Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mahjoub Salek dénonce “l'absolutisme ” et la “ corruption ” du “ polisario ”


Libé
Mardi 14 Juin 2022

L'ancien membre fondateur du mouvement séparatiste "polisario", Mahjoub Salek, a dénoncé, lundi à New York, "l’absolutisme" et la "corruption" des dirigeants du "polisario", tout en appelant la communauté internationale à soutenir le plan d'autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine comme seule solution à même de mettre fin à ce différend.

Prenant la parole lors d’une réunion du Comité des 24 des Nations unies, M. Salek, qui était aussi un ancien membre du "bureau politique du polisario", a décrié "l’autoritarisme" et le "pouvoir absolu" des dirigeants du "polisario" qui repose sur le "tribalisme" et "l’exclusion" des véritables autochtones du Sahara.

"Lorsque j’ai déclaré mon opposition aux enlèvements, à l’emprisonnement et aux violations flagrantes des droits de l'Homme, qui ont touché nombre de nos camarades dans les camps, sur une base tribale et raciste, cela a été mon tour d'être kidnappé", a lancé M. Salek devant les membres du C24, notant qu’il a dû passer de nombreuses années emprisonné sans que sa famille ne sache rien de son sort.

En prison, a-t-il ajouté, "j’ai été soumis aux formes de torture et d'abus les plus horribles et les plus inimaginables".

M. Salek, qui dirige désormais le mouvement d’opposition Khat Chahid au front séparatiste, a expliqué qu’il a tenté d’inviter les dirigeants du "polisario" au dialogue et à "la raison" en les incitant à "entamer des négociations avec le Maroc pour mettre fin à ce conflit qui n’a que trop duré".

"Notre tentative de réformer cette direction (ndlr: du polisario) a échoué après près de vingt ans d'opposition, car les dirigeants ne sont que des pions qui servent les intérêts d'autres parties en continuant à faire du commerce de réfugiés et de l’aide internationale", a-t-il concédé.

M. Salek a ainsi appelé la communauté internationale à "encourager et soutenir" le Maroc et "à l'aider à mettre en œuvre la solution la plus facile à appliquer pour mettre fin à ce long conflit, qui est l'autonomie des Sahraouis pour gérer leurs terres, leurs richesses et leurs affaires par le biais d'institutions élues, ce qui leur permet de vivre dignement dans le cadre de l'Etat de droit".



Lu 596 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p