Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mauvaises critiques et polémique pour l'adaptation américaine d'“Intouchables”




Le film "The Upside", adaptation américaine d'"Intouchables", sorti vendredi aux Etats-Unis, a reçu un accueil critique négatif et déjà suscité une polémique sur l'incarnation du handicap, mais le public, lui, répond présent.
Un peu plus de sept ans après le film phénomène aux 51 millions d'entrées dans le monde, dont 19,5 en France, et 416 millions de dollars de recettes, "The Upside" tente de capitaliser sur la recette qui a fait le succès de l'original. Le synopsis est quasiment le même, avec deux ou trois rebondissements supplémentaires, et de nombreuses scènes sont reproduites quasiment à l'identique.
L'histoire a été transposée plutôt habilement à New York, Phillip Lacasse (Philippe dans "Intouchables") habitant dans le quartier huppé d'Upper East Side et Dell Scott (Driss dans l'original) dans le Bronx. Mais du point de vue de plusieurs critiques américains influents, comme Cath Clarke de Time Out ou Emily Yoshida de Vulture, le résultat est un film plein de bons sentiments et de clichés, en particulier sur le personnage de Dell. "Suggérer, même dans une comédie grand public, que les divisions raciales peuvent être effacées par Pavarotti et un joint relève de l'âge de pierre", a écrit Cath Clarke.
Même si le duo entre l'humoriste Kevin Hart et le comédien Bryan Cranston ne possède pas la densité de celui formé par Omar Sy et François Cluzet, du point de vue de Joe Morgenstern du Wall Street, nombre de critiques saluent la prestation des deux hommes. En plus de cet accueil critique plus que mitigé, le film a déclenché, avant même sa sortie, une polémique, née du fait que la production a choisi de faire interpréter un tétraplégique par Bryan Cranston, qui ne présente aucun handicap.
"En tant qu'acteur handicapé, permettez-moi de souligner le fait que ces rôles sont les seuls pour lesquels les acteurs à mobilité réduite pourraient être pris en considération... et pourtant, ils ne le sont pas", a commenté l'acteur Ally Craig sur Twitter. "En tant qu'acteurs, on nous demande de jouer d'autres personnes", s'est défendu Bryan Cranston dans un entretien à l'agence britannique Press Association. "Si je suis hétérosexuel, d'âge mûr et aisé, cela signifie-t-il que je ne peux pas jouer quelqu'un qui ne soit pas aisé, que je ne peux pas jouer un homosexuel?" "On ne pense pas à la représentation, à quel point c'est important pour les gens de se voir représentés à l'écran, d'une façon authentique, et en même temps, je ne pense pas que Bryan Cranston ait fait quelque chose de mal", a commenté le présentateur de l'émission "The Daily Show", Trevor Noah. "Je ne pense pas que tout doive devenir un pugilat", a-t-il ajouté. "Peut-être que la prochaine fois, les gens d'Hollywood y réfléchiront un peu plus.

Libé
Lundi 14 Janvier 2019

Lu 515 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com