Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Podium peu flatteur




L’organisation terroriste, Daech, ne recrute pas seulement des hommes, mais aussi des femmes. En Espagne, le nombre de femmes jihadistes embrigadées par cette organisation a doublé en un an, selon les statistiques publiées avant-hier mercredi par «lainformacion.com». Ainsi, le nombre de femmes jihadistes qui ont été arrêtées en Espagne est passé de 6 en 2014 à 15 en 2015. Selon la même source, la plupart de ces femmes détenues sont de nationalité marocaine ou espagnole, mais une Chilienne avait été également arrêtée en décembre 2014 dans le cadre d’une opération policière visant un réseau terroriste lié à Daech.
La même source a souligné que la majorité des femmes appréhendées sont jeunes. En effet, l’âge moyen de ces jihadistes ne dépasse les 26 ans. Une  mineure est âgée de 18 ans figure également sur la liste ainsi qu’une femme âgée de 51 ans.
«Les experts de la lutte contre le terrorisme expriment leur inquiétude quant à la menace que représente  le rôle actif joué par les femmes dans les attaques terroristes».
A noter, par ailleurs, que dans un article publié par «Marianne», Farhad Khosrokhavar, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales en France, a mis en exergue le fait que  les femmes jihadistes constituaient auparavant l’exception, alors qu’actuellement, des centaines d’Européennes ont rallié le groupe terroriste Daech en Syrie.
Il a souligné également qu’«en septembre 2016, trois jeunes femmes ont tenté de faire sauter une voiture piégée à Paris et faute d’y parvenir, l’une d’entre elles, âgée de 19 ans, a poignardé un policier. Au cours du même mois, des jeunes filles prêtes à en découdre ont été repérées et arrêtées par les forces de l’ordre en France». Et de s’interroger «s’il ne s’agit pas d’un nouveau genre de féminisme islamiste radical où le groupe serait composé exclusivement de femmes, même si un homme, à savoir Rachid Kassim, a assumé, de loin, le rôle d’incitateur et de recruteur via les réseaux sociaux».
La même chose s’est passée au Maroc puisque le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire, avait réussi au début du mois d’octobre 2016, à déjouer un plan visant à intégrer des recrues marocaines au réseau de Daech. Il a ainsi procédé au démantèlement d’une cellule composée de 10 femmes qui s’activaient dans les villes de Kénitra, Tan Tan, Sidi Slimane, Salé, Tanger, Ouled Teima et Zagora.
A signaler, par ailleurs, qu’une enquête sur la délinquance en Europe diligentée par une équipe internationale de journalistes a démontré que le nombre de Marocains qui croupissent dans les prisons des pays de l’UE avoisine 11700 personnes, suivis par les Roumains (11511), les Albanais (5722), les Turcs (4798) et les Polonais (4449).
L’étude a souligné qu’il s’agit essentiellement de jeunes gens appartenant à des classes démunies et qui sont en quête d’une vie meilleure en Europe.

T.M
Jeudi 3 Novembre 2016

Lu 1135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés