Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saaïd Amzazi : Il n’y aura pas d’année blanche pour cause de pandémie

Les cadres du ministère de l’Education nationale travaillent actuellement sur différents scénarios concernant l’actuelle année scolaire




Saaïd Amzazi : Il n’y aura pas d’année blanche pour cause de pandémie
Le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a, une fois de plus, mis les points sur les i à propos de l’année scolaire 2019-2020 
lors de son passage sur la chaîne de télévision 2M vendredi dernier.
Saaïd Amzazi qui a été désigné la semaine dernière porte-parole du gouvernement, a rappelé que son département n’a pas l’intention de décréter une année blanche dans les écoles à cause de la pandémie, soulignant par ailleurs que les examens sont maintenus et que la programmation restera tributaire de la date de la levée du confinement.
Le responsable gouvernemental a également avancé que les cadres du ministère de l’Education nationale travaillent actuellement sur différents scénarios concernant la fin de l’année scolaire en cours, sans pourtant autant donner de précisions là-dessus.
Il a également précisé que les cours de soutien seront intensifiés après la reprise des études, tout en mettant en avant le fait que l’année scolaire a démarré début septembre 2019 et que les cours présentiels n’ont été interrompus que le 13 mars dernier, ce qui constitue 75 % du temps scolaire.
S’agissant de l’enseignement à distance initié depuis le début de cette crise sanitaire, le ministre de l'Education nationale a donné la priorité essentiellement aux élèves qui vont passer les examens nationaux, précisant que cet enseignement ne pourra en aucun cas suppléer l’enseignement présentiel.
Et pourtant, Saaïd Amzazi a précisé que le ministère a pu mettre en place plus de 657.000 classes virtuelles, soit 90 % de celles qui existent dans la réalité. « Les cours virtuels produits durant cette période dépassent ceux qui ont été produits lors des dix dernières années », a noté le ministre de l’Education nationale, soulignant que certains élèves ne suivent pas ces cours vu que l'enseignement à distance est facultatif selon lui.
Il a aussi mis l’accent sur un point essentiel. D’après lui, les examens et les devoirs que les enseignants donnent à distance durant cette période de confinement sanitaire ne seront pas pris en compte,et ce afin de garantir le principe de l'égalité des chances entre tous les élèves.
Concernant les frais de scolarité dans l’enseignement privé, il a appelé les établissements d'enseignement privés à faire preuve de flexibilité pendant cette crise sanitaire en prenant en considération la situation des familles et leur a demandé d’octroyer des facilités de paiements pour certaines familles en difficulté. 
« Les parents d'élèves qui travaillent dans le secteur public et qui n'ont pas été touchés financièrement par la pandémie doivent payer les frais de scolarité de leurs enfants, parce que les établissements d’enseignement privé sont tenus de payer les salaires de leur personnel », a précisé le porte-parole du gouvernement. Et d’ajouter: « Pour ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la crise du coronavirus, ils peuvent parvenir à un deal avec les établissements d’enseignement privé soit pour reporter le paiement des frais à une date ultérieure soit pour les exonérer partiellement ou totalement desdits frais ».
Il y a lieu de préciser que la question de l’annulation des examens scolaires au Maroc a été posée après la décision prise récemment par les autorités françaises d’évaluer cette année les élèves de Terminales qui passent un bac général, technologique et professionnel uniquement via le contrôle continu. Saaïd Amzazi a déjà écarté cette éventualité au Maroc soulignant, dans une déclaration à nos confrères de Finances News Hebdo, que « l’épidémie au Maroc n’est pas au même niveau qu’en France et que les deux pays ne sont pas dans la même situation. Et donc, on ne peut absolument pas extrapoler la décision française au Maroc ». 

Une plateforme de ressources didactiques en mathématiques mise à la disposition des élèves

La startup "Mathscan" dédiée à l'excellence en mathématiques via l’intelligence artificielle a annoncé, vendredi dernier, la mise à disposition à titre gracieux de sa nouvelle plateforme de ressources didactiques, au profit de tous les élèves marocains.
"En tant que partie prenante de l'écosystème de l’enseignement et de l’éducation, qui connaît aujourd’hui plus que jamais une pression sans précédent, alimentée par l’évolution de la pandémie du Covid-19 qui met à l’épreuve la pertinence de l’apprentissage à distance", la startup a décidé de mettre à disposition de tous les élèves sa plateforme pour la médiation et le renforcement des lacunes en mathématiques via l'intelligence artificielle, indique un communiqué de Mathscan.
Cette plateforme offre les meilleures vidéos didactiques en mathématiques existant sur le web et à l’échelle francophone (plus de 1.000 contenus vidéo), après les avoir qualifiées, ajustées, ordonnancées et structurées conformément à l'architecture du programme marocain, pour les niveaux allant de la 6ème année primaire jusqu'à la deuxième année Bac via le lien "https://www.mathscan.net/videos".
Des cartes mentales (MindMaps) uniques réalisées par l’équipe Mathscan, permettant une révision intelligente, intuitive et optimale, que ce soit pour l'algèbre ou pour la géométrie, pour tous les niveaux scolaires entre la 3ème année primaire et le tronc commun, sont également consultables sur le lien "https://www.mathscan.net/mindmaps".
Par ailleurs, la solution Mathscan reposant sur la technologie développée par WPI, fruit de plus de 20 M US$ de Fonds de recherche et développement pendant les 15 dernières années, est l’unique plateforme digitale dans le monde francophone et arabophone, qui moyennant l’intelligence artificielle permet l'identification de l'origine de toutes lacunes en mathématiques chez tout élève, depuis sa première année primaire et jusqu'à son niveau scolaire actuel, ajoute le communiqué.
Elle vise aussi à fournir le programme de remédiation 100% personnalisé, tenant également compte du rythme et de la capacité d'apprentissage de chacun, proposant ainsi un accompagnement spécifique en mathématiques allant de l’obsolescence jusqu’à l’excellence.

Mourad Tabet
Lundi 13 Avril 2020

Lu 1496 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.