Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Benabdelkader : Le développement de la communication publique, un projet structurant du plan national de réforme de l’administration




Mohamed Benabdelkader : Le développement de la communication publique, un projet structurant du plan national de réforme de l’administration
Le développement de la communication publique constitue l’un des projets structurants du plan national de réforme de l’administration 2018-2021, a souligné lundi à Dakhla, le ministre délégué chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique, Mohamed Benabdelkader.
Le ministre délégué, qui intervenait à l’ouverture d’un colloque international autour du thème « La communication publique et territoriale : vers de nouveaux enjeux de citoyenneté», a ajouté que son département «conscient de l'importance de la communication publique pour l’impulsion des politiques gouvernementales, le renforcement des principes de la gouvernance, la consolidation des résultats et impacts, et la mobilisation des différentes parties prenantes, a fait de l’institutionnalisation et du développement de la communication publique l’un des projets structurants de son plan national de réforme de l'administration publique 2018-2021». Et Mohamed Benabdelkader de faire savoir, dans ce sens, que ce projet s’inscrit dans le cadre de la «transformation organisationnelle», laquelle constitue en plus des transformations numérique, éthique et managériale, les quatre axes fondamentaux dudit plan.
Dans la foulée, le ministre délégué a expliqué que «ce projet vise la mise à niveau de la communication institutionnelle publique de façon à doter les administrations de structures dédiées et des compétences professionnelles, à même d’appuyer les programmes sectoriels de réforme de l’administration, et d’asseoir un dispositif de communication efficace permettant de garantir l’ouverture de l’administration sur le citoyen et la société».
A cette fin, le ministère a mis en place un réseau des responsables de communication dans les différentes administrations publiques, à même de contribuer à renforcer l'approche participative et consultative des citoyens, a-t-il rappelé.
Mohamed Benabdelkader a relevé que ce projet permettra également d’avoir une vision uniforme et partagée de la communication institutionnelle publique, et de faire de cette communication «un support intégré dans les systèmes administratifs et dans les processus associés aux différents projets de développement dans le cadre des politiques publiques sectorielles».
La communication publique, a poursuivi le ministre délégué, constitue un élément essentiel dans le processus de concrétisation des politiques publiques et un levier de la transparence de l’activité administrative car, permettant aux citoyens de prendre connaissance des décisions et mesures qu’adoptent les établissements publics, tout en consolidant les services offerts aux administrés. Cela permettrait d’appuyer la participation des citoyens dans la vie publique via l’utilisation des informations en vue de s’inscrire pleinement dans la gestion de la chose publique, a-t-il estimé.
Dans ce sens, une étude sur l'état des lieux de la communication publique institutionnelle au sein des départements ministériels, a été élaborée en collaboration avec l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), portant sur les structures, les compétences et les ressources humaines et financières dédiées à la communication publique.
«Sur la base des conclusions de cet audit de la communication publique, le ministère est en cours d’élaboration d’une nouvelle conception et architecture du positionnement de la communication institutionnelle publique avant de traduire cette vision en mesures législatives et réglementaires», a dit Mohamed Benabdelkader. Et le ministre délégué de conclure que la communication publique, une fois adoptée de manière étudiée et stratégique, contribuera à appuyer la confiance et à concrétiser et mettre en œuvre des politiques, tout en consolidant la satisfaction des administrés vis-à-vis des services publics.
Pour sa part, le directeur de l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Dakhla, Aziz Sair, a indiqué que l’enjeu principal de la communication publique réside dans le développement d’une information utile, utilisable et apte à être exploitée par un grand nombre d’acteurs dans le domaine territorial, relevant que la communication permet de tisser un lien social dans un espace territorial donné. Et d’ajouter que le Maroc connaît de grands changements dans le domaine du développement et de l’organisation, ce qui impose à la communication publique et territoriale d’accompagner ces changements et ces grands chantiers, ainsi que les administrés dont les jeunes occupent une place prépondérante.
Le délégué général du réseau Cap’Com (France), Bernard Delijarrie, a fait savoir que son réseau oeuvre à travers les expériences cumulées par ses membres agissant en la matière, à enrichir le programme de cette rencontre universitaire et à faire connaître davantage la mission de communication publique dans les communes territoriales en France. Et de faire observer que la communication publique en France, qui a soufflé sa trentième bougie l’année dernière, connaît, à son tour, des changements en profondeur en raison de l’émergence de nouveaux moyens de communication notamment numériques et de l’apparition de nouvelles missions comme le marketing territorial.
Philippe Viallon, de la Chaire de l’Unesco à l’Université de Strasbourg a, de son côté, indiqué que la tenue de ce colloque autour de la communication publique se veut le couronnement du long processus d’un travail collectif d’universitaires marocains, avec l’appui de leurs homologues français dans le cadre de rencontres scientifiques organisées à Agadir, Rabat, Taroudant, et en Europe. Et de souligner que la Chaire Unesco qu’il préside sous l’intitulé '’Les pratiques journalistiques et médiatiques entre la mondialisation et la diversité culturelle», veillera à rapprocher et développer un sujet concernant le développement durable, l’enseignement, la culture et les sciences, et ce à travers la contribution par un laboratoire d’idées et de changement.
Rehaussé par la présence notamment du wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Lamine Benomar, des élus locaux et des chefs des services extérieurs, ce colloque a été organisé par le Laboratoire «Langue, traduction, communication et culture» de la Faculté des lettres et des sciences humaines relevant de l’Université Mohammed V de Rabat, et du Laboratoire de recherches «Langues, communication, cultures et religion» de la Faculté des lettres relevant de l’Université Ibn Zohr d’Agadir.
Ce colloque a bénéficié du concours scientifique du ministère de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, de la Chaire Unesco des pratiques journalistiques et médiatiques à l’Université de Strasbourg, de l’Association marocaine des sciences de l’information et de la communication, et du réseau des professionnels de la communication publique et territoriale en France.
Au menu de ce conclave international figuraient plusieurs sessions et ateliers traitant de plusieurs thématiques autour de la communication publique et territoriale.
Cette rencontre s’assignait pour objectif de créer un espace adéquat pour les chercheurs et experts dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, d’examiner et débattre du rôle de la communication territoriale dans la facilitation des échanges de connaissances, et d’établir des liens sociaux au sein de la communauté territoriale, outre la présentation des expériences réussies, des bonnes pratiques, ainsi que des recherches scientifiques réalisées en la matière.


Mercredi 6 Février 2019

Lu 751 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com