Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi les films d’animation japonais sont absents des cinémas marocains

«One Piece Stampede» fait l’objet d’une pétition en faveur d’une programmation sur grand écran




Lina, 15 ans, espère de tout cœur avoir la chance de le voir sur grand écran. Idem pour Sara, 13 ans et Jad 20 ans. Mouhssine et Amine sont respectivement âgés de 35 et 30 ans. Ils pensent, pour leur part, que les salles de cinéma au Maroc doivent obligatoirement le programmer.
Toutes ces personnes sont adeptes de manga et d’animés japonais, comme des milliers d’autres marocains. Une communauté dont les membres sont estimés à plus de 35.000 aux quatre coins du Royaume et qui ne raterait pas, pour tout l’or du monde, «One Piece Stampede», le nouveau et 14ème film d’animation japonais fondé sur le célèbre manga qui vient de fêter ses 20 ans, ‘’One Piece’’, d’Eichiro Oda, décliné également en série animée.  
Sauf que voilà, le long métrage réalisé par Takashi Otsuka, diffusé depuis le 9 août dans 352 salles japonaises, générant plus de 1,64 milliard de yen de recettes (13,86 millions €) en seulement quatre jours, grâce à ses 1,25 million de spectateurs, n’est prévu pour l’instant dans aucune salle de cinéma marocaine ou africaine, contrairement au reste du monde. Un véritable crève-cœur pour les fans de «One Piece» dans le continent en général et au Maroc en particulier.
Pour tenter d’inverser cette frustrante réalité, une pétition a été lancée en ligne par le groupe Facebook « Moroccan Otaku ». En guise d’argumentaire, le groupe en question explique que malgré les apparences « le Maroc est un grand consommateur de manga. Il y a une grande communauté qui aimerait regarder ce film en toute légalité au cinéma ». Les Capt'ain Majid, Grandayzar et autre Sanchiro, qui ont bercé l’enfance de beaucoup de Marocains en sont témoins. Les valeurs de courage, d’amitié, de fidélité, de justice et d’abnégation, véhiculées par One Piece dans toutes ses déclinaisons, plaident également en faveur de sa programmation, ainsi que sa vulgarisation auprès de la jeunesse du pays.
A la lumière de ses éléments se pose la question de savoir pourquoi les films One Piece et les longs métrages japonais de manière globale, à l’instar des productions des studios Ghibli par exemple, sont-ils absents des programmations sur grand écran ? Pour répondre à cette question, nous avons contacté la cellule de communication des cinémas «Mégarama ».
Tout d’abord, on nous a rétorqué que tout est fait pour offrir « une programmation variée, en passant du film indien au cinéma européen, le blockbuster américain et le film marocain, afin de satisfaire un maximum de cinéphiles au Maroc ». Ensuite, quand nous avons souligné que les fans de mangas marocain et notamment des films d’animation japonais, se sentent exclus de cette politique de programmation aussi variée soit-elle, on nous a répondu que « Megarama » ne possédait pas les droits sur les films d’animation japonais. Ce qui révèle en creux une crainte due à un possible manque de rentabilité en cas d’achat de ces droits.
Cela dit, il est plus que probable que de nos jours, les fans de «One Piece» soient beaucoup plus nombreux que ceux de «Shaun le mouton», un film d’animation prévu prochainement dans les salles de cinéma du pays. Mais d’un autre côté, les droits de ce dernier sont certainement moins dispendieux.
Une chose est sûre, si rien n’est fait pour satisfaire les dizaines de milliers de fans de «One Piece», faire l’impasse sur ce 14ème film n’est pas à l’ordre du jour. On ne va pas se mentir, d’ici quelques semaines, le streaming illégal battra son plein. Même si on se doute bien que ça aurait été autrement plus jouissif de découvrir ce nouvel opus unanimement plébiscité par les critiques dans une salle de cinéma.
D’une durée d’1h40, «One Piece Stampede» est décrit comme un condensé de toutes les qualités du manga. Si dans la bande dessinée Monkey D. Luffy, un garçon dont le corps a acquis les propriétés du caoutchouc après avoir mangé par inadvertance un fruit du démon, est déterminé à conquérir les mers du monde pour devenir le prochain roi des pirates, succédant à Gol D. Roger, aidé par son équipage de pirates, dans « Stampede », ce même Luffy et ses amis participent au plus grand rassemblement des pirates du monde entier, afin de tenter de découvrir le trésor si convoité de Gol D.Roger. Mais sur leur chemin se dresse un ancien membre de l’équipage de Roger, Douglas Bullet, aussi appelé «l’héritier du démon».
Une aventure dont on dit qu’elle est stupéfiante, mais a priori, et malheureusement, les fans marocains n’auront pas le droit d’infirmer ou d’affirmer cette appréciation sur grand écran en tout cas.

Chady Chaabi
Mercredi 16 Octobre 2019

Lu 1795 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com