Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus que le FUS pour nous représenter en Coupe de la CAF




Tanger n’a fait illusion que le temps d’une mi-temps

Le FUS, non sans peine en match retour des 16èmes de finale de la Coupe de la Confédération africaine (CAF), s'est qualifié pour la phase de poules après son match nul (1-1) face au MAS), samedi au Complexe sportif de Fès sur la route de Séfrou. Pour le bonheur des R’batis, c’est Yousoupha Njie qui, d’entrée en seconde mi-temps en ouvrant le score, permettait à Walid Regragui & Co d’espérer une qualification et pourquoi pas rêver à un second trophée après celui remporté en 2010. Mais c’était sans compter sur Rabja qui, dix minutes après le but du FUS, égalisait pour les Canaris sur penalty. Les Fassis partaient alors à l’assaut et disputaient à leurs adversaires cette place au soleil jusqu’au bout. En vain, le FUS résistât fort bien. Le vieux club de la capitale figurera avec le gotha continental en coupe de la CAF, ce qui n’est pas le cas du troisième club concerné l’IRT.  
En effet à Tanger, l’IRT n’aura fait illusion que le temps d’une mi-temps. Après avoir réussi une ‘’remontada’’ sur deux penaltys réussis respectivement par Hervé et Belelmaalem, le club du Détroit a vu son avance fondre en deux minutes quand les Guinéens, à peine rentrés du vestiaire, réussissaient sur un heading suite à un corner la réduction du score par Bassirou Ouedrogo avant que d’égaliser dans la minute qui suivait par le biais d’Ibrahima Sory Sankhon. Les hommes de Bencheikha réussiront néanmoins à remporter la partie (3-2) grâce à Ankobo Ismael mais le score au regard des deux rencontres (aller 2-0) était insuffisant pour qu’ils puissent figurer dans la phase des poules. Les groupes, cette saison, seront au nombre de quatre contrairement à précédemment. C’est dire ce qu’auront raté nos représentants. L’IRT peut s’en mordre les crampons car sa mission était tout à fait possible. Le manque de concentration aura eu raison des Tangérois qui auront subi les foudres d’un Horaya de Conakry qui, sans avoir fait dans le grand jeu, se sera appuyé sur de belles individualités, son collectif et surtout son expérience africaine. 
Le HAC et le FUS rejoignent d’autres clients qui, autant qu’eux, se seront tout autant échinés avant que de se qualifier, à l’image du Mouloudia d’Alger, des Angolais du Recreativo do Libolo, des Egyptiens de Smouha, des Ougandais KCCA de Kampala, ou des Swazis du Mbabane Swallows qui se sont permis le luxe de sortir l’AC Léopards après avoir été menés (2-0) à la mi-temps pour l’emporter en fin de partie (4-2). Au chapitre gros calibres, les Tunisiens du CS Sfaxien et du Club Africain ainsi que les Zambiens du Zesco United ne se sont pas laissés impressionner par plus petits qu’eux et se présentent en bons favoris en attendant d’autres cylindrés dont quelques-unes en difficulté et qui devaient en découdre hier dimanche.
 

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 17 Avril 2017

Lu 619 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés