Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunion sous de bons auspices de la Commission nationale anti-corruption

Mohamed Benabdelkader : Un contexte marqué par de bons indices de perception de la corruption, du doing business et de la compétitivité




La deuxième réunion de la Commission nationale anti-corruption (CNAC), tenue le 15 février sous la présidence du chef du gouvernement, est intervenue dans un contexte marqué par de bons indices de perception de la corruption, du doing business et de la compétitivité, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader.
Dans une présentation devant le Conseil de gouvernement sur les résultats de la Commission, le ministre a indiqué que le Royaume a occupé la 73ème position, selon l'indice de perception de la corruption publié récemment par Transparency International, en avance de 3 points par rapport à l'année précédente, de 8 par rapport à 2017 et de 17 points par rapport à 2016, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement.
En ce qui concerne l'indice du doing business, le Maroc a réalisé des progrès notables, en passant du 69ème au 60è rang parmi 140 pays, et en s'accaparant la première place au niveau du Maghreb et la 3è sur le continent africain, a ajouté le ministre.  
S'agissant de l'indice de compétitivité mondiale 2018 publié par le Forum économique mondial (Davos), le Royaume a été classé 75ème sur 140 pays. Il a aussi occupé la 54ème position, selon le critère des institutions, qui comprend un sous-indice spécial de l'impact des actes de corruption, en obtenant la note 40/100.
La réunion, qui s'est déroulée en présence du président de l'Instance centrale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (ICPC), du Médiateur du Royaume, du gouverneur de Bank Al-Marghrib et des représentants de la société civile, de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), ainsi que de six ministres et des secrétaires généraux de plusieurs départements gouvernementaux, a été l'occasion de discuter de l'état d'avancement de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption et d'évoquer les contraintes et les défis de cette stratégie.
Au cours de la réunion de la Commission, créée le 6 novembre 2017, Mohamed Benabdelkader a évoqué la première phase de la stratégie 2016-2018, alors que le président de l'ICPC a présenté une note appelant à améliorer la structure de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, à revoir son contenu concernant les projets horizontaux et à améliorer le plan d'action pour 2019.
Cette réunion a été sanctionnée par la ratification du rapport de synthèse sur la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption, après avoir pris en considération les propositions des membres de la Commission et l'adoption d'un programme de communication promouvant les réalisations des programmes de lutte contre la corruption, a ajouté le ministre délégué.

Libé
Samedi 23 Février 2019

Lu 834 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com