Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Migration et droits de l’Homme décortiqués à Martil Nécessité de fonder le droit national sur les principes du droit international




Migration et droits de l’Homme décortiqués à Martil Nécessité de fonder le droit national sur les principes du droit international
Des acteurs associatifs, des universitaires et des représentants d’organisations internationales se sont donné rendez-vous, samedi à Martil dans le cadre d’une journée d’étude, pour débattre de la question de la politique migratoire et ses liens avec les droits de l’Homme. 
Initiée par l’Association Mains solidaires, qui vise à améliorer les conditions des personnes vulnérables et en situation d’exclusion sociale, cette journée a été l’occasion de rapprocher l’assistance, composée d’étudiants et de chercheurs, des règles établies par le droit international concernant le migrant et le réfugié, et de passer en revue les efforts fournis par le Maroc dans ce sens. 
Intervenant au nom de la Plateforme nationale protection migrants (PNPM), réseau de plaidoyer pour les droits des migrants, Younous Arbaoui s’est arrêté sur la question de l’identification des migrants décédés aux frontières maritimes marocaines, relevant l’importance que revêt cette opération, mais également les difficultés qui entravent son bon déroulement. 
Cette identification se heurte à des difficultés pratiques vu que les personnes concernées ne sont pas toujours enregistrées auprès des autorités compétentes, a-t-il fait observer en notant que la solution à cette situation réside, entre autres, en davantage de coordination entre les départements compétents, et une implication accrue des services consulaires et des organisations internationales représentées au Maroc. 
Pour sa part, Zahra Atbi, représentant l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), s’est attardée sur le cadre juridique international établissant les droits des migrants (droits de l’Homme, droit au travail), abstraction faite de leurs statuts administratifs. 
S’arrêtant sur la gouvernance dans le domaine de la migration, elle a noté que celle-ci consiste, en particulier, à fonder le droit national sur les principes du droit international, ajoutant que la gouvernance devrait, au final, déboucher sur l’amélioration du bien-être socioéconomique des migrants. 
De son côté, la représentante du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), Hasnaa Amghar, a fait savoir qu’en 2017, le monde comptait 68,5 millions de personnes déplacées, dont 25,4 millions de réfugiés. 
Elle a précisé que les réfugiés vivant au Maroc sont composés notamment de Syriens, de Yéménites, de Centrafricains, d’Ivoiriens et d’Irakiens, ajoutant que la majorité de ces personnes est concentrée sur l’axe Casablanca-Kénitra-Témara-Rabat, alors que d’autres villes, comme Marrakech, Meknès et Tanger en comptent quelques centaines. 

Lundi 17 Décembre 2018

Lu 701 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com