OrelSan et Clara Luciani au coeur des Victoires de la musique


Libé
Jeudi 10 Février 2022

C'est l'heure de la grand-messe de la chanson francophone: OrelSan (album "Civilisation") et Clara Luciani ("Cœur") sont les grands favoris des Victoires de la musique, cérémonie programmée vendredi avec Stromae pour président d'honneur.
 L'an dernier, Benjamin Biolay fut le grand vainqueur avec deux trophées (artiste masculin et album) pour son disque "Grand Prix". Pour cette 37e édition, OrelSan et Clara Luciani partent en pole position avec quatre nominations chacun: artiste (masculin, féminine), album, chanson et création audiovisuelle.


Rien d'illogique. "Civilisation", d'OrelSan, est l'album le plus vendu en France en 2021. Quant au "Coeur" de Clara Luciani, il a fait aussi bien palpiter les scènes élitistes que grand public.


Mais si on ajoute Juliette Armanet et le groupe Feu! Chatterton (postulant à trois catégories chacun), on arrive à quatorze nominations entre quatre artistes. Ce qui soulève des critiques sur une cérémonie accusée de ne pas refléter la diversité de la scène actuelle.
 "Ma plus belle victoire, c'est de vivre de ma passion, le reste «balec» (contraction argotique de « je m'en bats les couilles»)", a twitté Eddy de Pretto, aucune nomination.
Grand Corps Malade, également bredouille, s'est dit "très déçu" dans "Sept à huit" sur TF1.

Sans tomber dans le piège de la dénonciation d'une cérémonie qui serait aux mains des majors (grandes maisons de disque), alors que lui est sur un label indépendant. A raison, car OrelSan est chez un indépendant et Eddy de Pretto dans une major, par exemple.
"Dans tout le label, on a un votant, c'est moi, expose Grand Corps Malade. Sauf que les majors, ils ont 45 votants et ils ne vont pas voter pour un artiste qui est sur un label indépendant. Ils vont voter pour leurs artistes, ça c'est tout à fait normal". "Donc, ce n'est pas un coup des majors, c'est le système de vote qui est comme ça et qui est peut-être à interroger", conclut le chanteur.


Le poids seul des grandes maisons de disque n'explique pas que certains de leurs poulains se retrouvent dans les catégories reines: il y a 900 votants au total, entre filière musicale et grand public. 
Interrogé sur la concentration des principales nominations entre peu d'artistes, le président des Victoires Stéphane Espinosa répond à l'AFP: "C'est souvent le cas, ce sont des albums qui ont marqué l'année, comme l'an dernier avec Biolay, les votants ont fait leur choix".


Même si tout n'est pas encore parfait dans le monde des Victoires, il faut saluer quelques avancées. Des stars plébiscitées par les jeunes audiences, Aya Nakamura et SCH, recevront ainsi des prix nouvellement créés pour l'album le plus streamé (artiste féminine et masculin).

De quoi tenter de solder un long malentendu entre les Victoires et les nouveaux sons.

Comme en 1999, quand le groupe Manau, gêné car rangeant sa musique d'inspiration celtique dans la variété, reçoit le trophée rap (qui n'existe plus) face à des poids lourds comme NTM. "Avec ces catégories «album le plus streamé», on s'ouvre au digital, on colle à ce qu'on reçoit, en tant que producteurs, dans la musique aujourd'hui", poursuit Stéphane Espinosa, responsable dans une major.
 Il faut aussi noter un regard sur les nouvelles pratiques.

OrelSan n'est pas nommé dans la catégorie création audiovisuelle pour un clip, comme les autres prétendants, mais pour sa série-documentaire "Montre jamais ça à personne". "Il y a 15 ans on faisait juste des clips, aujourd'hui on fait aussi des documentaires, des séries, des vidéos de 30 secondes, qui sont aussi impactants", ajoute le président des Victoires.

Pour le reste, la présence de Stromae, qui soigne toujours ses apparitions, promet de pimenter la soirée à La Seine musicale, en région parisienne, retransmise en direct sur France 2 et France Inter à partir de 21H10.
 Enfin, Jacques Dutronc (comme Jane Birkin l'an passé) recevra une Victoire d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, à 78 ans.


Lu 969 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.