Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nasser Bourita : Le Maroc réagira avec la plus grande sévérité contre toute menace à sa sécurité

Les relations avec l'UE doivent transcender les notions de nous et eux


Le Maroc a réaffirmé son attachement au cessez-le-feu, tout en se réservant le droit de réagir avec “la plus grande sévérité” contre toute menace à sa sécurité, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. “Le Maroc a réaffirmé son attachement au cessez-le-feu et au processus politique, tout en se réservant le droit de réagir avec la plus grande sévérité et en légitime défense contre toute menace à sa sécurité”, a-t-il souligné dans une interview publiée lundi par le bimensuel européen “The Parliament Magazine”. Interrogé sur l’impact d’un éventuel effondrement de l’accord du cessez-le-feu sur la stabilité régionale, le ministre a rappelé que depuis 2016, les milices du “polisario” ont perpétré à plusieurs reprises des actes illégaux, notamment du racket et du banditisme dans la zone tampon d’El Guerguarat et à l’est du mur de défense, en violation des accords et au mépris flagrant des appels à l’ordre du Secrétaire général de l’ONU et des résolutions du Conseil de sécurité. “Le mois dernier, ces milices ont pris la décision d’intensifier encore leur mépris du droit international en bloquant la circulation des biens et des personnes entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, via le Maroc à El Guerguarat”, a-t-il fait observer. “Le Maroc a fait preuve d’une extrême retenue et continue en fait de faire preuve de retenue, non pas par faiblesse mais plutôt parce qu’il est un acteur responsable qui favorise le traitement multilatéral et institutionnel des questions d’importance stratégique pour la région», a-t-il expliqué. Notant que la grande région du Sahara et du Sahel est confrontée à nombre de défis (terrorisme, crime organisé et trafic), il a relevé l’engagement direct du Maroc avec le Secrétaire général de l’ONU et les membres du Conseil de sécurité, entre autres, “en cherchant à mettre fin au comportement belliqueux des milices du Polisario Après l’échec de ces tentatives, le Maroc a décidé d’agir dans le cadre de ses droits et devoirs, a souligné Nasser Bourita, précisant que “cette opération non offensive, sans aucune intention belliqueuse, a été menée selon des règles d’engagement claires, pour rétablir la libre circulation”. Ceci est d’autant plus important pour le Maroc qui, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, n’a épargné aucun effort pour contribuer à la stabilité et au développement du Sahel, a-t-il souligné. “Le Royaume a toujours préconisé une approche multidimensionnelle pour faire face aux multiples défis sécuritaires, humanitaires et environnementaux auxquels la région du Sahel est confrontée”, a-t-il indiqué. Et pour cause, le Royaume du Maroc, qui a des liens forts et historiques avec les pays du Sahel, “estime que la coopération régionale est particulièrement importante pour la gestion des frontières dans la lutte contre le terrorisme et pour la protection de l’intégrité territoriale”, a-t-il précisé. D’autre part, a-t-il poursuivi, “nous avons choisi de focaliser également nos actions sur l’aspect religieux, notamment à travers un programme complet de formation des imams au profit de plusieurs pays partenaires du Sahel et la promotion de l’Islam sunnite modéré”. Cette approche de la coopération en matière religieuse, a-t-il soutenu, “a été largement saluée par la communauté internationale et servira de modèle pour la coopération religieuse avec d’autres pays ». Le ministre a, par ailleurs affirmé que la relation entre l'Union européenne et le Maroc est appelée à donner une perspective politique claire aux ambitions de chaque partenaire, et de transcender les notions de "nous et eux". "Le concept de voisin peut être trompeur car il crée une mentalité déformante de "nous et eux". La PEV (politique européenne de voisinage, NDLR) renouvelée doit transcender ces notions et offrir une perspective politique claire qui relève les défis mais apporte également des réponses aux ambitions de chaque partenaire", a souligné Nasser Bourita . Notant que la collaboration en matière de politique de migration et de sécurité n'est qu’un des aspects des nombreuses dimensions de la relation UE-Maroc "alors que nous sommes confrontés aujourd'hui à des menaces hybrides en plus des menaces traditionnelles", il a mis l’accent sur l’impératif de poursuivre l’engagement positif sur la question de la mobilité et de la migration. "Dans le cadre de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Royaume a été un partenaire fiable et responsable, et s'est engagé à renforcer encore notre coordination et notre action politique autour de ces défis (...) qui sont communs aux deux côtés de la Méditerranée", a-t-il dit. En tant que pays d'origine, de transit et de destination, traversé par l'une des principales routes migratoires méditerranéennes, a-t-il expliqué, le Maroc a cherché à développer un dialogue constructif visant à démystifier la migration, d’autant plus que "sur 100 migrants internationaux dans le monde, moins d'un est un migrant africain irrégulier". Nasser Bourita s’est dit fermement convaincu que la migration, loin d’être un obstacle au développement, est un puissant levier de développement quand il est "sûr, ordonné et régulier", comme convenu dans le pacte de Marrakech sur les migrations de 2018. Et c’est précisément parce qu'il considère la pertinence stratégique indéniable de la PEV que le Maroc tient à "son examen complet", a-t-il poursuivi. "Je pense qu'il est nécessaire de repenser la manière dont nous abordons la complémentarité et la solidarité. Nous avons l'occasion de faire pression pour certains ajustements essentiels, en commençant par bâtir sur des valeurs et une confiance partagées et en allant au-delà de la logique simpliste basée uniquement sur la géographie", a-t-il soutenu. Selon lui, l’approche actuelle "à la carte" est un processus restrictif à la promesse du partenariat ambitieux entre le Maroc et l’UE. Interrogé sur le rôle que peut jouer le Maroc, aux côtés de l'UE, dans les plans de relance post-Covid-19, le ministre a fait observer que le contexte mondial actuel de la pandémie, qui a déclenché des crises économiques et sociales, incite les partenaires les plus proches et les plus stratégiques à agir ensemble. Dans ce contexte, a-t-il signalé, il est essentiel d'avoir une approche géopolitique et de se rendre compte qu'être voisin, c'est partager les défis et dynamiser les opportunités en termes de chaînes d'approvisionnement "Nous avons la chance d'être si proches géographiquement; nous avons la chance d'avoir des modèles et des normes économiques similaires. La pandémie a démontré les vulnérabilités des chaînes d'approvisionnement complexes et la nécessité pour l'Europe de diversifier ses fournisseurs. Le Maroc dispose à cet égard d'avantages compétitifs, en plus de sa stabilité, de sa situation géographique et de sa logistique", a-t-il expliqué. Par conséquent, a-t-il conclu, "nous devons changer nos perceptions et faire évoluer notre façon de penser, qui ne se concentre que sur les prêts et le développement, pour travailler ensemble pour un nouveau modèle de coopération qui renforcera notre résilience mutuelle et créera un espace économique de prospérité partagée".

Libé
Mardi 8 Décembre 2020

Lu 392 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Octobre 2021 - 21:59 Un pas impératif vers l’immunité recherchée

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS