Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Parce que l'égalité doit être sans réserves

Le mouvement féminin place la barre haut


Parce que l'égalité doit être sans réserves
Le mouvement féminin retient son souffle. Depuis l'annonce de la levée des réserves marocaines relatives à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, CEDEF, les défenseures des droits des femmes ont sonné le tocsin de la mobilisation. « Nous ne voulons pas du SMIG. Et tout ce combat mené depuis plus d'une décennie ne saurait aboutir à une levée de réserves insignifiante et dérisoire ! », s'exclame cette activiste qui a participé à l'élaboration du 3ème et 4ème rapports parallèles à celui périodique du gouvernement marocain sur la mise en œuvre de la CEDEF présentés à Genève en octobre 2007.
Entre le Maroc et la CEDEF, ce n'est pas exactement une histoire d'amour. Le Royaume a attendu 14 longues années pour ratifier, le 21 juin 1993 en marge de la conférence internationale des droits de l'homme à Vienne,  la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. La publication au Bulletin officiel, acte essentiel pour l'entrée en vigueur, s'est faite tardivement, en 2001, c'est-à-dire 8 ans après la ratification. « C'est presque à reculons que le Maroc a adhéré à cette convention », constate notre interlocutrice.
Et la ratification est loin d'être ici un long fleuve tranquille. Le chemin de la ratification est semé d'embûches faites de réserves. « Le Maroc a assorti la ratification de la CEDEF par d'importantes déclarations et réserves concernant l'article 2, le paragraphe 4 de l'article 15, le paragraphe 2 de l'article 9, l'article 16 et l'article 29. En mars 2006, le gouvernement a exprimé son intention de réexaminer ces réserves et d'adhérer au Protocole additionnel de la CEDEF.
Cette intention a été réaffirmée, en tant qu'engagement officiel, dans la note accompagnant la candidature du Maroc au Conseil des droits de l'Homme, dont il est maintenant membre après son élection le 9 avril 2006. Sauf que le gouvernement a consenti très peu d'efforts pour diffuser la Convention auprès des professionnels de justice, des principaux intervenants  et auprès du large public. Les  conclusions et recommandations du Comité de la CEDEF, suite à l'examen des rapports du gouvernement marocain n'ont  pas fait l'objet de diffusion non plus. C'est surtout les ONG féministes et de droits humains qui se sont investies dans ce domaine en fonction des moyens disponibles », note le rapport parallèle sur la mise en œuvre de la CEDEF coordonné par l'Association démocratique des femmes du Maroc présenté devant les instances onusiennes.



Narjis Rerhaye
Lundi 15 Décembre 2008

Lu 991 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS