritanie à travers le poste frontière d'El Guerguarat. Le Maroc rejette catégoriquement tout changement de situation à l'est et au sud du mur de défense et cherche à assurer la sécurité et la paix dans cette région. Il rejette également et de façon catégorique toute modification du statut juridique de la zone tampon, a précisé notre interlocuteur. A propos des manœuvres des séparatistes à El Guerguarat avec le soutien et l’appui de l’Algérie, Moussaoui Ajlaoui a précisé qu'elles visent à réaliser au moins trois objectifs. Le premier est de détourner l'attention de l’opinion publique algérienne de ce qui se passe dans ce pays qui connaît depuis plusieurs jours une vacance au sommet de l’Etat après le transfert du président algérien, Abdelmajid Teboune, pour traitement en Allemagne, et personne ne connaît exactement son état de santé. Le Polisario et ses commanditaires visent aussi à travers leur blocage du passage d'El Guerguarat «à punir les pays africains qui ont ouvert des consulats au Sahara marocain. La majorité de ces pays est située en Afrique de l'Ouest et ledit point frontalier constitue le principal passage pour les marchandises qui leur sont destinées», a mis en avant ce chercheur expert dans la question du Sahara.

Le troisième objectif est d’essayer de montrer que le conflit n'est pas un conflit régional dans lequel l'Algérie est une partie principale, comme cela a été souligné par le récent rapport du Secrétaire général et la dernière résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara, mais qu'il s'agit d'un conflit entre le Maroc et le Front séparatiste. Concernant la position de la Mauritanie quant à cette question, Moussaoui Ajlaoui a estimé que les agissements des séparatistes à El Guerguarat ont également pour but de déstabiliser le régime mauritanien, ce qui explique la décision de ce pays de renforcer ses positions militaires à la frontière avec le Maroc.

Mourad Tabet et Ahmadou El-Katab

​Mourad Tabet et Ahmadou El-Katab
Vendredi 13 Novembre 2020

Lu 575 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS