Mettre fin à l'épidémie de noyade


Libé
Vendredi 13 Août 2021

Chaque année, plus de 80.000 enfants dans le monde meurent d'un danger qui retient peu l'attention du public et n'est pas suffisamment pris au sérieux par les gouvernements : la noyade. Plus de 2,5 millions de personnes dans le monde se sont noyées au cours de la dernière décennie, et l'Organisation mondiale de la santé rapporte que la noyade est l'une des dix principales causes de décès chez les moins de 25 ans dans toutes les régions du monde. Ces décès sont d'autant plus inacceptables qu'ils peuvent être évités grâce à des mesures relativement simples.

Le problème est particulièrement grave dans les pays à revenu faible et intermédiaire, qui représentent environ 90% de tous les décès par noyade. Mais même aux Etats-Unis, quelque 850 enfants se noient chaque année dans les piscines, les étangs, les lacs, les rivières et les océans. À l'exception des malformations congénitales, la noyade est la principale cause de décès chez les jeunes enfants aux États-Unis.

Jusqu'à présent, les Etats-Unis, comme de nombreux pays, n'ont jamais traité ce problème comme le grave défi de santé publique qu'il est. Heureusement, il y a des signes que cela commence à changer. Un projet de loi de dépenses actuellement soumis au Congrès américain permettrait aux Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis de distribuer aux agences de santé publique des Etats un financement indispensable pour la prévention des noyades. Il faut espérer que ce projet de loi sera adopté.

Pendant ce temps, la communauté mondiale a fait un grand pas en avant en avril, lorsque l'Assemblée générale des Nations unies a adopté sa toute première résolution sur la prévention des noyades. C'était important, car il reconnaissait la noyade comme une crise de santé publique et créait une feuille de route que tous les Etats membres de l'ONU peuvent suivre afin de sauver des centaines de milliers de vies par an. La résolution a également établi une Journée mondiale annuelle de prévention des noyades le 25 juillet pour accroître la sensibilisation à ce problème critique.

Bloomberg Philanthropies travaille depuis près d'une décennie pour prévenir les noyades dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Nos efforts ont renforcé ce qui fonctionne : la garderie communautaire pour les jeunes enfants et l'enseignement de la natation de survie pour les 6-15 ans.

Au Bangladesh, où 80% des décès par noyade d'enfants de moins de cinq ans surviennent à moins de 20 mètres de leur domicile, il était clair que la cause sous-jacente était le manque de surveillance. Ainsi, en 2012, nous avons commencé une étude pour comprendre l'efficacité des garderies communautaires dans la prévention de la noyade chez les enfants de quatre ans et moins. Les résultats ont montré une réduction de 88% du risque de noyade chez les enfants fréquentant la garderie.

Suite à ce succès, le gouvernement bangladais envisage maintenant de financer une stratégie nationale de prévention des noyades. Cela comprendra le financement continu de 2.500 garderies, ainsi que la création de 5.500 installations supplémentaires – soutenant 200.000 enfants âgés de 1 à 4 ans – et la fourniture de cours de natation de survie pour 360.000 enfants âgés de 6 à 10 ans.

Ces résultats encourageants au Bangladesh nous ont amenés à étendre notre travail à davantage de pays. Au Vietnam, par exemple, nous nous sommes associés au gouvernement pour dispenser des cours de natation de survie aux enfants âgés de 6 à 15 ans. En Afrique subsaharienne, nous collectons des données complètes pour mieux comprendre et prévenir les décès par noyade - à commencer par l'Ouganda, où la pêche est au cœur de nombreuses communautés pour leur subsistance et leurs revenus, et où 80% des décès par noyade dans les districts lacustres impliquent des jeunes hommes dans des bateaux. Nous travaillons maintenant avec des partenaires locaux là-bas pour concevoir un programme visant à réduire considérablement – ​​et, nous l'espérons, à éliminer – ces décès.
Je suis également heureux de dire que l'OMS a récemment publié une nouvelle directive technique soulignant l'efficacité des stratégies de prévention des noyades que nous soutenons, y compris les garderies communautaires et l'enseignement de la natation de survie. Avec un peu de chance, cela incitera davantage de gouvernements à financer des programmes similaires dans leurs pays.

La noyade est une épidémie mondiale. Et tandis que les causes profondes peuvent différer selon les lignes géographiques et démographiques, les décès sont tous évitables, car les solutions nécessaires sont relativement simples et directes. Tout ce qu'il faut, c'est la volonté politique de les mettre en œuvre.

Ici aux Etats-Unis, le Congrès est sur le point de faire un premier pas important dans la bonne direction ; mais s'attaquer à un problème aussi important – un problème qui tue tant d'enfants – nécessite une action audacieuse. J'espère que le Bangladesh deviendra un leader mondial en adoptant pleinement une approche globale de la prévention des noyades, et que son histoire à succès se répandra dans le monde entier, inspirant davantage de pays à donner la priorité au problème et à s'engager à mettre fin à cette horrible épidémie.

Aucun enfant ne devrait subir cette forme de mort terrible et évitable, et aucune famille ne devrait avoir à endurer le chagrin et le chagrin qu'elle provoque. Nous avons la capacité de lancer une bouée de sauvetage à des dizaines de milliers d'enfants chaque année. Soyons les sauveteurs dont ils ont besoin que nous soyons.

Par Michael R. Bloomberg
Fondateur de Bloomberg LP et de Bloomberg Philanthropies, ancien maire de New York (2002-2013) et envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l'ambition et les solutions climatiques.


Lu 832 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Mai 2022 - 19:00 La crise mondiale de la faim est là