Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi le CIO tient-il à maintenir les JO de Tokyo ?




Pourquoi le CIO tient-il à maintenir les JO de Tokyo ?
Malgré les appels de plus en plus nombreux à reporter l'évènement en pleine pandémie de coronavirus, le Comité international olympique tient à maintenir les Jeux de Tokyo, à quatre mois de la cérémonie d'ouverture. Samedi, la puissante fédération américaine d'athlétisme a estimé qu'il serait préférable, pour la santé des athlètes, de reporter les Jeux, rejoignant les appels déjà formulés en ce sens par les fédérations de natation américaine et française, la fédération espagnole d'athlétisme ou encore le comité olympique norvégien Alors pourquoi une telle attitude de la part du CIO alors que la plupart des autres grands événementssportifs ont été reportés, dont l'Euro de foot ? Prestige, enjeux politiques et économiques, lourdeur de l'organisation... Eléments de réponses. "Nous ne savons pas ce que sera la situation" dans 4 mois, a rappelé vendredi le patron du CIO, Thomas Bach, laissant percevoir l'espoir que la situation sanitaire mondiale permettra la tenue de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo, le 24 juillet. Il ne serait donc "pas responsable aujourd'hui" de "prendre une décision" qui serait "prématurée". Jean-Christophe Rolland, président français de la Fédération internationale d'aviron (Fisa), interrogé par l'AFP, dit "comprendre" et soutenir cette position: "On est encore loin du 24 juillet. Face à cette crise totalement inédite, nul ne peut prédire avec certitude son évolution et de nombreux scénarios sont possibles". Pour Patrick Clastres, directeur du Centre d'études olympiques et de la globalisation du sport à l'Université de Lausanne, le principe de la quadriennalité est "aussi important que celui de l'attribution desJeux à une ville différente, et qu'autrefois celui de l'amateurisme : une marque de fabrique qui distingue les JO de toutes les autres compétitions mondiales". "Il y a une portée symbolique immense si lesJO sont reportés ou annulés", renchérit Nathalie Nenon-Zimmermann, directrice générale à Paris de l'agence de marketing sportif Only sports & passion, spécialiste du sport olympique. De fait, même aprèsla crise financière de 1987 ou la guerre du Golfe en 1991 qui ont fait trembler le monde, les JO de 1988 et 1992 ont bien eu lieu. Seules les deux guerres mondiales ont eu raison des JO de 1916, 1940 et 1944. En cas de report, "on brise une limite aujourd'hui jamaisfranchie : lesJO ne sont plusimmuables sauf guerre mondiale", poursuit-elle. Si la décision formelle reviendra au CIO, le gouvernement japonais aura le dernier mot, en lien avec le Comité d'organisation local et sur les conseils de l'Organisation mondiale de la santé. "Les tractations sont à mener avec une gamme complexe de partenaires, confirme M. Clastres: le comité d'organisation de Tokyo, le gouvernement japonais, les fédérations internationales, les annonceurs et les médias". Le CIO redistribue vers les organisationssportives et lessportifs 90% de ses revenus qui, pour les derniers JO de Rio-2016 ont atteint 5,7 milliards de dollars. L'écosystème des JO, ce sont aussi des diffuseurs TV et des sponsors qui ont investi beaucoup d'argent auprès du CIO et du comité d'organisation. "Le risque d'indemnisation est à considérer en cas de report ou pire d'annulation.Et les conséquences financières vont ruisseler sur le sport en général", explique Mme NenonZimmermann. De plus, ajoute-t-elle, derrière les droits TV et sponsoring, "il y a aussi toute une économie liée à +l'activation+ des droits", qui emploie plusieurs centaines de milliers de personnes dans le monde. Certains athlètes comme la perchiste grecque Katerina Stefanidi ou encore la Fédération américaine de natation appellent à un report desJO. Car le CIO et les fédérations internationalesfont aussi face à un problème épineux: 43% des sportifs ne sont toujours pas qualifiés. De plus, les contrôles antidopage sont eux aussi à l'arrêt ce qui pose le problème d'équité entre sportifs. Le Français Jean-Christophe Rolland, champion olympique en aviron en 2000 à Sydney, l'assure: les athlètes "sont au coeur des considérations. En tant qu'olympien, j'apprécierais grandement que tous les efforts, raisonnables, soient faits pour que les Jeux aient lieu. Il ne faut pas oublier que pour un athlète, les JO c'est l'épreuve d'une vie". RecevoirlesJO impose beaucoup de contraintes organisationnelles pour le pays hôte (transport, hébergement...). Or de nombreuses installations construites pour les JO doivent être mises à disposition dès la fin des épreuves. Ainsi les logements du village olympique prévus pour accueillir plus de 11.000 sportifs doivent être aussitôt cédés à leurs propriétaires. "Le village olympique est un problème parmi des milliers d'autres, souligne Jean-Loup Chappelet, professeur à l'Institut de Hautes Etudes en Administration Publique (IDHEAP) de Lausanne etspécialiste du CIO. Mais c'est le Premier ministre Shinzo Abe qui débloquera les budgets nécessaires quitte à prendre des mesures législatives". 

Lundi 23 Mars 2020

Lu 640 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls