Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rencontre à la Villa des arts avec l'écrivaine Souad Jamaï


Rencontre à la Villa des arts avec l'écrivaine Souad Jamaï

Une rencontre-lecture avec l'écrivaine et cardiologue Souad Jamaï a été organisée, jeudi soir à la Villa des arts de Rabat, avec la participation de la troupe de théâtre "Le K-Barré des médecins". Initié par la Fondation Al Mada et modéré par Meryem Fassi Fihri, ce rendez-vous artistique se voulait une rétrospective du parcours artistique de l'écrivaine, notamment via un abrégé de ses trois romans et des collectifs dans lesquels elle a collaboré ainsi qu'un accent sur son penchant théâtral.

Dans une déclaration à la chaîne d’information marocaine "M24" à l'issue de cette rencontre, Mme Jamaï a indiqué qu'il ne s'agissait pas seulement d'une présentation de ses trois romans, mais aussi et surtout de la version théâtrale d'un Toubib dans la ville, son premier opus paru en 2016.

C'était aussi l'occasion "de mettre en avant tous ces comédiens-médecins qui ont joué le jeu et monté sur scène pour faire rire les patients, changer leur travail habituel et critiquer le monde médical et la schizophrénie sociale à travers la salle d'attente du cabinet du médecin". "On a présenté le livre mais on a aussi beaucoup ri", s'est-elle réjouie, ajoutant que les comédiens qui se sont mis en scène "nous ont fait partager 15 minutes de théâtre en souvenir du cabaret des médecins qui reprendra très bientôt".

Hormis les extraits excellemment joués par les comédiens du spectacle "Le K-Barré", la soirée a été marquée par l'explication par l'auteure de certains chapitres de ses trois romans, notamment le dernier: "Le serment du dernier messager", dont le style, dystopique en l’occurrence, est différent de celui de ses deux premiers livres. Sur la raison de ce choix stylistique, Mme Jamaï a confié "qu'elle préfère prévoir et prédire le futur plutôt que de se référer à l'histoire pour écrire". Quant à son thème principal, la romancière a relevé qu'il est question de la médecine sous influence face au libre arbitre du médecin.

Interrogée sur l'idée du "K-Barré des médecins", Mme Jamaï a répondu qu'elle est venue de la volonté de monter un spectacle où chaque médecin, cardiologue ou non, s'approprie un rôle. "L'idée vient aussi du besoin de légitimité", a-t-elle ajouté, soulignant que cette expérience théâtrale "nous a changés parce qu'on est sortis du carcan médical". L'écrivaine-cardiologue a révélé à la fin de cette rencontre la sortie prochaine en bande dessinée d'un Toubib dans la ville avec la collaboration du bédéiste Yassine Hejjami.

 


Libé
Vendredi 8 Octobre 2021

Lu 492 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:05 Le FITUC est de retour

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS