Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mouna Benslimane plus que jamais portée sur des thématiques abstraites

L’artiste peintre décide de se libérer des carcans académiques




 Très jeune, Mouna Benslimane commence à s’intéresser à la peinture, encouragée par ses parents qui mettent à sa disposition des illustrations qui aiguisent sa passion pour l’art pictural.
Sous le regard bienveillant de ces derniers, c’est tout naturellement que la jeune fille décide, quelques années plus tard, de s’orienter vers des études d’arts appliqués -option arts visuels. Question de garder un pied dans sa passion de toujours et de répondre aux souhaits de ses parents qui tiennent à ce qu’elle poursuive ses études supérieures.
Des années plus tard, la passionnée de peinture depuis son enfance, devient enseignante au lycée Al Idrissi à Casablanca Anfa où elle dispense depuis près de 20 ans des cours dans ce domaine.
« Le fait d’enseigner aux élèves les connaissances artistiques et techniques appliquées me permet de ne pas m’éloigner de la peinture et de m’y investir davantage », confie-t-elle.
Qu’à cela ne tienne, Mouna n’imagine pas encore voir accrochées ses œuvres sur les cimaises d’une galerie ou d’un tout autre espace. Non parce qu’elle ne croirait pas en son talent, mais, d’après elle, par timidité: de ce fait, l’artiste n’a pas le cran d’affronter la scène artistique et le regard du grand public.C’est ainsi que des années durant, elle produira plusieurs œuvres à l’abri des regards, abstraction faite des quelques membres de la famille et des proches qui comprennent pendant un temps sa décision avant de l’encourager à sortir du giron familial et des amis.
Ainsi, après s’être longtemps investie dans la formation et l’éducation, l’artiste peintre décide-t-elle d’offrir au regard du public ses premiers tableaux lors de nombreuses expositions personnelles qui la mettent en lumière à Casablanca et une exposition collective à Bayonne au Sud de la France. Des œuvres très inspirées, qui reflètent le travail d’une artiste passionnée dont l’originalité réside dans le détail de la nature.
« Il n’est pas question ici de paysage.Il peut s’agir d’un tronc d’arbre, d’une feuille morte ou autre objet qui me donnent des perspectives colorées, une palette très nuancée », explique-t-elle. Et de préciser : «Ce qui m’inspire, ce sont les contrastes, les ombres, les lumières, les volumes et l’espace. Tout ce que je vois autour de moi exprime ma vision de peintre».
On peut penser, sans risque de se tromper, que la perspective d’une carrière d’artiste peintre à plein temps ne s’est aussi jamais éloignée de cette artiste, qui continue d’explorer de multiples facettes et techniques de cet art.
Il faut dire que  depuis son enfance, elle n’a jamais cessé de faire des dessins, de la peinture, de reproduire des illustrations et des BD.
« J’étais toujours en train d’imaginer des portraits réalistes au point que ma passion pour la peinture est restée intacte. Quand bien même je n’osais l’exprimer à travers mes expositions du fait de mes contacts avec le public», concède-t-elle.
Surprise en pleine préparation d’une prochaine exposition, Mouna explique qu’«il s’agit d’une exposition d’œuvres abstraites exprimant une tendance, des volumes et un espace avec des textures nouvelles ».
Au sujet de l’orientation progressive de sa peinture vers une expression abstraite, elle explique : « J’ai touché à tous les courants depuis la Renaissance jusqu’à l’Art moderne. J’ai reproduit des tableaux et fait de l’autoportrait, avant de réaliser que je ne devrais pas m’arrêter à ce stade-là».
C’est ainsi que Mouna décide de se libérer des carcans académiques pour laisser sa création s’épanouir. « Il me fallait envisager de créer une nouvelle dimension, un nouveau style. In fine, une touche personnelle. Ce que j’exprime plus aisément est dans l’abstrait». Elle a été inspirée par deux grands peintres marocains qu’elle considère comme ses maîtres préférés: Gharbaoui et  Cherkaoui.
Aujourd’hui après une carrière bien entamée, la jeune artiste veut franchir de nouveaux pas et une nouvelle étape.Tout en  assumant clairement le statut d’artiste peintre.En effet, l’exposition en cours de préparation constitue pour elle une occasion de s’affirmer de nouveau dans un cercle qu’elle juge peu fermé.
Lauréate de lycée Al Khanssa, Mouna est aussi diplômée de l’IB - Approche d’apprentissage-des arts visuels à Bâle en Suisse et détentrice d’un diplôme de formation professionnelle.     

Alain Bouithy
Samedi 9 Mars 2019

Lu 1043 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com