Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Objectif manqué par Halilhodzic et le Onze national


Mohamed Bouarab
Mardi 1 Février 2022

A l’instar des CAN 1986 et 2017, l’Egypte réduit à néant les espoirs de l’EN

Objectif manqué par Halilhodzic et le Onze national
Le Onze national a perdu son latin face à l’Egypte. En jouant contre nature, qui plus est devant un gros morceau, l’EN n’a pu éviter, dimanche au stade Ahmadou Ahidjo à Yaoundé, la défaite et l’élimination au tour des quarts de la 33ème CAN après avoir cédé le pas sur le score de deux buts à un. Le temps réglementaire s’était soldé sur le score de parité un partout et c’est au terme des prolongations que les Egyptiens sont parvenus à avoir le dernier mot.
Un match complètement raté pour l’équipe du Maroc qui a produit un football qu’elle n’assimilait guère. En optant pour un jeu long, l’équipe n’a fait que balancer des ballons qui n’arrivaient pas au bon destinataire. Trop de déchets lors de ce match contrairement aux précédentes rencontres où l’EN vendangeait des occasions toutes faites.
Pour cette opposition dominicale, la sélection marocaine a entamé les débats du bon pied, trouvant la faille dès la 7ème minute sur penalty provoqué par Achraf Hakimi et transformé par Soufiane Boufal qui pourrait faire partie de la liste des buteurs de ce tournoi en comptant trois réalisations à son actif.
Après l’ouverture du score, l’EN a disparu des radars, laissant l’initiative à l’équipe adverse qui s’est dépensée à fond sans atteindre son dessein à l’issue de la première mi-temps. Au cours du second half, les Egyptiens n’ont pas lâché prise au moment où les Marocains s’emmêlaient les jambes, ce qui augurait que la suite allait être une douche froide pour l’équipe et le public marocain.
Une piètre prestation payée cash quelques minutes(53è) après la reprise suite au but de Mohamed Salah qui a profité d’un mauvais alignement de Munir Haddadi, cassant le hors-jeu. A un partout, d’aucuns s’attendaient à une réaction de la sélection nationale qui devait, en principe, rendre une copie autre que celle livrée jusqu’à l’heure de jeu. Il n’en fut rien, excepté le coup de tête de Naïf Aguered repoussé et par le gardien Aboujabal et par la transversale.
Le tout petit niveau de l’EN allait se poursuivre au cours des prolongations et les Egyptiens n’espéraient pas mieux. Les changements apportés par Vahid Halilhodzic, à côté de la plaque, n’étaient pas faits pour changer le cours du jeu. Loin de là, le coup de grâce n’a pas tardé à suivre et une fois encore grâce à Mohamed Salah, qui a sorti son meilleur match de la CAN. La star de Liverpool a servi un caviar au réserviste de luxe Hassan Trezeguet qui n’a eu qu’à pousser le ballon au fond des filets (100è), prolongeant le séjour camerounais des Egyptiens et renvoyant l’équipe marocaine à la maison.
D’ailleurs, si certains se targuent du nombre de victoires qui penche en faveur de l’EN lors des précédents face-à-face contre l’Egypte, il y a lieu surtout de rappeler que les différents Onze égyptiens ont dicté leur loi dans les matches couperet, surclassant le Maroc lors de confrontations à élimination directe : demi-finale de la CAN 1986 et quarts de finale des CAN 2017 et 2021.
Une élimination pour ne pas dire une sortie parla petite porte qui restera en travers de la gorge de tous les Marocains. Premier objectif donc raté par Vahid Halilhodzic qui devait atteindre le dernier carré de la CAN. Le bonhomme n’a pu se rendre à la conférence de presse d’après-match, alors qu’il était tenu de s’y présenter pour expliquer les motifs de son échec à un peu plus d’un mois de la double confrontation barrage comptant pour le Mondial Qatar 2022 contre la RD.Congo.
On craint le pire avec le Bosniaque qui, pour son premier test face à une grosse écurie, a déchanté au grand dam des supporteurs du Onze national qui doivent encore se contenter d’un seul trophée remporté le siècle dernier. 

​Romain Saïss: Désolé pour tous les Marocains

On a tout donné, il y a des jours où tu as moins de réussite que d'habitude. Je suis surtout désolé pour tous les Marocains qui attendent quelque chose en Coupe d'Afrique depuis pas mal d'années maintenant (seule victoire en CAN en 1976, NDLR), on est malheureux pour eux. Mais je suis fier de ce groupe.

Queiroz : Nous étions devant dans tous les domaines

"Le meilleur compliment qu'on puisse faire pour tous les joueurs est de dire que si c'était possible, les deux équipes méritaient de passer. Mais c'est l'histoire du jeu, une équipe doit passer, l'autre doit être éliminée. C'étaient deux grandes équipes avec des joueurs fantastiques. Mais nous étions devant dans tous les domaines, les duels, les corners, les ballons gagnés... Nous étions menés, mais quand vous sentez que votre équipe est au sommet de son expression, vous êtes totalement confiants sur le fait qu'en seconde période le résultat va tourner en votre faveur."


Lu 1046 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS