Où va la Chine de Xi ?


Libé
Jeudi 20 Octobre 2022

Où va la Chine de Xi ?
Le Parti communiste chinois (PCC) a entamé son 20e Congrès national le 16 octobre. Alors que ce rassemblement quintennal est généralement précédé de spéculations sur qui siègera à la table haute – le Comité permanent du Politburo – les bookmakers n’ont pas pris de paris sur qui occupera le siège central. Un troisième mandat sans précédent pour Xi Jinping en tant que leader incontesté du pays est ce qui se rapproche le plus de ce que l'on peut appeler une certitude.

Pourtant, cela laisse six places à combler. Bien que Li Keqiang ait clairement indiqué qu'il ne briguera pas un troisième mandat en tant que Premier ministre chinois, il pourrait toujours rester au sommet, devenant peut-être président de l'Assemblée populaire nationale, qui a peu de pouvoir autonome. Son remplacement apportera-t-il un léger changement de cap ?
Si c'est Wang Yang, qui a dirigé avec succès Guangdong et Chongqing, deux des zones les plus dynamiques économiquement du pays, ce choix pourrait signifier un virage vers plus de marge de manœuvre pour le marché. Ou le poste pourrait revenir à quelqu'un qui ne fait pas encore partie des sept premiers, comme le vice-Premier ministre Hu Chunhua, qui s'est dit préoccupé par le chômage des jeunes. Cela pourrait impliquer une plus grande intervention de l'Etat en matière d'emplois.

Quoi qu'il en soit, ces changements refléteraient des différences de style et non de fond. Le PCC est désormais le parti de Xi. La plus grande question concerne les forces qui pourraient encore perturber la Chine.
 
Règle d'un seul homme

Bien que l'emprise de Xi sur la politique intérieure n'ait fait que se renforcer depuis son arrivée au pouvoir en 2012, il reste l'un des dirigeants les moins compris de toutes les grandes puissances. Avant la guerre en Ukraine, même la Russie de Vladimir Poutine avait une sphère publique limitée où le chef pouvait être mis en cause et les décisions importantes débattues. Mais dans la Chine de Xi, ces sujets sont interdits.

Néanmoins, après dix ans de règne de Xi, nous avons des guides de terrain dignes de confiance. Kerry Brown du King's College de Londres prétend être le principal interprète occidental de la vie et de l'idéologie de Xi, et il a produit plusieurs livres sur l'homme. Le dernier en date, Xi: A Study in Power, donne un compte rendu détaillé de la vision du monde de Xi et affirme que même si le nom de Xi est "toujours sous les feux de la rampe" sur la scène chinoise, il devra faire attention à éviter "trop ​​de promesses, trop de portée, et trop idéaliser. En concentrant autant de pouvoir en lui-même, Xi court le risque d'être le seul à blâmer lorsque les choses tournent mal.

Un autre nouveau livre précieux est Xi Jinping : l'homme le plus puissant du monde, des journalistes allemands Stefan Aust et Adrian Geiges. Malgré le titre, il s'agit plus d'une visite de la Chine de Xi qu'une étude de l'homme lui-même ; mais les auteurs reconnaissent que Xi veut avant tout «mettre sa propre marque sur la Chine – et sur le monde», et leur livre servira d'introduction précieuse à ceux qui ne connaissent pas grand-chose à la Chine d'aujourd'hui ou à son dirigeant.

Il ne fait aucun doute que la vision autoritaire, technocratique et nationaliste de Xi pour la Chine est étroitement liée à sa propre personnalité. Pourtant, en tant que «marxiste du XXIe siècle» autoproclamé, Xi pourrait être le premier à souligner que de vastes forces sociales et historiques auront un plus grand effet sur la Chine au cours de la prochaine décennie que toutes les décisions des politiciens les plus puissants.
 
L'économie, stupide

Alors que le Congrès du Parti s'est ouvert, la tâche la plus immédiate de Xi et du PCC est de rétablir une croissance économique robuste. Mais le plus grand obstacle à la reprise, la politique zéro-COVID, ne peut être discuté ouvertement, car cette dernière est si fortement associée à Xi lui-même. Tout au long de 2022, la confiance des consommateurs a décliné et les petites et moyennes entreprises ont faibli à Shanghai, Chengdu et dans d'autres grandes villes, en raison d'un manque de certitude quant à savoir si et quand les entreprises pourraient soudainement être contraintes de fermer à nouveau (généralement avec seulement quelques préavis d'heures).

Mais décréter simplement la fin de la politique zéro-COVID ne suffira pas, car la Chine a refusé d'utiliser des vaccins à ARNm étrangers et parce que beaucoup de ses personnes âgées n'ont même pas reçu de vaccins moins efficaces produits dans le pays. La réouverture en toute sécurité de l'économie maintenant peut dépendre de la capacité de la Chine à développer un vaccin de meilleure qualité et à le mettre à la disposition des plus vulnérables (une tâche qui nécessiterait très probablement une coercition encore plus grande).

Les répercussions du ralentissement économique chinois sont déjà visibles. L'initiative "la Ceinture et la Route", clé de voûte des efforts de la Chine pour projeter son influence géopolitique pendant la majeure partie de la dernière décennie, s'adapte tranquillement. Avec moins de gros prêts gouvernementaux pour des projets financièrement non viables dans les pays du Sud (comme les lignes ferroviaires à grande vitesse en Afrique subsaharienne), l'accent est davantage mis sur la participation du secteur privé chinois, ce qui se traduit par davantage de projets qui peuvent assurer un retour rapide des  actionnaires.
Bien que la nouvelle initiative de sécurité mondiale de la Chine soit toujours en cours, elle tentera clairement de façonner les institutions mondiales et régionales pour servir les intérêts chinois – par exemple, en préconisant une plus grande souveraineté de l'Etat sur Internet. Mais l'attractivité d'une idéologie mondiale qui s'accompagne de peu de financement n'a pas encore été testée.

Où est le marché ?

La Chine a des opportunités évidentes de concevoir un modèle efficace pour gérer la prochaine phase de son développement économique ; mais il reste à voir si ses dirigeants s'en saisiront. Son écologie technologique reste extraordinaire à l'échelle mondiale, avec des entreprises telles que Bytedance, Huawei et Tencent fournissant une base solide pour une économie à plus forte valeur ajoutée et à revenus plus élevés.

De plus, l'intégration de Hong Kong dans la Greater Bay Area rend possible un nouveau réseau commercial et technologique dans le sud de la Chine. Les importants réservoirs de capitaux de Hong Kong peuvent être acheminés de l'autre côté de la frontière vers Shenzhen pour financer la fabrication de batteries de véhicules électriques et d'autres industries naissantes du futur. Dans le même temps, de nouvelles liaisons ferroviaires à grande vitesse entre le Sud de la Chine et l'Asie du Sud-Est pourraient relier plus directement la Chine à l'une des régions les plus dynamiques du monde sur le plan économique.

Mais pour que ce modèle fonctionne, la Chine devra changer de direction sur plusieurs fronts. Alors que la politique autoritaire n'est pas nécessairement incompatible avec l'innovation scientifique (de nombreux pays politiquement répressifs ont de solides bases scientifiques), les scientifiques, les technologues et les entrepreneurs talentueux n'aiment pas qu'on leur dise quoi faire. Les entrepreneurs technologiques qui se rendent en avion pour une réunion d'affaires de deux heures ne veulent pas être mis en quarantaine pendant deux semaines à l'avance, et ils ne risquent pas non plus d'être enfermés dans un hôpital pendant des semaines s'ils sont testés positifs au COVID-19.

De plus, la Chine a créé de nouveaux problèmes pour son vivier de talents nationaux. Pendant des années, les étudiants chinois ont été encouragés à apprendre l'anglais et à étudier à l'étranger, afin qu'ils puissent éventuellement faire profiter leur pays des connaissances acquises. Mais maintenant, ceux qui rentrent chez eux doivent passer une longue période en quarantaine, et il y a un sentiment plus général que partir à l'étranger nuit au projet national, plutôt qu'il n'y contribue. Cela n'augure rien de bon pour l'économie. Si encourager davantage de Chinois à étudier dans le pays peut favoriser un sentiment de fierté nationale, cela isolera également davantage le pays des tendances scientifiques internationales et de l'échange plus large de connaissances et de savoir-faire.

Un autre problème est le sentiment croissant en Chine que l'entrepreneuriat attire trop l'attention pour en valoir le risque. La répression radicale du gouvernement à l’égard des grandes entreprises technologiques en 2020-2021 a fait la une des journaux dans le monde entier, notamment lorsque le fondateur d'Alibaba, Jack Ma, a été mis à l’écart pour avoir osé critiquer les régulateurs financiers.

Même si de hauts responsables gouvernementaux tels que le vice-Premier ministre Liu He ont publiquement expliqué pourquoi le secteur technologique est essentiel à une croissance soutenue de l'emploi à haute valeur ajoutée, les investisseurs nationaux et internationaux se méfient des changements de politique soudains et imprévus. La politique est peut-être aux commandes, mais les marchés suivent leur propre logique.
 
Grandes tentations

La Chine devra également faire face à sa crise démographique. Quatre décennies de politique de l'enfant unique ont eu pour conséquences une  population qui vieillit rapidement et tous les problèmes qui l'accompagnent. Au cours de la prochaine décennie, le gouvernement sera confronté à la tâche peu enviable mais essentielle de déterminer comment payer les programmes sociaux et les soins de santé à long terme, notamment en relevant l'âge de la retraite pour empêcher le système de retraite fragile du pays de s'effondrer. Les dépenses élevées seront en forte demande. Mais cela nécessitera une croissance économique soutenue, qui dépendra à son tour d'une stabilité durable.

Des erreurs directes pourraient saper cette stabilité. Un effort pour incorporer Taïwan serait particulièrement conséquent. Depuis un demi-siècle, un équilibre précaire a été préservé : la plupart des pays renoncent à reconnaître Taïwan comme un pays indépendant. La Chine maintient sa revendication sur l'île mais n'interfère pas dans la plupart de ses activités intérieures ou à l'étranger ; et les électeurs taïwanais (depuis les années 90) élisent des partis qui maintiennent le statu quo dans la pratique, même si ce n'est pas toujours dans leur rhétorique.

Mais sous Xi, il y a eu une pression beaucoup plus forte pour mettre fin à cette ambiguïté. Alors que le nouveau livre blanc de la Chine sur Taïwan réitère qu'un cadre «un pays, deux systèmes» serait imposé à l'île, la loi draconienne sur la sécurité nationale de 2020 à Hong Kong a envoyé un signal fort à Taïwan que la démocratie serait fortement restreinte dans un tel arrangement.

Personne d'autre que les principaux dirigeants chinois ne peut savoir si la tentative de prendre un plus grand contrôle sur Taiwan aura lieu dans les années 2020 ou plus tard. Ce qui est presque certain, cependant, c'est que tout effort de ce type - y compris un blocus de l'île - conduirait à des sanctions majeures de la part de l'Occident géopolitique, y compris les Etats-Unis, le Japon et l'Union européenne. Ce résultat nuirait incontestablement à l'économie mondiale, mais il s'avérerait également très coûteux pour la Chine. La perturbation, voire la destruction, des usines de semi-conducteurs de Taiwan, par exemple, aurait un impact énorme sur les propres chaînes d'approvisionnement technologique de la Chine.
 
Chine mondiale

En revanche, faire baisser la tension  à Taïwan permettrait de se concentrer davantage sur l'autre grande priorité de Xi pour les cinq prochaines années : renforcer l'influence de la Chine dans les régions du monde où le contrôle est encore fluide. Le potentiel d'un affrontement entre grandes puissances dans l'arrière-cour de la Chine est accrocheur mais peut-être exagéré. La Chine n'affronte généralement pas directement la puissance américaine, et il est difficile d'imaginer que des navires de la marine chinoise débarquent au large des côtes californiennes de si tôt. Mais il existe de nombreuses autres nouvelles frontières où la Chine prend déjà pied.

Au sein des Nations unies, l'objectif de la Chine n'est pas de renverser les normes existantes comme l'a fait la Russie, mais plutôt de réinventer et de remodeler les normes en fonction de sa propre vision du monde. Le Conseil des droits de l'Homme, par exemple, commencerait à donner la priorité aux droits collectifs (tels que les garanties de subsistance économique) par rapport aux libertés individuelles telles que la liberté d'expression et d'association.
La Chine cherchera également à jouer un rôle plus important dans des zones telles que les océans Indien et Arctique, où les normes sont plus minces et encore plus malléables que celles trouvées dans l'Atlantique ou le Pacifique. Il en va de même pour l'espace extra-atmosphérique et le cyberespace, où la technologie évolue beaucoup plus rapidement que la loi. Nous devrions nous attendre à une lutte continue pour contrôler les normes mondiales régissant l'intelligence artificielle dans les années 2030. La Chine cherche déjà à être le leader dominant dans ce secteur critique.

Sur des questions allant de zéro-COVID à Taïwan, le leadership et les préférences personnelles de Xi seront certainement importants dans les années à venir. Pourtant, l'importance à long terme de la Chine découlera également de son immense économie, de son armée importante et croissante et de sa capacité d'innovation technologique. Il reste à voir jusqu'où il peut aller dans la réduction des libertés nationales et individuelles tout en se présentant comme un exemple de leadership mondial : les puissances mondiales doivent s'attendre à des critiques ainsi qu'à des éloges du monde entier ; en effet, ils devraient l'accueillir. Quels que soient les dirigeants qui apparaîtront sur scène à la fin du Congrès du PCC ce mois-ci, ces questions fondamentales resteront au centre des débats sur l'avenir de la Chine et sa place dans le monde.

Par Rana Mitter
Professeur d'histoire et de politique de la Chine moderne à l'Université d'Oxford


Lu 1635 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2022 - 18:00 La coupe du monde et l'économie mondiale

Dimanche 20 Novembre 2022 - 11:59 La question à un billion d'euros de l'UE