Pourquoi la pandémie pourrait ne pas augmenter les inégalités


Libé
Jeudi 6 Janvier 2022

Pourquoi la pandémie pourrait ne pas augmenter les inégalités
Au cours de la phase aiguë de la pandémie de Covid-19 au printemps 2020, alors qu'une grande partie de la population était confinée chez elle, l'économie est tombée dans une profonde récession qui a particulièrement touché les non qualifiés et les minorités. De plus, contrairement aux ralentissements précédents, les suppressions d'emplois se sont concentrées dans des secteurs à forte proportion de femmes actives, justifiant le terme de «cession».

Les premières indications étaient donc que les retombées de la pandémie exacerberaient les inégalités. Mais les deux années suivantes ont montré que ce n'était pas nécessairement le cas.

Pour commencer, l'impact direct des pertes d'emplois réelles ou potentielles sur les revenus des personnes a été compensé dans la plupart des pays développés par un soutien gouvernemental sans précédent. Aux Etats-Unis, cette aide a pris la forme de chèques postés directement à des millions de foyers. En Europe, la plupart des gouvernements ont financé des programmes massifs à court terme, en vertu desquels l'Etat a payé la facture des entreprises pour conserver les travailleurs en congé.

Ces mesures signifiaient que les pertes d'emplois initiales induites par la pandémie n'ont pas entraîné de baisse des revenus. Et les personnes les plus susceptibles de perdre leur emploi étaient également les plus susceptibles de recevoir un généreux soutien gouvernemental.

Par conséquent, les indicateurs d'inégalité fondés sur le revenu disponible – c'est-à-dire le revenu total après prise en compte des impôts et des transferts gouvernementaux – ne se sont pas détériorés, voire se sont légèrement améliorés dans certains cas. L'indicateur d'inégalité des revenus le plus largement accepté est le coefficient de Gini, qui mesure dans quelle mesure la répartition des revenus observée s'écarte de l'égalitarisme parfait. Aux Etats-Unis, le coefficient est resté très élevé en 2020, mais il n'a pas augmenté davantage.

Le schéma est similaire en Europe, avec une étude révélant même que les inégalités de revenus ont diminué de janvier 2020 à janvier 2021 dans les quatre plus grandes économies de l'Union européenne – l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne. Selon une autre étude, bien que les inégalités se soient considérablement accrues sans l'action du gouvernement, l'indice de Gini et l'indicateur officiel du risque de pauvreté de l'UE montrent que des programmes d'aide publique ciblés ont neutralisé cet impact initial.

Ce résultat montre comment l'Etat peut jouer son rôle d'assureur de dernier recours en protégeant les groupes vulnérables d'un choc économique inattendu d'une ampleur sans précédent. Mais les gouvernements mettent désormais fin aux programmes de soutien au Covid-19 à mesure que la reprise progresse, bien qu'un peu plus progressivement en Europe qu'aux États-Unis, où le rebond est plus complet. Cela signifie-t-il que la tendance pré-pandémique à l'augmentation des inégalités va reprendre?

Encore une fois, les premières indications montrent que le contraire peut être vrai et que les schémas d'inégalité antérieurs pourraient être inversés dans le monde post-pandémique. La «sécession» s'est avérée être un phénomène de courte durée, la plupart des pertes d'emplois touchant les femmes n'ayant duré qu'un quart ou deux. Un autre signe encourageant est que la part des salaires – la part de la production totale qui est versée aux salariés – a augmenté en 2020 et en 2021.

La part salariale baissait depuis longtemps, suscitant une multitude d'explications. Mais la récente reprise semble naturelle : il y a actuellement trop peu de travailleurs pour exploiter le capital social existant. «Reconstruire en mieux» est un terme impropre. Les blocages de Covid-19 n'ont détruit aucun capital, mais l'ont simplement rendu inactif pendant une courte période. La reprise ne nécessite donc pas de nouveaux capitaux, seulement un redéploiement de ce qui était déjà disponible.

Mais il y a maintenant moins de main-d'œuvre disponible qu'auparavant en raison de ce que les commentateurs américains ont appelé la «grande démission», qui a effectivement réduit la main-d'œuvre, ou plutôt la part de la population adulte disposée à travailler aux niveaux de salaire précédents. Les entreprises doivent offrir des salaires plus élevés pour attirer les travailleurs dont elles ont besoin pour augmenter leur production.

En Europe, les marchés du travail sont moins dynamiques, mais les démissions augmentent dans la plupart des pays membres de l'UE alors même que subsistent d'importantes poches de chômage. Et le besoin accru de main-d'œuvre est susceptible de persister pendant un certain temps. La pandémie a accéléré les tendances préexistantes qui, à très long terme, pourraient réduire la demande de travailleurs peu qualifiés en particulier, mais auront probablement l'effet inverse à court et moyen terme.

Par exemple, les achats en ligne, qui étaient auparavant marginaux dans la plupart des régions d'Europe, gagnent désormais rapidement en popularité partout. En conséquence, de nombreux produits que nous mettions auparavant dans des paniers d'achat réels, fourrés dans des sacs et transportés à la maison sont désormais collectés, emballés, transportés et livrés par d'autres, qui doivent être payés pour leur temps et leurs efforts.

La plupart de ces nouveaux rôles sont peu qualifiés et pourraient être assurés dans un avenir lointain par des robots, des camionnettes de livraison autonomes ou des drones. Mais comme la livraison du dernier kilomètre nécessite encore des humains pour le moment, les perspectives d'emploi pour les non qualifiés semblent bien meilleures qu'auparavant.

De même, il y a quelques années, certains experts prédisaient un monde où les robots feraient une grande partie du travail. Les chauffeurs de camion, par exemple, seraient censés être mis au chômage par les véhicules autonomes. Mais aujourd'hui, le manque de moteurs est l'un des facteurs qui ralentit la reprise du secteur industriel après la pandémie.

D'un point de vue économique, donc, la crise du Covid-19 s'est jusqu'à présent bien mieux déroulée qu'on ne le craignait pour les segments les plus vulnérables de la société. Les pertes initiales d'emplois et de revenus ont été amorties par un soutien généreux de l'Etat, et la vigoureuse reprise améliore considérablement les perspectives d'emploi pour beaucoup. Alors que la pandémie entre dans sa troisième année, cela devrait au moins fournir des motifs d'optimisme.

Par Daniel Gros
Membre du conseil d'administration et membre distingué du Center for European Policy Studies


Lu 1039 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Janvier 2022 - 18:05 Formation et enjeux de la compétitivité

Jeudi 13 Janvier 2022 - 18:00 Le miracle du Covid en Argentine