Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau drame au large des Iles Canaries

47 migrants subsahariens ont péri de soif et de faim


Les drames de la migration au large des Iles Canaries se suivent et se ressemblent. Ainsi, et quelques jours après le décès de 42 personnes dont huit enfants dans le naufrage de leur bateau, 47 migrants ouest-africains seraient morts en mer alors qu'ils tentaient de gagner l'Europe à bord d'une embarcation qui a dérivé pendant deux semaines avant d'être récupérée au large de la Mauritanie avec sept rescapés, ont indiqué mardi les gardes-côtes mauritaniens et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon certaines sources médiatiques, le bateau dérivant a été repéré lundi dernier au large de Nouadhibou (Nord de la Mauritanie) avec à son bord six hommes et une femme. Ils faisaient partie d'un groupe initial de 54 personnes originaires de différents pays d'Afrique de l'Ouest (43 hommes et 11 femmes, d’origine malienne, sénégalaise, ivoirienne, mauritanienne et guinéenne). Il y avait également deux enfants de moins de trois ans et une adolescente, tous disparus. Selon les mêmes sources, les causes de décès seraient dues à la famine et à la soif après l’épuisement des provisions embarquées par les passagers. Selon les témoignages des survivants de ce drame, le bateau s'est arrêté une fois en mer et était à la merci des vagues. Au fil du temps, la nourriture et l'eau potable à bord sont devenues rares et plusieurs passagers, dont des femmes et des enfants, sont morts. Les sept personnes qui ont réussi à rester en vie ont sauté à terre lorsque le bateau a été emporté par les vagues jusqu'à la côte mauritanienne, a rapporté le site telesurtv.net. Concernant le point de départ de cette embarcation, un responsable de l’OIM a indiqué qu’elle est partie "selon toute vraisemblance" de la région de Laâyoune le 3 août à destination des Iles Canaries, avant de connaître une avarie de moteur. Un autre responsable de l'OIM a évoqué la ville de Tan Tan comme point de départ. Des hypothèses que Hamid Halim, natif de la région et spécialiste des médias maritimes, remet en cause. Selon lui, les embarcations à fort charge ne partent pas directement du Maroc. « Les bateaux utilisés par les candidats à la migration en provenance du Maroc sont des bateaux de pêche avec des capacités de charge très limitées », nous a-t-il précisé. Même les grandes barques artisanales en polyester, fabriquées par les passeurs eux-mêmes, ne supportent pas plus de 30 personnes. Pour Hamid Halim, les cas de naufrage et d’errance sont plus plausibles pour les embarcations en provenance du Sénégal, situé à 1.500 km des Iles Canaries. Ceci d’autant plus que ces barques ne sont pas bien équipées en provisions et en moyens de communication et de navigation alors que la route vers les Iles Canaries est risquée et plus meurtrière. Souvent, les barques naviguent dans des zones agitées et houleuses, très profondes et traversées par des courants maritimes forts. « La thèse selon laquelle cette embarcation est sortie du Maroc reste peu probable puisque tout au long du Sud du Maroc, il y a des antennes de contrôle qui rendent la sortie d’un grand nombre de migrants peu probable», nous a-t-il expliqué. Que cette embarcation soit sortie du Sud du Maroc ou d’ailleurs, elle rappelle que les drames de la migration irrégulière se poursuivent de plus belle comme en attestent les derniers chiffres de l’OIM dénombrant 376 morts ou disparus sur ce trajet depuis le début de l'année, contre 306 sur la même période en 2020. Des chiffres qui ne révèlent pas, pour autant, la réalité puisqu’il s’agit uniquement des cas signalés par les médias ou les autorités. A noter que selon les dernières données du ministère espagnol de l'Intérieur, plus de 16.500 migrants sont arrivés irrégulièrement en Espagne au cours des sept premiers mois de 2021, soit 5.409 de plus qu'au cours de la même période de 2020 (48,4% de plus) et la plupart l'ont fait par mer, plus de 15.000, à bord d’environ un millier de navires. Concernant les arrivées aux Iles Canaries, 7.531 l'ont fait sur 200 bateaux, ce qui se traduit par une augmentation interannuelle de 136 %, puisqu'à la même période de l'an dernier, 3.185 immigrants sont arrivés dans l'archipel à bord de 105 bateaux. 

​Trois tentatives de migration irrégulière mises en échec à Tarfaya

Les autorités locales et les services de sécurité de Tarfaya ont mis en échec trois tentatives de migration irrégulière vers les îles Canaries au cours des dernières vingt-quatre heures. Selon les autorités locales, une embarcation avec à bord 38 candidats à l’émigration clandestine, tous des citoyens marocains dont deux femmes, a été interceptée sur la plage d’Amgriou, dans la province de Tarfaya. Une tentative de migration clandestine a été également déjouée sur la plage Naila à Tarfaya, impliquant 17 Subsahariens, et une autre sur la plage de Tarfaya mettant en cause 38 Subsahariens dont 09 femmes et 04 enfants, a-t-on précisé de mêmes sources. Les services de sécurité ont intensifié ces derniers jours les opérations de contrôle des tentatives d’émigration irrégulière dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ayant permis l’interpellation de plusieurs candidats et le sauvetage d’embarcations à la dérive. Ces opérations s’inscrivent dans le cadre de la lutte menée par les différents services de sécurité et les autorités locales contre les réseaux d’émigration clandestine et de trafic des êtres humains.

Hassan Bentaleb
Jeudi 19 Août 2021

Lu 747 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS