Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sit-in, marches et autres grèves en vue : L’actuel gouvernement réussira-t-il là où le précédent a calé ?




La baisse des températures et les fortes précipitations qui frappent le pays ne semblent pas refroidir le front social en  ébullition. Le malaise ne concerne pas un seul secteur d'activité, mais plusieurs départements. Nombre de grèves, de sit-in et de marches ont été annoncés pour le courant de cette semaine et celles qui vont suivre.
Le bal sera ouvert aujourd’hui par le Syndicat indépendant des médecins du secteur public et la Fédération nationale du secteur agricole. Samedi  prochain, ce sera au tour  du Syndicat national des secteurs des travaux publics et du  Syndicat libre des médecins du secteur privé de donner de la voix et lundi, la Coordination des docteurs fonctionnaires au sein du ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de reprendre le flambeau.  Mais, il n’y a pas que les syndicats qui sont en colère, nombreuses sont les bourgades et provinces qui sont en ébullition depuis des semaines.
Pour les médecins, le débrayage organisé aujourd’hui et l’ensemble des autres formes de protestation prévues sont organisés pour dénoncer la situation désastreuse du secteur de la santé et les dysfonctionnements qui entachent l’ensemble du système. Ils pointent du doigt  la rareté des ressources humaines, le manque d’équipements biomédicaux, les problèmes de stérilisation et des médicaments.  Un état des lieux qui a eu un effet négatif sur la qualité des services  offerts aux usagers ainsi que sur le personnel des établissements de santé. Pour les médecins du  secteur public, celui-ci est moribond et ses jours seront comptés s’il n’y a pas d’intervention diligente de l’Etat pour le sauver. Du côté  de la FNSA, il est question de mettre un terme à la discrimination et à l’injustice subies par les salariés des établissements publics relevant du ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts comparativement à d’autres salariés qui ont le même parcours professionnel et qui sont affiliés à la  Caisse marocaine de  retraite (CMR). Les militants de la FNSA demandent que fin soit mise au malaise social et à l’état de déception des  retraités et de leurs familles dont les  pensions  de retraite sont médiocres.
Quant au SNSTP,  il prévoit d’observer un sit-in au sein du département de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau pour s’élever contre un ministre qui refuse d’engager tout dialogue social sectoriel et fait la sourde oreille aux demandes urgentes de leur  cahier revendicatif.  Pour leur part, les enseignants titulaires de doctorats d’Etat et relevant du ministère de l’Education nationale, comptent marcher sur la capitale  pour réitérer leur attachement à leurs demandes consistant soit à transformer  leur statut en celui de professeurs universitaires assistants ou celui de professeurs chercheurs.   Un changement qui n’aura, selon le syndicat,  aucun impact financier sur le budget de l’Etat.
La Coordination  des enseignants titulaires de doctorats dénonce également la politique de rafistolage menée par le secrétaire d’Etat  chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour combler le déficit en professeurs universitaires comme en attestent les contrats conclus avec des doctorants ou l’organisation de concours dont les résultats sont connus à l’avance.  
Pour Abdelhamid Fatihi, Secrétaire général de la FDT, la nature de la fonction publique et la multiplication des catégories et des statuts des fonctionnaires et des salariés poussent souvent  ces derniers à protester.  « Les grèves, les sit-in et les marches sont des formes de protestation normales usitées par les syndicats. Ce qui est anormal, ce sont plutôt les  mouvements sociaux qui sont en croissance exponentielle», nous a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Il s’agit d’un  phénomène récent dû à deux facteurs, à savoir la Constitution de 2011 et le Mouvement du 20 février qui ont enclenché une nouvelle dynamique de protestation sociale permettant aux citoyens d’exprimer leur colère dans l’espace public sans craindre la réaction éventuelle de l’Etat. Une accumulation des pratiques démocratiques a permis ce genre de contestation ».
Le Secrétaire général de la FDT estime que ce contexte de protestation sociale trouve son explication dans un climat social et économique morose. « On assiste ces dernières années à une déception générale induite par l’insatisfaction des attentes des citoyens concernant une amélioration de leur niveau de vie.  En fait, depuis 2011, on assiste à une détérioration du pouvoir d’achat et à une paupérisation de la  classe moyenne dues aux mesures prises par le gouvernement telles que la création de nouveaux impôts et la hausse de certaines taxes, le renchérissement des prix des matières de première nécessité, la réforme de la Caisse de la compensation, le gel des salaires et la liste est longue. Un état des lieux qui a eu pour conséquence l’aggravation de la  pauvreté et de la vulnérabilité sociale notamment dans les petites villes et le monde rural ».
Abdelhamid Fatihi pense également qu’on se trouve face à un cocktail social explosif auquel l’Exécutif doit répondre en mettant en place une vision intégrée susceptible d’atténuer la grogne sociale et en prenant langue avec les syndicats dans l’attente d’une opérationnalisation effective du dialogue social qui se trouve dans le coma depuis 2011.
 

Hassan Bentaleb
Mardi 16 Janvier 2018

Lu 939 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés