Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Solidarité avec le peuple palestinien




La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien est célébrée tous les ans par l’Organisation des Nations unies le 29 novembre, comme le prévoient les résolutions 32/40 B du 2 décembre 1977, 34/65 D du 12 décembre 1979, 60/37 du 1er décembre 2005 et d’autres résolutions pertinentes.
La date du 29 novembre a été retenue en raison de sa signification particulière pour le peuple palestinien. Ce jour-là en effet, l’Assemblée générale a adopté, en 1947, la résolution 181 (II), connue par la suite sous le nom de « Résolution sur le plan de partage «, qui prévoyait la création en Palestine d’un « Etat juif « et d’un « Etat arabe «, Al-Qods étant placée sous un régime international spécial comme corpus separatum.
Au siège de l’Organisation des Nations unies, à New York, le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et l'Assemblée générale se réunissent le 29 novembre de chaque année en séance extraordinaire pour célébrer la Journée.
L'Assemblée générale encourage également les Etats membres à continuer d'apporter leur soutien et de promouvoir la célébration de cette Journée qui cette année, revêt une signification particulière, 50 ans après le début du conflit israélo-arabe en 1967.
Il n’en demeure pas moins que, des décennies durant, Israël a impunément créé un état de fait en Palestine Expulsions, annexion, occupation, colonisation, répression et discrimination ont été imposées en toute impunité. Aujourd’hui, les Palestiniens sont privés de leurs droits les plus fondamentaux : libertés d’expression, de circulation, de manifestation, droits économiques, sociaux, culturels, religieux, droit à l’éducation, à la santé et à la sécurité ou tout simplement à la liberté.
Aujourd’hui, environ un tiers du peuple palestinien vit sous une occupation militaire brutale en Cisjordanie, à Al-Qods et à Gaza. La moitié des Palestiniens que compte la planète continue de vivre à l’extérieur de leur pays  en tant que réfugiés.
Plusieurs accords visant à un règlement de ce conflit ont été manqués ou non respectés, faute de réelle volonté politique de la part des gouvernements israéliens, d’implication véritable de nombreux Etats sur la base du droit international et des résolutions des Nations unies, et par la faiblesse des dirigeants palestiniens. Les efforts diplomatiques observés ces dernières années n’ont pas de sens si les droits des Palestiniens ne sont pas garantis et si la communauté internationale se plie aux exigences d’Israël et se tait devant des violations manifestes du droit international.
Ce 29 novembre constitue donc un rappel amer de cette réalité dramatique et un énième appel à la communauté internationale et aux consciences vives pour œuvrer à mettre fin à une situation qui n’a que trop duré.

H.T
Mercredi 29 Novembre 2017

Lu 1188 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés