Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

On l'aura atteinte, notre phase trois



Khalid Ait Taleb : Les essais cliniques du vaccin sont très positifs en termes de sécurité, d'efficacité et d'immunité



Mardi après-midi, le ministère de la Santé a annoncé 5.415 nouveaux cas de contamination au nouveau coronavirus, portant le total des cas actifs à 49.000. En outre, 82 personnes ont perdu la vie, alourdissant ainsi le bilan à hauteur de 4.932 disparitions. Cette tendance haussière au Maroc ne date pas d’hier. Elle définit l’évolution de la pandémie depuis des semaines dans le pays. Pour Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, la faute est au « passage de certaines provinces en phase III de propagation du virus depuis le déconfinement ». Toutefois, il refuse de s’alarmer concernant la courbe des décès et voit la réalité autrement. «Le taux de létalité au niveau national est resté stable pendant des mois à 1,7%, lequel taux est considéré parmi les plus bas au monde », a-t-il révélé à la Chambre des représentants. En détail, Khalid Ait Taleb a indiqué que «55% des personnes décédées souffraient de maladies chroniques, notamment le diabète, l'hypertension, l'asthme, le cancer et bien d'autres maladies» avant de préciser que «l'âge moyen des cas de décès s'est élevé à 66 ans et demi, alors que l'âge moyen des cas se situe à 40 ans. Les hommes représentent 69% du total des décès et 89% des disparitions sont survenues dans les services de réanimation et de soins intensifs», des services en manque de cadres infirmiers. Conscient de cette problématique, le ministre a souligné «le déploiement d’efforts soutenus en vue de combler le manque de cadres infirmiers, dans l'objectif de garantir un accès équitable aux services de santé». S’agissant des essais cliniques relatifs au vaccin contre le nouveau coronavirus auxquels 600 volontaires marocains ont participé, le ministre de la Santé s’est montré optimiste en indiquant que ces essais cliniques «se sont avérés très positifs en termes de sécurité, d'efficacité et d'immunité». Cette participation historique aux essais cliniques permettra, selon le ministère de la Santé, «un transfert d’expertise au Maroc en la matière» et notamment la production de ce même vaccin sur le sol marocain à terme. En attendant, la question de la sensibilisation au vaccin a également été posée. Et à ce sujet, le ministère de la Santé a expliqué qu’une campagne de communication sera organisée «en vue de sensibiliser les citoyens quant à cet éventuel vaccin et qu'il s'agit d'un produit similaire aux vaccins accrédités précédemment». Toujours selon ce dernier «une commission scientifique marocaine de haut niveau accompagne dès le début le processus visant à développer le vaccin attendu». Par ailleurs, au sujet de la récente polémique née des demandes de chèques garantis par les cliniques privées au moment d’accueillir un patient Covid+, le ministère de la Santé a jugé cette pratique illégale. «Sur le plan juridique, il est interdit pour la clinique, en cas de tiers payant, de demander aux personnes assurées ou à leurs ayants droit une garantie en espèces, par chèque ou tout autre moyen de paiement en dehors de la part restant à leur charge, en vertu de l'article 75 de la loi 131.13 relative à l'exercice de la médecine», précise-t-il. Et de rappeler que «conformément à l'article 316 du Code du commerce, toute personne, en connaissance de cause, qui accepte de recevoir ou d'endosser un chèque à la condition qu’il ne soit pas encaissé immédiatement et qu’il soit conservé à titre de garantie, est punie d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 2.000 à 10.000 DH ». Ainsi, selon Khalid Ait Taleb, la demande de chèques de garantie par les cliniques privées vient en conséquence d’une brèche et notamment «de l'absence d'un système électronique permettant d'avoir accès aux données dont disposent les compagnies d'assurance pour connaître si le patient est souscrit à une société ou non». 

C.E
Mercredi 18 Novembre 2020

Lu 153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.