Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire

La seule vérité, c'est qu 'ils mentent effrontément



Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire
Les médias de propagande de l’Algérie et de la fantomatique Rasd continuent de relayer de fausses informations sur une chimérique guerre des pantins séparatistes contre le Maroc. Ainsi, le soi-disant secrétaire général du « ministère de la sécurité et de la documentation sahraoui», le dénommé Sidi Oukal, a récemment prétendu que les miliciens séparatistes ont mené «510 opérations militaires contre l’armée marocaine en 67 jours de combats depuis la reprise de la lutte armée, en réponse à la violation marocaine de l’accord de cessez-le-feu, le 13 novembre dernier ».

Pis encore, ce responsable séparatiste n’a pas rougi d’avancer ce mensonge : les attaques fictives des séparatistes « ont causé des pertes humaines et matérielles considérables dans les rangs marocains». Et de radoter : « La discrétion du Maroc à l’égard des batailles en cours sur le terrain est justifiée par le fait que reconnaître l’existence d’une guerre signifie la reconnaissance de l’autre partie et les implications juridiques et économiques qui en découlent». En fait, aucun média international, à l’exception bien sûr des organes de propagande du régime militaire algérien, ne parle de cette soi-disant guerre, tout simplement parce qu’elle n’existe que dans l’imaginaire des pantins séparatistes et de leurs maîtres à Alger. Mieux encore, la chaîne franco-allemande Arte a mis à nu dans son émission «28 minutes», diffusée en décembre dernier, les fake news et autre fausses informations relayées par les machines de propagande du Polisario et ses soutiens au sujet des prétendues tensions dans le Sahara marocain. Une autre contrevérité a été relayée par les médias de propagande du régime algérien et concerne la position du nouveau président américain, Joe Biden, à propos de la décision prise par son prédécesseur, Donald Trump, reconnaissant la souveraineté entière et pleine du Royaume du Maroc sur son Sahara.

« Quelques heures à peine après la cérémonie d’investiture de Joe Biden comme 46e président des Etats-Unis, la Maison Blanche a procédé à la suppression, sur son site web, de la déclaration du président sortant Donald Trump, portant sur la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental », a souligné avec enthousiasme le quotidien algérien l’Express. Alors que la télévision algérienne Ennahar a affirmé : « Quelques heures après son investiture, Biden torpille la reconnaissance de Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental ». La vérité est que toutes les annonces et activités du président sortant sont déplacées dans la section des archives une fois le nouveau locataire fait son entrée à la Maison blanche. En plus, aucune décision officielle n’a été prise par Joe Biden à ce sujet.

Par ailleurs, la télévision israélienne «I24news» a publié vendredi un article dans lequel elle a affirmé que «des médias israéliens ont rapporté, en se basant sur des sources au sein du Parti démocrate, que Joe Biden s'est félicité de la décision du Maroc de rétablir ses relations avec Israël, ainsi que de la reconnaissance américaine du Sahara marocain, précisant que l'administration du nouveau président considère le Royaume comme un allié essentiel sur lequel elle peut compter comme étant un interlocuteur majeur en Afrique du Nord, excluant toute intention de la nouvelle administration d’annuler la décision de l'administration précédente ». Elle a également souligné que les ennemis du Royaume et «le lobby américain qui travaille pour le compte de l’Algérie espèrent persuader l'équipe du nouveau président américain, Joe Biden, de revenir sur la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara sous prétexte de préserver ses intérêts avec l'Algérie». Et d’ajouter que les récentes déclarations du candidat de Joe Biden au poste de secrétaire d’Etat, Antony Blinken, montrent que «l'administration Biden évitera de prendre toute mesure révisant les décisions signées par Trump et qui affecterait les relations d'Israël avec les pays arabes ».

Il convient de rappeler que le président sortant Donald Trump a pris une décision historique en reconnaissant la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud. Cette décision a pris de court notamment les dirigeants algériens qui ont décidé de destituer le directeur général de la documentation et de la sécurité extérieure, Mohamed Bouzit, et de le remplacer par le général-major Noureddine Makri, présenté comme un spécialiste dans l’affaire du Sahara marocain. En plus, les caciques du régime ont multiplié les manœuvres, les pressions et les visites en vue d’obtenir un appui à leurs projets chimériques et de sortir de leur isolement sur la scène internationale, comme le montrent les récentes visites du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, à certains pays africains. Mais son projet est tombé à l’eau.

Mourad Tabet

Libé
Vendredi 22 Janvier 2021

Lu 560 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS