Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maria Chentouf, la superwoman au parcours inusité





Docteur en pharmacie, cancéreuse toujours en rémission, ancienne et future Raid Sahraouiya, artiste peintre et militante associative, Maria Chentouf est l’image même de la femme combattante et victorieuse marocaine qui se bat bec et ongles pour venir en aide, avant tout, aux malades cœliaques. Agée de 42 ans, cette dame élégante au sourire radieux et au cœur immensément grand se consacre vigoureusement aux personnes allergiques au gluten. Elle s’engage sans relâche, depuis plusieurs années, dans l’action associative lui permettant ainsi de construire une étiquette noble pour son abnégation au service des allergiques aux fractions protéiques du gluten.

Consciente de la complexité du régime “gluten free” et de la situation difficile que vivent les malades cœliaques particulièrement dans les milieux défavorisés, dont l’accès aux produits sans gluten est un véritable luxe, Mme Chentouf a créé, aux côtés d’autres acteurs associatifs et professionnels de la santé, l’Association marocaine des intolérants et allergiques au gluten (AMIAG), destinée à la sensibilisation de la population marocaine sur la maladie cœliaque, plus connue sous le nom d’intolérance au gluten, de favoriser le dépistage précoce de la maladie et d’accompagner les personnes qui suivent le régime. “Ma décision de me consacrer à la sensibilisation et au soutien des personnes souffrant de cette maladie est le couronnement de mes propres souffrances”, a-t-elle confié à la MAP lors d’un entretien à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, relevant qu’elle est atteinte de cette maladie auto-immune depuis l’âge de douze ans. “Lorsqu’on est très jeune et que l’on ne sait pas la source de ses souffrances, la vie prend un autre tournant pour toute la famille”, a noté Mme Chentouf, actuellement viceprésidente de l’AMIAG, soulignant l’importance de la sensibilisation et du dépistage précoce des personnes présentant des signes de maladies. “Le travail associatif est une de mes préoccupations majeures dans la vie, c’est un accomplissement de soi et un épanouissement personnel”, a-t-elle poursuivi.

Entre ses responsabilités professionnelles, ses tâches ménagères, cette mère de deux enfants sait comment manager ses 24 heures et mettre à profit sa force et son énergie totales pour répondre à ses multiples et lourdes sollicitations personnelles et professionnelles. De même, cette superwoman, porteuse d’espoir pour plusieurs femmes atteintes de cancer, confie à la MAP que l’épreuve du cancer était pour elle une source d’humilité, de courage et de patience. “Cette tumeur maligne m’a appris l’importance de la famille et de la prise de recul mais surtout à mieux gérer mon stress au quotidien et à affronter les aléas de la vie avec ardeur”, a-t-elle dit avec un ton serein. “Certes, mon parcours de santé était très difficile mais je combats toujours, et je ne céderai jamais”, at-elle souligné avec un sourire confiant, réaffirmant son souhait d’accompagner les malades, qui deviennent très sensibles en conséquence.

Décrite par ses amies proches comme “femme militante et infatigable”, cette pharmacienne est consciente que ses responsabilités professionnelles et associatives requièrent de multiplier les efforts pour devenir un exemple pour son entourage mais aussi pour la société. S’ajoute à cela l’engouement pour le sport, Maria s’est imposée dans presque toutes les épreuves du Raid Sahraouiya, cette compétition multisports qui connaît la participation de femmes venant des quatre coins du monde. En 2017, Mme Chentouf a choisi d’enfiler la tenue de sport pour la bonne cause à même de consolider la place de la femme marocaine guerrière dans ce domaine. “Cette dure épreuve, à la fois extraordinaire, était une occasion pour me défier mais surtout changer les mentalités autour de la pratique sportive féminine, notamment les femmes atteintes de cancer”, a-t-elle dit, annonçant sa participation pour l’édition 2021. “Je vais faire de mon mieux pour boucler l’épreuve jusqu’à la fin. J’y serais à fond cette fois-ci”, a-t-elle enchaîné. 

Passionnée également de peinture et de couleurs, Maria qui s’amuse à peindre des toiles expressives a relevé que, pour elle, l’art représente une source débordante de paix, de sérénité et de tranquillité, affirmant que la peinture offre un véritable moment de détente et de bien-être pour s’échapper des malheurs et des chaos de la vie.

Libé
Vendredi 5 Mars 2021

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.