Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Super Coupe d’Afrique : Tous les espoirs sont permis pour le Raja face à l’Espérance




Le Raja de Casablanca croisera le fer, aujourd’hui à partir de 17 heures au stade d’Al Gharafa, à Doha, avec son homologue de l’Espérance de Tunis, match pour le compte de la Super Coupe d’Afrique édition 2018.
Une belle affiche entre deux grosses pointures du football continental, délocalisée pour la première fois en dehors du continent, sachant que de par le passé la Super Coupe d’Afrique a toujours été disputée chez le club vainqueur de la Ligue des champions.
Pour cette édition, la Confédération africaine de football a décidé de revoir cette formule, optant pour le Qatar lancé depuis belle lurette dans sa campagne de promotion du Mondial FIFA 2022.
Un derby maghrébin en terre qatarie qui ne manquera certainement pas de drainer bon nombre de spectateurs des deux bords, pourvu que l’importance de l’enjeu n’affecte pas la qualité du jeu. D’ailleurs, sur le papier, les Tunisois, invaincus en compétition continentale cette saison, partent avec les faveurs des pronostics, donne qui ne devrait pas perturber outre mesure les Verts qui se trouvent être des outsiders, casquette à leur juste mesure.
Pour ce match, le Raja, qui a regagné Doha lundi dernier, pourra compter sur l’ensemble de son effectif, des éléments aguerris qui aspirent ardemment à être la deuxième génération des Verts à remporter ce trophée après celle de 2000. En tout cas, après avoir été éliminé lors de la phase de poule de la Coupe de la Confédération et après avoir été largué en championnat, le Raja est sommé de secouer le cocotier face à ce sacré client qui compte dans ses rangs pas mal d’internationaux qui disputeront avec la sélection tunisienne A la prochaine CAN en Egypte.
Pour ce qui est du mental, le groupe dépêché affiche un moral motivé à bloc et les joueurs sont décidés à ne pas rater cette confrontation qui sera sifflée par l’arbitre éthiopien Bamlak Tessema, secondé par les referees sénégalais Djibril Camara et El Hadji Malick Samba.
A l’instar des joueurs, l’entraîneur du Raja, le Français Patrice Carteron, aura à cœur de réussir pleinement ce match, surtout qu’il aura une petite revanche à prendre sur cette équipe tunisoise qui l’avait battu à la dernière finale de la Ligue des champions alors qu’il était aux commandes de la formation égyptienne d’Al Ahly. Mais en pro, il fera sans aucun doute la part des choses et considère que ce choc sera une autre paire de manches où ses protégés sont tenus d’être appliqués à fond, à l’affût de la moindre opportunité pour la concrétiser.
Il convient de rappeler qu’en plus du titre du Raja remporté en 2000, le football national a dans son palmarès deux autres Super Coupes d’Afrique gagnées par le Wydad de Casablanca en 2017 et le Moghreb de Fès en 2012, club qui comptait à l’époque dans son effectif, le keeper Anas Zniti, qui serait le joueur le plus comblé s’il parvenait à remporter avec les Verts un deuxième sacre.
A noter que le vainqueur du trophée empochera un pactole de 200.000 dollars, alors que le perdant aura droit à un chèque de 150.000 dollars.

Repères

La capitale qatarie, Doha, abritera la rencontre entre  le vainqueur de la Ligue des champions de la CAF 2018, l'Espérance de Tunis et le Raja Casablanca du Maroc, champion de la Coupe des Confédérations de la CAF 2018, pour la première fois hors du continent.
Il s’agit de la 27e édition de la Super Coupe de la Confédération africaine de football, qui se joue tous les ans depuis sa création en 1992. Voici quelques statistiques :
Le vainqueur de la Ligue des champions de la CAF a remporté 19 des 20 dernières éditions de la Super Coupe de la CAF – la seule exception étant le club de Fès qui l’avait emportée aux tirs au but face à l’Espérance en 2012.
L’Espérance de Tunis va disputer sa 4e Super Coupe – l’emportant en 1995 et s’inclinant les 2 autres fois en 1999 et 2012.
Le Raja Casablanca va disputer sa 3e Super Coupe – en s’imposant en 2000 et en s’inclinant en 1998.
Le joueur de l’Espérance de Tunis Anice Badri a marqué 8 buts en Ligue des champions de la CAF 2018 (qualifications incluses), c’est plus que tout autre joueur.
Le joueur du Raja Casablanca Mahmoud Benhalib a inscrit 12 buts en Coupe de la Confédération de la CAF 2018 (qualifications incluses), plus que tout autre joueur.
Moine Chaabani, ancien joueur de l’Espérance cherche son deuxième trophée en tant qu’entraîneur de son club d’enfance. Son homologue du Raja, le Français Patrice Carteron, est l’entraîneur qu’il a battu en novembre dernier pour remporter la Ligue des champions. Carter, alors entraîneur d’Ahly, a pris en charge Raja le mois dernier, succédant au vainqueur de la Coupe de la Confédération de la CAF, l’Espagnol Juan Carlos Garrido.
Le match de la Super Coupe de la CAF 2019 entre l'Espérance et le Raja Casablanca sera le troisième rendez-vous entre une équipe tunisienne et une autre marocaine dans cette compétition. Chaque pays a gagné une fois, l’Etoile du Sahel battant Raja aux tirs au but en 1998, tandis que le Marocain Maghreb de Fès a battu l’Espérance de la même manière en 2012.

Mohamed Bouarab
Vendredi 29 Mars 2019

Lu 1251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19