Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mettons un bémol dans nos kilowatts

Contrairement aux affirmations de Red Eléctrica de España, l’AIEA rappelle que les échanges avec Madrid ne sont pas en faveur de Rabat




Le Maroc est devenu exportateur net d’électricité vers l’Espagne. Cette information n’a rien de  nouveau puisqu’elle a déjà fait le tour de certains supports médiatiques nationaux.  D’après eux, le Maroc aurait dépassé le stade de l’exportation de son surplus de production pour devenir un exportateur net.
Des chiffres émanant de l’opérateur semi-public Red Eléctrica de España relayés par la presse marocaine ont révélé que le Royaume a exporté 870 GwH vers l’Espagne au cours des six premiers mois de 2019, contre 180 Gwh sur toute l’année 2018. La même source a indiqué qu’avec ses 76% d’exportations et 24% d’importations d’électricité avec l’Espagne, il se place désormais derrière la France (97% d’exportations et 3% d’importations), et précède le Portugal (28% d’exportations et 72% d’importations), au titre du mois de juillet 2019. Des exportations électriques qui ont permis au Maroc de récolter 158 millions de DH en 2018, selon les statistiques de l’Office des changes.
Pourtant, ces chiffres si prometteurs sont en contradiction avec le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié en mai dernier.
Intitulé « Energy Policies beyond IEA Countries : Morocco 2019 », ce document a indiqué que le Maroc importe plutôt des quantités croissantes d’énergie par le biais de l’interconnexion de son réseau électrique avec l’Espagne (et dans une moindre mesure avec l’Algérie) afin de répondre à la demande croissante d’électricité, notamment durant les périodes de grande demande. Dans ce sens, le document de l’AIEA a précisé que les importations nettes ont plus que doublé, passant de 2 TWh en 2006 à 5,3 TWh en 2016, soit 14% de l’alimentation électrique totale.
Le Maroc envisage, à cet effet, de développer ses interconnexions et d’en ajouter de nouvelles avec l'Espagne (une troisième interconnexion) et le Portugal (une première).
Le rapport de l’AIE a précisé également que si le réseau marocain est bel et bien interconnecté avec les pays voisins, ses échanges commerciaux en la matière demeurent limités. « Le Maroc et l’Espagne sont reliés par deux interconnexions sous-marines de 400 kV avec un total de 1400 MW, mais leur  capacité d’échange commercial est limitée à 900 MW. Idem pour les échanges avec l’Algérie avec laquelle le Royaume est relié par deux lignes de transport de courant de 225 kV d’une capacité totale de 400 MW, ainsi que d’une troisième ligne de 400 kV, ce qui porte la capacité totale à 1200 MW, mais la capacité d'échange commercial entre les deux pays se limite à 200 MW.
Autre fait passé inaperçu et rappelé par l’« Energy Policies beyond IEA Countries : Morocco 2019 » :  l’électricité exportée est produite essentiellement par le charbon qui demeure la principale source de combustible pour la production d'électricité au Maroc avec 54% de la production nationale totale en 2017.  
Le document a précisé également que l’utilisation du charbon a augmenté rapidement depuis le milieu des années 90 pour atteindre les 41% entre 2007 et 2017. Quant à l’électricité au gaz naturel, elle a été introduite en 2004, lorsque le Maroc a commencé à importer du gaz algérien afin d’alimenter ses centrales électriques. Depuis lors, l’énergie produite via le gaz naturel a considérablement augmenté et plus que doublé au cours de la dernière décennie pour atteindre les  19% de la production totale en 2017.
Concernant le rôle joué par le pétrole dans la production globale d’électricité, le rapport a indiqué que ce rôle a diminué au cours de la dernière décennie, notamment avec la production via le gaz naturel. Cependant, précise le rapport, 9% de l’électricité produite provient toujours du pétrole, principalement dans les zones rurales isolées. Par rapport aux autres membres de l’AIE, ces 9% placent le Maroc au troisième rang derrière le Mexique et la Grèce comme pays qui utilisent le plus le pétrole dans la production d'électricité.
En somme, les combustibles fossiles (charbon, gaz, pétrole) ont représenté 82% de la production totale d’électricité en 2017 contre 18% pour les énergies renouvelables. La part totale des combustibles fossiles du Maroc dans la production d'électricité classe le Royaume au quatrième rang par rapport à ceux d’autres membres de l'AIE, derrière l’Estonie, la Pologne et l’Australie. Des chiffres qui en disent long sur les engagements marocains en matière de lutte contre le changement climatique et notamment les émissions des gaz à effet de serre (GES). En effet, notre pays s’est engagé dans le cadre des Accords de Paris à réduire ses émissions de 42% d’ici 2030, soit une réduction cumulée de 523,5 Mt éq-CO2 sur la période 2020-2030.
Une situation des plus problématiques puisque l’AIE souligne l’absence d’une stratégie dédiée relative à l’efficacité énergétique à l’horizon 2030, assortie de ressources financières. Ceci d’autant plus que la consommation d’énergie primaire du Maroc a augmenté de 32% entre 2007 et 2017 et que la demande d’électricité est en forte croissance et pourrait se poursuivre à un rythme moyen de 5% par an d’ici à 2021, selon la même source.  

Hassan Bentaleb
Mercredi 28 Août 2019

Lu 1612 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com