Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tindouf : Des Etats européens abandonnent leurs concitoyens à la merci du Polisario




Tindouf : Des Etats européens abandonnent leurs concitoyens à la merci du Polisario
Si la communauté internationale commence à découvrir les atrocités commises à l’encontre des citoyens marocains par les membres du Polisario, notamment à la prison d’Arrachid, elle ne sait pas encore que dans ces goulags sont incarcérés également des citoyens européens. Des citoyens français, espagnols, un Belge et un Portugais séjournent depuis fort longtemps dans cette prison située à l’époque, à 12 km de la wilaya de Smara dans les camps de Tindouf (sud-est d’Alger). D’ailleurs, sous la pression de certaines organisations internationales, le Polisario a changé l’endroit de cette prison. Et c’est Dahi Agay Ould Sidi Youssef qui en témoigne à haute voix. Lui qui en a souffert, pendant 10 ans. Mieux placé donc pour témoigner d’un constat : détention de  personnes étrangères de différentes nationalités. Pour révéler ce fait, l’homme qui occupe actuellement le poste de président de l’Association des portés disparus dans les camps du Polisario, a pris l’initiative et informé par lettres les présidents, Premiers ministres et ministres des Affaires étrangères des pays concernés. Agay, qui est membre du Corcas, a même reçu des messages de ces responsables. Mais, selon lui, ces réponses ont surtout un caractère politique et se sont écartés de leur objectif, à savoir la sauvegarde des droits humains. « Après avoir envoyé des messages aux pays concernés, nous avons reçu des réponses, mais malheureusement, elles sont plutôt politiques qui ne sont pas à la hauteur des souffrances de leurs concitoyens », dit-il dans une déclaration à Libé. Et d’ajouter que les membres de l’Association des portés disparus continueront leurs recherches et investigations afin de connaître la vérité sur des personnes disparues.
Ce n’est qu’un aspect de la réalité sordide des droits humains prévalant à Tindouf. D’autres persistent toujours. Dahi Agay est l’une des victimes sahraouies ayant connu les affres des tortionnaires du Polisario. Outre les dix années de prison, il a même purgé quatre autres années en résidence surveillée. Mais, on le considère toujours comme quelqu’un de chanceux. Le sort de deux de ses oncles est inconnu jusqu’à présent. On les dit morts sous la torture infligée par la direction du Polisario, mais les organisations internationales des droits humains devraient encore mener des enquêtes à ce sujet. Pour Agay, la communauté internationale ne doit pas se tromper de cible. Le conflit réel autour de la question du Sahara existe entre le Maroc et l’Algérie, le Polisario n’étant qu’une marionnette manipulée à dessein.
Un autre cas d’assassinat politique est toujours non élucidé. Il s’agit d’une personne prénommée « Aouili » de la tribu d’Izerguiens, qui a été passée à tabac sous prétexte  qu’elle exerce des activités de contrebande. Dans cette même affaire, trois autres personnes sont toujours portées disparues. Plusieurs organisations des droits humains ont mis en garde contre cette situation et appelé, à travers une lettre adressée au secrétaire des Nations unies, à ce que le Minurso soit présent au sein des camps, afin de constater les exactions  et les violations systématiques des droits humains. D’ailleurs, les rapports d’Amnesty International appellent, depuis 1999, l’Algérie à présenter les tortionnaires du Polisario devant n’importe quel tribunal.    L’on avait remarqué la multiplication des lettres adressées au Secrétaire général Ban Ki-moon, relatives à la situation des droits de l’Homme dans les provinces sahariennes marocaines, mais, pour Agay, rien ne pourra réparer les crimes du Polisario contre des milliers de Sahraouis. Des personnes comme Mohamed Yeslam Haydala, Laghzal Ahmed, Mohamed Chryef, Dahi Agay Ould Sidi Youssef, Houcine Beida, Moulay Ali Beida, Ahmed Kheir sont d’anciennes victimes des goulags en territoire algérien. 


Nouri Zyad
Mercredi 31 Décembre 2008

Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com