Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Masood, Saida et Saadan" de Brahim Chkiri en avant-première à Casablanca

Après le succès de "Road to Kabul", le réalisateur revient à travers une comédie d’action avec plus d'énergie et de dérision




Le nouveau long-métrage "Masood, Said et Saadan" du réalisateur marocain Brahim Chkiri qui allie aventures et intrigues hilarantes, dans la pure tradition d’un road movie, a été projeté, jeudi soir, en avant-première à Casablanca. La sortie nationale de cette nouvelle comédie, produite par Mohammed El Hassan est prévue le mercredi 30 janvier.
Après l’immense succès de "Road to Kabul (2012)" et de multiples réalisations sur les chaînes nationales, Brahim Chkiri présente une comédie d’action avec encore plus d'énergie et de dérision, réunissant les talentueux comédiens Aziz Dadas, Kalila Bounaylat, Mohamed Khayari, Omar Lotfi et Bachir Ouakine,. 
L’histoire commence avec Masood qui quitte la prison après plus de 15 ans d'incarcération. Il part à la recherche de son passé, mais n’y trouve que des ruines. Il revient au bar qu’il avait l’habitude de fréquenter et où il retrouve son amie, la barmaid. Cette dernière lui confie la mission de partir à la recherche de sa fille, Saida, abandonnée il y a plus de 25 ans chez une cousine à Dakhla. On découvre Saïda, danseuse dans un cabaret de la ville. Les circonstances font qu’elle se retrouve en possession d’une clé de coffre-fort rempli d'argent, appartenant à un groupe de mafieux. Elle tombe nez à nez avec Masood qu'elle entraîne avec elle. 
Pire encore, la clé est avalée par un singe (Saadan), qui rejoint ainsi Saida et Masood. Le trio se retrouve pourchassé de partout ! 
Dans une déclaration à la presse Brahim Chkiri a indiqué que ce film met des citoyens marocains ordinaires dans des situations et un environnement extraordinaires et les embarque dans un véritable périple, ponctué d’aventures et de situations aussi loufoques qu'improbables. 
Tourné entre Dakhla et Marrakech, avec la même équipe du film culte «Road to Kabul», le nouveau film propose un excellent moment de cinéma pour grand public avec gags, autodérision, décors originaux et personnages attachants. 
Né en 1969 à Inezgane, Brahim Chkiri grandit à Bruxelles. Docteur en sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, il se lance dans le cinéma en 1986 avec la réalisation du court métrage, Octopussy. Il réalise, par la suite, quelques longs métrages produits en Belgique, en Turquie et en Asie avant de se consacrer à la réalisation de films au Maroc et de nombreux téléfilms et séries à succès pour les chaînes nationales Al Oula, Medi1TV et 2M. 
 

A.A
Lundi 28 Janvier 2019

Lu 1421 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif